Tribunal criminel de Tuvirett : Le militant politique Younes Bounadi jugé le 20 février

0
462
Younes Bounadi
Younes Bounadi

TUVIRETT (TAMURT) – La chambre d’accusation près la cour de Tuvirett (Bouira) a décidé de renvoyer le dossier du détenu politique Kabyle Younes Bounadi au tribunal criminel de la même ville. Son procès est programmé pour le 20 février prochain, selon une source judiciaire.

Injustement détenu à la prison de Haizer (Tuvirett) depuis plus de 18 mois, le procès du militant indépendantiste kabyle Younes Bounadi s’ouvrira le 20 février. Il a été interpellé par les services de répression algériens dans le cadre de la vague d’arrestations des militants kabyles, enclenchée au-lendemain de la mobilisation historique des indépendantistes, en Kabylie, lors des marches organisées le 20 avril 2021, pour commémorer les printemps kabyles (1980/81 et 2001). Cette répression s’est intensifiée suite au classement arbitraire du MAK comme organisation ‘’terroriste’’, en mai de la même année, et après que la junte militaire ait embrasé la Kabylie par des incendies criminels. Le plan diabolique soigneusement préparé et exécuté par régime algérien consistait en effet à incendier la Kabylie et accuser ensuite les indépendantistes kabyles d’être à l’origine de la catastrophe. Sa propagande mensongère et honteuse a été mise à nu.

Le dernier communiqué de l’ONG Amnesty International, dénonçant les condamnations à mort de kabyles innocents dans l’affaire des incendies criminels de Kabylie et le meurtre de Djamel Bensmail en est la preuve éclatante. Aussi, lors de l’examen périodique universel auquel l’Algérie a été soumise le 11 novembre dernier, à Genève, des pays membres du Conseil des droits de l’homme ont ouvertement dénoncé l’instrumentalisation par le régime algérien de la justice, notamment en promulguant l’article 87 bis, pour arrêter et condamner arbitrairement des militants politiques.

Les Etats-Unis d’Amérique et d’autres pays ont demandé expressément à ce que cet arsenal juridique soit abrogé. En attendant, des dizaines de militants kabyles croupissent encore dans les geôles algériennes. Malgré son état de santé critique, la justice algérienne refuse d’accorder une liberté provisoire au militant Younes Bounadi, dont le procès se tiendra dans un peu plus d’un mois.

Lyes B.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here