12ème anniversaire de l’assassinat de Lounès Matoub : Taourirt-Moussa se souvient du Rebelle

13

HOMMAGE (Tamurt) – En effet, des milliers de personnes, venues du fin fond de la Kabylie et des autres régions d’Algérie, se sont données rendez-vous hier matin à la maison de feu Lounes Matoub pour exiger la vérité sur son assassinat. Même de l’Oranie, des citoyens sont venus à Taourirt-Moussa pour rendre hommage à la victime d’un complot politique contre le président algérien de l’époque, Liamine Zeroual.

« Vérité sur l’assassinat de Lounès Matoub ! », « Assa Azekka, Lwennas yella yella ! » et « Kabylie autonome », tels sont les trois principaux slogans chantés en chœur par des milliers de voix.
Et en même temps, les couleurs de la nation kabyle sont portées et hissées par les milliers de mains.

En ce qui le concerne, le MAK a été représenté par une importante délégation, qui s’est recueillie sur la tombe du défunt en y déposant une gerbe de fleurs et en observant une minute de silence.

S’attarder sur la place où repose le Rebelle n’aurait pas été correct, car il fallait laisser la place à d’autres délégations pour rendre hommage à leur tour à l’Homme qui tomba sous les balles assassines à Thala-Bounane, il y a de cela 12 ans jour pour jour.

En tout cas, la cérémonie de recueillement a porté sur plusieurs points et paramètres. En effet, les fidèles à la mémoire du Rebelle ont pu revoir sa voiture, qu’il conduisait lors de ce funeste jour du jeudi, 25 juin 1998. Les différents impacts de balles sont encore visibles sur les côtés du véhicule.

Après cela, les pèlerins se sont rendus à la grande maison transformée d’ailleurs en siège de la fondation portant le nom du disparu. A Thala-Bounane, c’est-à-dire sur les lieux mêmes du guet-apens mortel, une autre cérémonie de recueillement a eu lieu. Là encore, il fallait jouer des coudes pour pouvoir prendre une photo du lieu de l’assassinat.

En somme, le 12ème anniversaire de l’assassinat du Rebelle a été grandement commémoré. Encore, faut-il souligner pour les besoins de l’histoire que la fondation baptisée au nom du disparu, victime d’une terrible manipulation, a tout fait pour freiner les militants et sympathisants du MAK lors de dépôt de la gerbe de fleurs. Ces personnes qui n’ont absolument rien à voir avec l’idéal du Rebelle ont tenté de casser la dynamique de la grande famille du MAK en lui exigeant par exemple de ne pas faire allusion à la politique dans leur discours. Cependant, de par leur forte présence, la délégation du MAK a pu s’imposer.

La mémoire du défunt sera toujours défendue par tous les kabyles et la vérité sur son assassinat sera également l’une de leurs exigences.