Paris : Rassemblement pour exiger la vérité sur la mort suspecte du militant indépendantiste kabyle Jugurtha Louerguioui

0
677
Jugurtha Louerguioui
Jugurtha Louerguioui

FRANCE (TAMURT) – Des dizaines de kabyles de la diaspora se sont rassemblés, ce dimanche 11 décembre, à la place de la Nation, à Paris, pour exiger la vérité sur la mort suspecte du militant indépendantiste kabyle Jugurtha Louerguioui. Ce dernier a été retrouvé mort, mardi 06 décembre, sur les quais de Seine, à Paris. Il est arrivé dernièrement en France, fuyant la répression du régime algérien en Kabylie. Il vient d’être condamné à 20 ans de prison ferme pour son appartenance au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK).

La diaspora kabyle s’est mobilisée encore une fois, ce dimanche, en organisant un rassemblement à la place de la Nation pour rendre un vibrant hommage au militant indépendantiste Jugurtha Louerguioui, dit Frawsen. Pour rappel, son corps sans vie a été retrouvé dans la Seine, à Paris, mardi dernier. La mort de ce militant âgé de 38 ans a suscité de
multiples interrogations, d’autant plus qu’il vient d’être condamné par contumace à 20 ans de réclusion criminelle par un régime algérien, qui a ouvertement déclaré la guerre aux indépendantistes kabyles. « Jugurtha, dit Frawsen, est un kabyle forcé à quitter sa femme et ses enfants pour fuir le colonialisme algérien et la prison (…) En le terrorisant et en le forçant à s’exiler loin des siens, le pouvoir raciste et colonial algérien est le premier responsable du décès du militant kabyle Frawsen », lit-on sur des pancartes accrochées par des manifestants sur le lieu du rassemblement.

A travers cette manifestation, la diaspora kabyle exige une enquête sérieuse et impartiale à même de révéler la vérité sur la disparition tragique de Jugurtha, qui laisse derrière lui une femme et trois enfants à bas âge. Comme lui, des dizaines d’autres militants kabyles ont fui clandestinement en Europe pour échapper à la prison. Les participants à ce rassemblement ont également dénoncé les procès iniques contre les kabyles, qui se sont déroulés, dernièrement, au tribunal criminel de Dar El Beida (Alger), et les verdicts injustes prononcés par des juges inféodés à la junte militaire, condamnant des kabyles innocents.

Arezki Massi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here