Ath Yenni : Forte affluence à la fête du bijou

0
1309
Stand d'exposition à la fête du bijou d'Ath Yenni
Stand d'exposition à la fête du bijou d'Ath Yenni

TIZI WEZZU (TAMURT) – La 17e édition de la fête du bijou d’Ath Yenni (10 au 19 août), qui s’est ouverte jeudi dernier, enregistre une forte affluence du public. Les visiteurs ont afflué des quatre coins de la Kabylie et au-delà pour découvrir la beauté des bijoux réalisés par des artisans locaux, dont le savoir-faire se transmet de génération en génération.

Au total, 135 artisans, un record, participent à cette fête annuelle, placée cette année sous le signe « Bijou d’Ath Yenni, vecteur de développement local ». Deux sites ont été aménagés par les organisateurs pour accueillir l’exposition-vente des bijoux et autres produits artisanaux. Il s’agit de la maison de jeunes Kedache Ali et du CEM Larbi Mezani. La cérémonie d’ouverture était des plus festives. La talentueuse artiste kabyle Tayacout était présente et a émerveillé le public en interprétant sa chanson ‘’Ameqyas’’, qui est un bel hommage aux artisanes et artisans d’Ath Yenni. « Je suis une Kabyle, qui honore bien sa Kabylie et sa Kabylité et je le ferais jusqu’à mon dernier souffle. Je suis une artiste qu’on sollicite pour de merveilleux événements, en Kabylie et ailleurs, et je répondrais toujours présente pour toutes les invitations des villages et localités de notre grand et très large territoire Amaziɣ avec une grande joie et honneur », a déclaré Tayacout.

Au programme de ce festival, plusieurs conférences sont prévues sur des thèmes liés au bijou. Ce samedi, M. Guendouzi Brahim a animé une conférence sur le « Savoir-faire ancestral et dynamique économique locale », en se focalisant sur le cas de la bijouterie d’Ath Yenni. D’autres conférences sont programmées le 14 et 18 août, respectivement sur les thèmes « Histoire du bijou, focus sur le bijou d’Ath Yenni », et « L’artisanat, un facteur de développement solidaire », avec une illustration par le bijou d’Ath Yenni.

L’ancrage de l’artisanat du bijou à Ath Yenni, une région montagneuse sise à 35 km du chef-lieu de la ville de Tizi Wezzu, remonte à plusieurs siècles en arrière. Selon une légende ou une histoire vraie, les artisans d’Ath Yenni, à l’époque ottomane, « excellaient tellement dans leurs réalisations que certains s’amusaient même à défier les autorités ottomanes en reproduisant à l’identique leur monnaie ».

Lyes B.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here