19 mars 1962- 19 mars 2018 : Evian, Krim Belkacem et l’Algérie

15
krim-belkacem
krim-belkacem

ALGÉRIE (Tamurt) – « Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font, et ceux qui en profitent », cette citation de Napoléon Bonaparte prend tout son sens dans le cas de la Révolution de libération algérienne. Au moment où des hommes comme Krim Belkacem se battaient avec hargne et témérité pendant des années aussi bien sur le plan armé que politique, d’autres sont restés tapis dans l’ombre, guettant sournoisement le moment propice pour surgir de nulle part et prendre les rênes du pays. Après quoi, ils le jetteront dans l’inconnu et la désolation.

C’est ce qui s’est malheureusement passé au lendemain de la signature des accords d’Evian par la délégation  de l’ALN-FLN, conduite par le lion des  montagnes Krim Belkacem qui sera d’ailleurs assassiné quelques années plus tard en Allemagne, où il s’était exilé. Ce dernier, incontestablement, une fois la guerre terminée, devait naturellement devenir le Président de la République Algérienne. Mais, les loups l’attendaient au tournant pour lui couper l’herbe sous les pieds. Aujourd’hui, lundi 19 mars 2018, soit 56 ans,  jour pur jour, après la signature de ces accords qui ont mis fin à 130 ans d’occupation française et à 7 ans de guerre atroce, le constat est sans appel : le pays est dans une situation déplorable. Et pour cause, juste après la signature des Accords d’Evian, les principaux acteurs de la guerre d’algérie à commencer par Krim Belkacem, se sont retrouvés écartés avec entre autres la complicité de certains pays arabe dont l’Egypte chère à un certain Ahmed Ben Bella.

Après 1962 donc, le pays a été pris en main et en otage par une poignée de dirigeants, sans stature et sans niveau d’instruction, mais surtout sans scrupules. Ils ont commencé à instaurer une dictature et à diriger le pays d’une main de fer. Les assassinats politiques s’en suivirent, la chasse aux compétences également a fait partie des priorités des gouvernants. Cinquante six ans plus tard, Krim Belkacem et ses compagnons, ceux qui ont déclaré la guerre en 1962, se retourneront dans leur tombe en constatant dans quel état  l’Algérie se retrouve aujourd’hui.

Tarik Haddouche

15 COMMENTAIRES

  1. Vous racontez tous des bobards concernant A.Ramdane Dans le fameux livre dYves courrieres où Krim raconte avoir accompagne Abane au maroc , receptionne à l’aeroport par Boussouf et deux de ses judodas gardes du corps ( senti le complot il aurait tente de resister en vain que Boussouf avait pretexte une reunion avec les chefs) en conduisant Abane dans vers cette fameuse maison non sans avoir oppose une vaine resistance il se serait retourne vers Krim on lui assenant ceci(Krim moi je vais passer mais toi tu ne restera pas derriere moi !)A bon kabyle salut!!!

  2. Malheureusement ,ce qui s’est passé ce jour du 19 mars 1962 a évian ce n’est que l’interface des accords conclus entre le groupe de oudjeda et de gaulle dans l’ombre en présence des égyptiens juste après l’élimination d’AMIROUCHE en mars 1959 ne reflète pas du tout la réalité de plus ils ont la main mise sur les cotisations recueillis par l’immigration kabyle de l’époque en France
    l’indépendance de l’ALGERIE est décidé et planifié et travaillée entre ces deux parties pendant trois ans à l’insu et au dos des kabyles c’était dommage que nous étions naïfs a ce point toute est joué sur notre sort

  3. C’est le MALG, lequel amarrait le Clan d’Oujda (1956-1978) qui a décidé la mort de R. Abbane. C’était Boussouf, le Chef du MALG (la Police politique secrète naissante) qui avait pris cette décision à laquelle il avait rallié tout le puissant Clan d’Oudjda, puissant car puissamment amarré au puissant MALG). Krim était, comme tous les Militaires (à l’exception du Colonel Slimane Déhilès) favorable à l’éviction de R. Abbane. Boussouf, en maitre-manipulateur et d’une froideur extrême, miroitait pour Krim le poste de R. Abbane (Chef du CCE) un fois celui-ci ‘ écarté ‘. Se pose alors la question de savoir si Krim était au courant du projet d’assassinat décidé par Boussouf (MALG) et son Clan d’Oudjda ….

    A son arrivée au Maroc en compagnie de R. Abbane, Boussouf avait demandé à ses hommes de main (tueurs) de désarmer Krim. Boussouf avait certainement peur de la réaction de Krim quand il allait lui montrer la dépouille mortelle …. DDe là on peut déduire que Krim n’était au courant du projet d’assassinat, bien que favorable à l’écartement définitif de R. Abbane…. dans le but d’asseoir la ‘ primauté du militaire su le politique = dictature, tout le contraire des dispositions du Congrès de la Soumam….

  4. Cher Étataqvayli,
    D’abord, on est pas sur la même longueur d’onde. Moi, je parle de la Bleuite, que tous les historiens connaissent. C’est une ruse que l’armée française avait fomenté pour faire croire que les jeunes étudiants et intellectuels, qui ont rejoint le maquis en 56, étaient des mouchards, ce qui a provoqué leur massacre de la part de Amirouche! Selon un secrétaire de Amirouche, ce dernier a tué des gens instruits en dehors du scénario de la Bleuite, car il détesté les gens cultivés! Voilà la triste réalité? il faut arrêter de sacraliser des personnes décédées. Je dis, étant donné que ces personnes étaient limitées intellectuellement, ils auraient agit de la même manière que leur pair aujourd’hui…

  5. Oh Cher honorable lecteur des grands cieux les plus cléments …
    Justement j’attendais une réponse explicite et fluide comme celle des eaux de Timgad pour m’éclairer davantage du rôle réel de Krim Belkacem concernant la disparition et la perte tragique de Abane Ramdane à ma grande surprise, je suis foncièrement déçu de ce genre de commentaire venant de votre part
    quant à ma salive, n’attend pas Monsieur pour se mettre en mode économique

    En chaoui on dit ‘Gzu Imes Agl Ayl Ayla ergaz’
    Bien à vous

  6. pourquoi tu poses des questions lorsque tu as les reponses, economises ta salive.

  7. quand un pied est gangrene’, on le coupe pour sauver le reste du corps, c’est ce qu’a essaye’
    de faire Amirouche pour sauver la revolution, il n’y a que les arabokhra qui pensent comme toi.

  8. Azul,

    Cher akron il faut essayer de faire démarrer ton cerveau noyé avant de dire des conneries.
    Si Amirouche était un arabomusulMents il y aurait des statues de lui partout dans cette algerie mais le fait qu’il soit un Aqvayli c’est un tyran.
    Une comparaison à ton niveau, Amirouche était chez lui en Kabylie, Hitler a massacré des gens hors de son territoire…
    Le pays Kabyle était sous occupation francaise « un peu comme aujourd’hui sauf que maintenant ce sont tes frères arabomusulMents » donc quoi de plus normal de se défendre et de tuer les militaires de l’armée du colon pas des civiles oui oui d’aller tuer les militaires avec les moyens du bord mais qu’est ce que tu veux quand on n’a pas d’histoire comme toi mon cher on raconte que des conneries.
    Chose que tu n’a pas connu, il y a très longtemps ma grand mère me racontait les massacres des paras « période triste » surtout quand on voit la situation de notre chère Kabylie.
    Malheureusement ils sont tous morts « gratuitement » Talwit Fellasen.

  9. Je respecte l’intelligence politique de cet homme qui a conduit la délégation algérienne à Evian en négociant avec Robert Lacoste. Que du respect pour cet homme qui signa l’acte de l’indépendance, l’histoire en est témoin et’mon père me l’a souvent dit
    Liquide de façon tragique et effroyable
    Mais une question me taraude l’esprit
    Qui a tué Abane Ramdane ??? Qui a donné l’ordre d’assassiner Abane Ramdane ??? Qui aurait l’idée satanique de mettre fin aux jours de Abane Ramdane ?? Qui a tendu le piège à Abane Ramdane d’aller dans une ferme au Maroc ??? Que des questions sans réponses ??
    Ne serait -il pas l’ombre de ******

  10. « la momie d’alger comme ils le surnomme » faisait partie de ces loups en enbuscade ce qui veut dire que politiquement l’algerie est encore en 1962 et le reste du monde est en 2018
    triste !

  11. Le terme  » Révolution  » c bien le joyeux mot chez les socialistes et communistes , soyez sure n´ira pas si lointaine cette révolution , tellement les peuples ayant besoin des forces libératrice mais une idéologie révolutionaire dont une doctrine marxiste ou communiste , il´n´ya marre de ce train traverse nos idées depuis 62 , de Ben bella ( le baathiste ) à Boumédiène ( communiste ) , ou bien Ait Ahment ( un socialiste islamisé ) ………………….etc , On ne sort pas du bercaille de l´anesthésie et l´asphéxie du coma de ces idéologies ( choisir entre la peste et le choléra ) .

  12. On ne peut dire ni du bien ni du mal de quelqu’un qui n’a pas goûter les saveurs du pouvoir. S’ il avait exercé le pouvoir, peut -être qu’il aurait été comme tout le monde : un dictateur. Amirouche a tué des centaines de personnes (la bleuite), malgré qu’il n’était qu’un simple chef de région; s’il avait été chef d’état, il aurait été pire que Staline et Hitler…

  13. Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font, et ceux qui en profitent »….nous savons ce qui nous attend, si d’aventure, la kabylie réussissait sa révolution.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici