2e mandat pour Tebboune
Les relais s’activent en Kabylie

8
1446
Ouahab Ait Menguellet invite Tebboune en Kabylie
Ouahab Ait Menguellet invite Tebboune en Kabylie

TIZI OUZOU (TAMURT) : Ce qui n’était qu’une rumeur il y a quelques jours, s’est finalement confirmée cet après-midi. En effet, l’idée de regrouper des élus de la région afin de soutenir un deuxième mandat pour Tebboune s’est « concrétisée » cet après-midi à Tizi-Ouzou.

Avec quelques élus locaux, un député et deux sénateurs venus de wilayas hors de Kabylie, la réunion s’est tenue juste pour un appel de pied à Tebboune afin, à première vue, de visiter la Kabylie. Ouahab Ait Menguellet, député de la wilaya et chef de file des relais de Tebboune à Tizi-Ouzou, dans son discours, a soutenu la nécessité d’appeler Tebboune pour se rendre dans la région, pour que, pense-t-il, « bénéficie de projets de développement ». L’ex-P/APC de la ville des Genêts, dont l’œuvre, à la tête de cette municipalité, restera éternellement une tâche noire dans sa carrière, a déclaré que cette initiative sera généralisée à toutes les wilayas du pays.

Ce projet, annoncé, à demi-mot, par Ait Menguellet depuis quelques mois déjà se voulait une base militante pour la nouvelle façade civile du pouvoir militaire algérien. Or, les conditions dans lesquelles ce même chef de file fut élu -moins de 500 voix- ont fait que le projet reste en stand-by jusqu’à aujourd’hui. Le fils du militant berbériste M’barek Ait Menguellet, assassiné pour berbérisme par les responsables du FLN durant la guerre de libération, n’est pas le seul à vouloir se poser en relai actif de Tebboune. Il est, en fait, en concurrence avec un autre ex-cadre du RCD, qui s’emploi depuis quelques semaines à lancer la même initiative, mais sans réussir à convaincre les élus locaux. Le premier obstacle rencontré est le fait qu’aucun élu ne pouvait se prévaloir de la légitimité populaire du fait du boycott massif de la Kabylie des trois dernières consultations organisées par le pouvoir d’Alger, à savoir les élections présidentielles, le referendum sur la Constitution et les élections locales.

Indépendamment de cet aspect qui reste, à ne point se méprendre, une seconde nature du pouvoir algérien, ce sont les motivations que mettra en avant Ouahab Ait Menguellet pour convaincre de sa « bonne foi » qui poseront problème. Va-t-il évoquer les centaines de détenus kabyles que ce même Tebboune qualifient de terroristes ? Que ramènera-t-il dans ses bagages lui qui a condamné 54 kabyles à la peine de mort ? Que dira-t-il aux familles des victimes des incendies criminels d’août 2021, dont l’enquête sur les commanditaires et les exécutants n’a jamais vu le jour ? Comment pourra-t-il se rendre dans une région qu’il ne cesse de diaboliser ? Autant de questions et d’interrogations auxquelles même Ouahab Ait Menguellet ne saura répondre sans se faire hara kiri. Nous y reviendrons.

Amnay I

8 COMMENTS

  1. Le plus grand ennemi de la Kabylie ce n’est pas tant le régime colonial arabo islamique mais bien les KDS de tous bord avec ses islamistes en embuscade, je me demande comment ces gens là pourtant bien identifiés circulent normalement en Kabylie alors qu’ils devraient être bannis de la Kabylie selon la tradition…. mais, reste t il encore un peu de cette dignité en Kabylie ?…la question reste bien posée.

  2. Iharkiyen n Landjri Al Moubaraka Al qowa Dhariba qui n a pas un sachet de lait pour ses SOUS CITOYENS …

    LA LIE DE LA KABYLIE mobilisée, vile, pour essayer de barrer LA ROUTE AUX BRAVES KABYES INDEPENDANTISTES …
    Tfou !!!

  3. Hors-jeu!
    La tare de ces arabisables, est qu’ils ont la nécessité du conflit pour s’offrir comme pro-régime et assimilateurs.
    Teboune en soi n’est pas le problème. Mais l’arabislamisme est incompatible avec la Kabylie. C’est la vraie question. Croire jouer le nationalisme de pacotille est ridicule.
    Le pays est sans fondements identitaires, croire l’unir avec les vendredi le ramadan et la guerre de libération, tout en exhibant boumediene – qui n’a jamais tiré une seule cartouche, sinon massacrer 400 membres du FFS en Kabylie en 63, comme symbole d’État est simplement une preuve du vide sémantique et politique.

    C’est là le vrai choix politique, entre ceux qui ont tué Krim belkacem , ou bien servir boumediene et sa clique qui avaient le soutien des oulémas dans le massacre des 400 Kabyles qui ont dit non à la dictature. Ces deux sociétés sont diamétralement opposées.

    Si ce Mr et ses amis ont des intérêts, ce ne sont pas les nôtres. Jouer la carte de l' »unité du pays » pour accaparer le pouvoir en Kabylie et donc continuer avec le statu quo est une politique bête ! Sans identité, il ne peut y avoir de vraies institutions, se contenter des nominations, c’est vouer le pays à un désastre à la Lybienne, modèle idéal de boumediene.
    Un peuple dont le passé sert juste à gagner du temps pendant que l’arabisation ronge les têtes et les comptes déficitaires est une absurdité monumentale.
    De deux choses l’une, ou le pays Corrige sa barbarie de politique d’arabislamisme ou alors ni les relais dans la région encore moins la répression ne feraient qu’élargir le fossé entre fausses institutions et faux élus jusqu’à rupture consommée.

    • Le moralisme sert ceux qui veulent perpétuer le statut quo . La même stratégie appliquée en 63 reste en vigueur aujourd’hui. On exhibe toujours le sens de l’unicité arabislamique comme un dénominateur commun. Bien entendu on force la main aux kabyles, qui doivent ainsi accepter la fatalité de l’État arabe algérien comme visière et détermination de l’identité. Un crime majeur qui alimente l’incertitude générale. Moralité, le régime veut nous inculquer, ce qui est fait ailleurs aux kurdes, accepter la défaite et la supériorité politique de l’arabisme vainqueur. Or, nous ne cherchons pas un colon plus gentille, mais vivre en Amazigh, c’est à dire en Homme et femme libres!

  4. Azul.

    Décidément, Amara Benyounes a fait des jaloux. Gageons que ces nouveaux KDS finiront exactement comme lui… peut-être dans la même cellule ? Et pourquoi pas ?
    Comme ça ils auront tout le temps pour se raconter des blagues…

  5. Il faut dire aussi, que si l’ initiative revient au régime, c’est parce qu’on a pas su occuper le terrain politique avec des propositions concrètes fonctionnelles. Le vide politique nous ramène toujours à la case départ, parce qu’on manque d’institution locale, ni Araches ni Agraw. Alors que nous avons de tradition la culture de la fédération. Qu’attendons pour former une sorte de Parlement Régional, même informel? Même la contrainte logistique et économique est contournable, grâce à la technologie!
    C’est le rôle les hommes politiques et hommes de culture de kabylie de prendre l’ initiative pour créer un sursaut salutaire, au pays. Sans quoi, c’est cette arabislamisme, habille utile à toute dictature arabe et islamique qui prendra le relais. Une région qui peut devenir l’ exemple d’ autonomie, résilience et surtout un moyen pédagogique et politique qui interprète la continuité de la citoyenneté et responsabilité des institutions. Sauf cette certitude rendra fluide la notion d’État. Le terroir est la garantie des institutions solides, ce qui crée la richesse ce sont le marché gouverné par des règles partagées et assumées. C’est du bas vers le haut que le processus créé et consolide les bonnes pratiques comme la subsidiarité. Or, le régime délègue ses préfets pour  » créer des richesses « !

    Une aberration économique politique qui n’a jamais créé de richesse nul part!

  6. Jouer la carte du séparatisme est ridicule. Nous devons imposer notre personnalité amazigh dans toute l’Algérie pas uniquement en notre chère kabylie car les Algériens dans sa majorité sont ethniquement amazighs. Les tenants du pouvoir en Algérie sont tous en majorite soit chaouis, kabyles ou amazigh de l’ouest, le president, le chef d’etat major, le président de l’APN……
    Il faut êtres honnêtes avec soit meme.

  7. Bravo, vous pratiquez la censure au même titre que le gouvernement que vous condamnez. Vous ne cessez de vous plaindre de ce regime autoritaire mais vous faite la meme chose, vous eliminez les opinion qui ne vous plaisent pas. que feriez vous si vous prenez le pouvoir? un desastre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here