Le 2 avril 1976 décéda Taoes Amrouche

1
Le 2 avril 1976 décéda Taoes Amrouche
Taoues Amrouche

KABYLIE (Tamurt) – 4O ans, sont passés depuis la disparation de la première romancière kabyle d’expression française. Taoes Amrouche, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, a rendu son dernier souffle le 02 avril 1976 en France, à l’âge de 63 ans. De son vrai nom, Marie Louise Amrouche, elle était née le 04 mars 1913 à Tunis.

Fille de Fadhma Aït Mansour et de Belkacem ou Amrouche. Journaliste, essayiste elle a publié son premier roman «Jacinthe noire », en 1947. Mais elle ne s’arrête pas là. Un recueil de poème intitulé « le grain magique » sera signé par les mains de cette femme très attachée à la culture kabyle ancestrale. Elle a consacré toute sa carrière littéraire, pour ne pas dire toute sa vie, à la culture kabyle. Toes Amrouche récidiva en publiant  « Rue des tambourins » en  (1969) et un roman autobiographique « L’Amant imaginaire » (1975). En 1995, un dernier roman posthume est édité : « Solitude ma mère ».

Mondialement connue, elle a participé à des centaines d’expositions et salons de livre ainsi que des manifestations littéraires à travers le monde. Elle était la porte voix de la femme amazighe. Taoes était aussi chanteuse avec une voix hors norme. Les bijoux Kabyles et les tenues traditionnelles de sa Kabylie ne quittent que rarement son corps. Bannie par racisme par le régime algérien, les jeunes générations kabyles, plus particulièrement les étudiants, ignorent hélas en majorité son existence. «  On l’oublie momentanément, mais ses écrits restent et on peut ratraper le retard et la faire connaître de nouveau  et j’en suis sûr qu’elle aura la place qui lui sied à l’avenir », nous déclara avec optimisme un étudiant en littérature française de l’université de Tizi-Ouzou.

 Lounès B