Issad Rebrab incarcéré à la prison d’El Harrach

1

ALGERIE (TAMURT) – Le général Ahmed Gaid-Salah, chef d’état-major de l’armée algérienne, est passé à l’action à peine quelques jours après avoir menacé le général Mohamed Mediene, surnommé Tewfik, auquel il avait lancé un dernier avertissement. Gaid Salah a actionné la justice contre le « bras financier » du général Tewfik : Issad Rebrab.

La procédure a duré moins de 24 heures. En effet, après avoir été arrêté lundi dernier par la gendarmerie, Issad, Rebrab, qui est l’homme le plus riche d’Algérie, a été acheminé à bord d’un fourgon cellulaire de la gendarmerie vers le tribunal de Sidi Mhamed. L’interrogatoire du juge d’instruction a duré jusqu’à après minuit de la nuit de lundi dernier. Après quoi, ordre a été donné de procéder à la détention préventive d’Issad Rebrab. Ce dernier a été transporté à bord du même fourgon cellulaire vers la prison d’El Harrach où il risque de connaitre le même sort que Ali Haddad (en prison depuis près d’un mois) et les Frères Kouninef en attendant les autres hommes d’affaires algériens impliqués dans des affaires de corruption avérées.

Issad Rebrab est poursuivi pour : « fausse déclaration relative aux transferts illicites de capitaux de et vers l’étranger, surfacturation d’équipements importés et importation de matériels d’occasion alors qu’il avait bénéficié d’avantages douaniers, fiscaux et bancaires ». En guise de réaction à l’arrestation de Issad Rebrab, les travailleurs du groupe agro-alimentaire « Cevital », à Bgayet (dont Rebrab est le patron) ont organisé une marche de protestation ce mardi afin de dénoncer l’arrestation de leur patron et d’exiger sa libération. Après avoir observé, le même jour, un sit-in à l’intérieur du complexe « Cevital », les employés de Rebrab ont décidé d’investir la rue où ils ont marché en scandant des mots d’ordre comme : « Libérez Rebrab Issad », « l’Algérie sous mandat de dépôt, libérez Rebrab », « libérez le créateur de richesses et d’emplois », « pour la libération immédiate de Rebrab », « non au sabotage de Cevital », « libérez le créateur d’emplois », « condamnez les voleurs », « l’homme qui a servi son pays ne mérite pas d’être traité de la sorte », etc.

Dans le même sillage, les employés de l’unité de production d’eau minérale « Lala Khedidja », dépendant du groupe « Cevital » et située dans la région d’Ait Bouaddou, ont organisé dans la même journée, une action de protestation pour exiger la libération de leur patron Issad Rebrab. Ils ont fait une marche au chef-lieu de la daira des Ouadhias, sise à trente-cinq kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou. La marche en question s’est ébranlée de l’entrée-est de la ville vers le centre-ville où se trouve le siège de l’administration locale. En plus des slogans plaidant en faveur de la libération de Rebrab, les marcheurs ont aussi crié des mots d’ordre anti-pouvoir.

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. Azul . Bonjour . Drôle de Justice que celle du pouvoir algérien . d’abord que Salah Gaid et le procureur aux ordres fassent état de leurs fortunes personnelles dans leur totalité , de tout ce qu’ ils possèdent et justifient leur mode d’acquisition avant d’ ordonner une telle incarcération arbitraire. je pense qu le sergent Garcia , le grand corrompu de L’ ANP n’est en réalité au’ un serviteur du clan Bouteflika . il mène la guerre contre l’ entourage qui était autour du président déchu , mais ne touche pas au clan .

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici