19 ème anniversaire de son assassinat : Qui a tué Matoub Lounes ?

8

ALGÉRIE (Tamurt) – A la veille du 19 ème anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounes, la question demeure toujours posée : qui a tué le Rebelle ? En dépit du fait que de nombreux éléments, pouvant être exploités par qui de droit, existent bel et bien, il n’en demeure pas moins que la vérité sur l’assassinat du symbole de la chanson amazighe et kabyle plus particulièrement demeure inconnue.

On a même l’impression que certains acteurs entretiennent sciemment le flou autour de cette affaire qui est loin d’avoir livré tous ses secrets. Si, pendant les premières années ayant suivi l’assassinat du Rebelle le 25 juin 1998, la Fondation qui porte son nom avait fait de la vérité sur l’assassinat du poète anticonformiste, un cheval de bataille, il n’en demeure pas moins que depuis quelque temps, la même Fondation n’évoque plus cette affaire entourée de plusieurs mystères. Pis encore, la présidente de cette fondation qui n’est autre que la sœur de Matoub s’est réconciliée publiquement avec Nordine Ait Hamouda, celui-là même qu’elle accusait pendant plus de seize ans « d’être impliqué dans l’assassinat de Matoub Lounes ». Pour rappel, les mêmes accusations avaient été formulées également par Malika Matoub contre de nombreuses autres personnalités publiques comme Saïd Sadi. Même Nadia Matoub, la veuve du Rebelle a été accusée par Malika Matoub, notamment dans son livre « Matoub, mon frère », d’avoir été pour quelque chose dans cet assassinat. Des années plus tard, on constate que les accusations de Malika Matoub ressemblent à un délire plus qu’à toute autre chose.

Par ailleurs, on se demande pourquoi des éléments aussi palpables et concrets que le témoignage de la sœur de Nadia Matoub n’aient jamais été pris en considération par la justice algérienne, sensé faire la lumière sur l’assassinat de Matoub. Pour rappel aussi, la sœur de Nadia Matoub a déclaré avoir reconnu un ou deux des assaillants lors de l’attentat du 25 juin 1998. Mais à ce jour, ce témoignage n’a jamais été pris en considération. Qui a intérêt à ce que les commanditaires et les assassins de Matoub ne soient jamais identifiés et condamnés ?

Tahar Khellaf