Vgayet : Le wali interdit la tenue d’un forum sur les droits de l’homme

1
1012
Image du 9e forum des droits de l'homme tenu à Vgayet
Image du 9e forum des droits de l'homme tenu à Vgayet

KABYLIE (TAMURT) – Les services de sécurité algériens ont notifié, ce mardi matin, les organisateurs d’un forum des droits de l’homme, à Vgayet, sur la décision du wali, le représentant local de l’administration coloniale, interdisant tout simplement la tenue de cet évènement. Ce dernier est prévu du 06 au 12 décembre, au niveau du Centre de documentation et d’information en droits de l’homme (CDDH), sis à la Cité Aouchiche, au chef-lieu de Vgayet. Un important dispositif sécuritaire a été dépêché sur les lieux de l’évènement.

La 11e édition du forum des droits de l’homme, une rencontre organisée annuellement par le bureau de Vgayet de LADDH, pour célébrer la journée internationale des droits de l’homme, a été interdite par l’administration algérienne, a déclaré Hocine Boumedjane, militant politique et l’un des organisateurs de ce forum. « Le 11e forum des droits de l’Homme qui devait se tenir du 06 au 12 décembre 2022 à Béjaïa vient d’être interdit par une correspondance adressée d’urgence par le wali, et notifiée par les services de sécurité où un impressionnant dispositif a été mis en place autour du siège de la LADDH », a-t-il annoncé. Alors que l’Algérie siège au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, elle est la première à les piétiner.

Les organisateurs de ce forum ont prévu au programme de l’évènement plusieurs conférences, qui devraient être animées par des avocats, des militants des droits de l’homme et des syndicalistes. Parmi les thèmes des conférences programmées : « La situation des droits de l’homme en Algérie : entre avancées et régressions », « Les droits sociaux et les libertés syndicales », « La situation des droits des femmes en Algérie » et « Célébration de la journée mondiales des droits humains ». Des intervenants de divers horizons ont été invités pour animer ces conférences-débats au niveau du CDDH, des résidences universitaires et à Aokas, une région côtière sise à 25 km de la ville de Vgayet.

Parmi les conférenciers figurent Hassina Oussedik, représentante d’Amnistie Internationale en Algérie, la militante kabyle Mira Moknache, Me Lydia Nounaouci et bien d’autres. Le vice-président de LADDH, Said Salhi, devait intervenir via Zoom. Se sentant menacé par le régime algérien, il s’est exilé en Belgique, depuis juin 2022, en tant que réfugié politique.

Arezki Massi

1 COMMENT

  1. Ils ont privé la Kabylie d’oxygène, étouffée carrément par des incendies criminels, mais qu’attendre d’une colonisation qui ne s’est jamais aussi affichée aussi bien par des provocations/interdictions que par des harcèlements, enlèvements, tortures, condamnations, emprisonnements etc…Les Kabyles ne feront jamais ce qu’ils veulent chez eux tant que la Kabylie ne sera pas indépendante, ce jours là les Kabyles seront libres chez eux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here