Scandale : Le cercueil de Jugurtha Louerguioui pris en otage par le régime algérien à Paris !

0
787
Jugurtha Louerguioui
Jugurtha Louerguioui

FRANCE (TAMURT) – Le rapatriement du corps du militant indépendantiste kabyle Jugurtha Louerguioui est toujours bloqué à Paris par le régime algérien. Bien que sa famille ait effectué toutes les démarches administratives nécessaires et légales pour rapatrier son corps, le consulat général d’Algérie à Paris refuse d’accorder l’autorisation de transfert du corps. Cette attitude scandaleuse prive la femme et les trois enfants de Jugurtha, ainsi que ses proches de faire leur deuil. Jugurtha est un militant pacifique, qui a fui la répression féroce du régime algérien. En 2019, ce même régime qui voue une haine viscérale envers la Kabylie, avait autorisé le rapatriement du Qatar de Abassi Maddani, leader historique du Front Islamique du Salut, pourtant officiellement reconnu responsable de la décennie noire, qui a coûté la vie à 200 000 personnes, dont des algériens et des kabyles.

Presque deux semaines après la levée du corps de Jugurtha Louerguioiu, militant indépendantiste kabyle retrouvé mort dans la Seine à Paris, le 06 décembre dernier, le régime algérien continue à bloquer son rapatriement vers la Kabylie, sa terre natale, où il devrait être enterré aux côtés des siens. Pour rappel, la mort suspecte de Jugurtha, dit Frawssen, est survenue début décembre 2022. Le défunt, militant au sein du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), est arrivé clandestinement en Europe en mars 2021 pour fuir la répression du régime algérien, qui s’est livré à une véritable chasse à l’homme en Kabylie. Quelques semaines avant sa mort suspecte, il a été condamné par la justice algérienne inféodée à la junte militaire au pouvoir en Algérien depuis 1962 à 20 de prison ferme pour son appartenance au MAK. Ce mouvement indépendantiste kabyle a été arbitrairement classé comme ‘’terroriste’’ par le régime algérien depuis mai 2021. La condamnation de Frawssen et sa mort quelques semaines plus tard a suscité moult interrogations. D’aucuns demandent s’il ne s’agit pas d’un assassinat politique.

Pour le moment, les autorités judiciaires françaises n’ont pas encore rendu publique les résultats de l’enquête et de l’autopsie effectuée sur la dépouille de Jugurtha. Selon une source proche de ce dossier, l’autopsie fait état d’une « mort violente ». Agé de 38 ans, Jugurtha Louerguioui laisse derrière lui une épouse et trois enfants à bas âge.

Lyes B

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here