Tribunal criminel de Dar El ‎Beida :‎ 20 ans de prison ferme requis contre Hocine Azem (URK) et ses codétenus

1
659
Hocine Azem avec Muh Said, URK
Hocine Azem avec Muh Said, URK

ALGER (TAMURT) – Encore un procès de la honte contre la Kabylie ! En effet, le procès des détenus d’opinion kabyles Hamou Boumedine (RPK), Bouaziz Ait Chebib, Belaid Amar ‎Khodja, Boussad Becha et Hocine Azem (URK) s’est ouvert, ce jeudi 08 décembre, au tribunal criminel de première instance de Dar El Beida (Alger). Au terme d’un réquisitoire surréaliste, imaginaire et truffés de fausses accusations, le parquet a requis 20 ans de réclusion criminelle à l’encontre de tous les détenus, deux millions ‎de dinars d’amende et 10 ans de privation de droits civiques.‎ Ces leaders politiques kabyles sont poursuivis pour « terrorisme » sur la base de l’article 87 bis du code pénal algérien, récemment décrié par des pays membres du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Après plus d’un an de détention arbitraire dans les geôles algériennes, cinq militants politiques kabyles ont été jugés, aujourd’hui, au tribunal criminel de première instance de Dar El Beida. Arrêtés dans le cadre d’une répression sans précédent et d’une vague d’arrestations visant les militants kabyles, Hamou Boumedine (RPK), Bouaziz Ait Chebib, Belaid Amar ‎Khodja, Boussad Becha et Hocine Azem (URK) ont été accusés de « terrorisme » sans aucun fondement.

Leur seul tort est d’être kabyles, luttant pour une Kabylie affranchie du joug arabo-islamique. A l’heure où nous publions cet article, les avocats de la défense continuent à plaider à tour de rôle en faveur de l’innocence des militants kabyles, injustement arrêtés et faussement accusés. Le verdict est attendu probablement en fin de cette soirée. Nous y reviendrons.

Arezki Massi

1 COMMENT

  1. Liberez les, ils n’ont jamais utilisé de violence. Les islamistes algériens qui firent le charnier sont lavés et la pacifiques condamnés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here