Bouchachi s’oppose au fédéralisme, le denier espoir de la Kabylie

3

                                                                            

BGAYET (TAMURT) – La Kabylie est la seule région qui a invité maître Bouchachi pour des conférences. En effet, il a donné trois conférences en deux jours, la première à l’université de Bgayet où il a été sollicité par la communauté estudiantine des Hammadites. Il est ensuite parti a Aokas sur invitation du centre culturel Azday adelsan n Rahmani Sliman. Enfin il a été invité par l’association Awal issawal de  Melbou situé à l’Est du département de Bgayet.

Pendant les trois  conférences, les salles étaient pleines. Par manque de places, le public était même assis par terre, d’autres écoutaient de l’extérieur . Le public kabyle  très politisé, veut s’informer. Les associations et les cafés littéraires en Kabylie sont très actifs malgré les intimidations et interdictions qu’ils subissent de la part de l’administration coloniale arabo-algérienne. Heureusement, pendant le débat un jeune étudiant a posé une question sur le fédéralisme comme étant « une bonne solution pour l’Algérie avec lequel chaque région pourrait développer son économie et sa particularité culturelle pour éviter les dysfonctionnements et les blocages de la gestion centralisée»

Pendant la conférence de Bgayet, Maitre Bouchachi a longuement insisté sur la description et la nature pacifique du mouvement de contestation populaire contre le pouvoir algérien. ll a expliqué sa proposition de sortie de crise, sans aborder les problèmes liés à l’oppression que subie la Kabylie de la part du pouvoir. Maitre Bouchachi s’est montré très opposé à cette proposition « le fédéralisme n’est pas une solution pour l’Algérie » puis il a ajouté « il y a un seule peuple en Algérie ». Maître Bouchachi a donné les exemples de deux pays, « le Maroc a la même composante ethnique, mais il a refusé le fédéralisme ». Puis Il a cité l’exemple de l’Irak où «  les Kurdes et les chiites ont entrainé la partition et la destruction de l’Irak ».

Maître Bouchachi, qui prétend avoir fait des études en Angleterre, ne cite que les mauvais exemples des deux  dictatures sanguinaires dans lesquelles le fédéralisme a échoué et où les minorités sont massacrées pour faire peur au peuple Kabyle. L’ancien député s’est gardé de citer les bons exemples où le fédéralisme a fait le bonheur et la puissance de beaucoup de pays composés de plusieurs peuples comme le Canada, la Suisse, l’Allemagne, l’Angleterre, les USA…etc. Le conférencier, qui en réalité est en campagne électorale, a tenu à rassurer son auditoire kabyle en promettant qu’après l’instauration de la démocratie, il y aura des améliorations des contenus de l’enseignement scolaires.

Avec son opposition au fédéralisme et à la régionalisation pour la Kabylie, il vient de donner raison aux mouvements indépendantistes kabyles et les rassure de la bonne voie qu’ils ont choisi. Maître Bouchachi  est natif de Jijel, il a fait ses études à Tizi Wezzu où il a appris la langue kabyle.

Kader DAHDAH

3 COMMENTAIRES

  1. Je me demandais si cet homme avait quelques bases pour être l’ invité des universités, là où on devrait débattre en articulant l’analyse? S’ il a le Maroc comme référence c’ est qu’il ne devait pas être pris en considération, le Maroc n’ est ni u exemple de représentativité ni d’ équilibre. Au FFS le zaimisme a été le trait d’union sémantique entre l’ arabisation et l’ assimilation. J’ ai pu le constater combien tous les kabyles arabisés sont mis devant les projecteurs, ce qui signifie que le régime les veut imposer comme les représentants de la kabylle malgré elle.

  2. Il ne faut pas s’attendre à une position différente de M Bouchachi, sachant qu’il a été formaté politiquement au sein du ffs. Tout ce beau monde ne doit certainement pas connaître le sens du verbe « FÉDÉRER », je les renvoie pour cela au dictionnaire. Si seulement, on tenait compte de notre propre expérience historique, on se serait rendu compte que si la guerre d’Algérie a réussi c’est justement, parce que l’organisation en wilayas autonomes était un genre de fédéralisme imposé par les circonstances. En effet, chacun des peuples d’Algérie n’acceptait d’être commandé et d’obéir qu’a un chef de sa région. Pour l’avoir ignoré, cela qui a causé la mort du colonel Ali Mellah et de ses compagnons, envoyés d’Alger pour commander la wilaya 6 du sud qui venait d’être créer après la Soummam. Les maquisards recrutés sur place, n’accepta pas d’être commandé par des kabyles, venus du nord, et dont ils ne comprenaient pas la langue. Ils ont fini par l’assassiner lui et une partie de ses compagnons, avant q’une partie de ces assassins ne rejoigne les forces françaises franco musulmanes, FFFM. Cette décentralisation poussée à l’extrême, mais qui n’emp pas la solidarité, inter-wilayas a permis de conduire la guerre. Le jacobinisme imposé par benbella et boumediène a été hérité des structures coloniales françaises. C’ le système idoine pour installer la dictature lorsqu’il est mis en place par des paysans incultes dont l’univers culturel se résume à la Zitouna de Tunis. Les deux exemples cités par Bouchachi né sont pas des fédérations, l’un le maroc est un royaume, comment voulez-vous qu’un roi qui prétend descendre d’un «  prophète » accepte de partager son pouvoir avec des régions qui lui seront hostiles. L’autre pays l’irak est une dictature sanguinaire, détruite par les Américains à cause de son tyran. Les américains ont voulu diviser le pays en trois entités selon leurs confessions et leurs ethnies. Donc ils n’o jamais été une fédération et dans ce cas M Bouchachi est de mauvaise foi en citant ces deux exemples pour tromper les kabyles et leur faire peur.! Les Kabyles feraient bien de méditer cette sentence de Da Lmulud Mameri qui disait a l’attention des kabyles « les paroles qui vous bercent sont celles qui vous bernent. »

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici