De l’oxymore en particulier au pléonasme en général

1
Tamazgha
Tamazgha

CONTRIBUTION (Tamurt) – En Afrique du Nord, la berbérité et l’arabité ne sont pas une question de race (de gènes), mais de culture. Bien plus que la culture, je dirais même une question de vision de l’univers. Pour les gènes, nous en partageons tous plus de 90 % avec les chimpanzés et les bonobos. Certains utilisent la génétique sciemment pour polluer et pervertir les valeurs portées et défendues par l’amazighité.

L’amazighité, telle que prônée par les Kabyles, est un ensemble de valeurs existantes effectivement ou existantes sous forme d’idéal collectif, de projet de société. Ces valeurs sont en opposition frontale avec l’idéologie arabo-islamique. Un Amazigh arabisé est un non-sens. C’est une tournure utilisée pour banaliser l’acculturation et l’assimilation des Imazighen et surtout pour justifier l’acculturation et l’assimilation de ceux qui ne sont plus désormais des Imazighen. Un Amazigh arabisé est tout simplement un arabo-musulman. Le propre de l’amazighité est justement de ne pas s’arabiser.

En Afrique du Nord, la seule distinction possible entre les imazighen et les arabo-islamistes réside dans la résistance des Imazighen non arabisés à leur assimilation. C’est cela l’amazighité. Les gènes n’ont rien à voir là-dedans. En un mot, si tu résistes à l’assimilation tu es encore amazigh. Si tu entames le processus de ton assimilation, tu as déjà quitté l’amazighité. Si tu es totalement assimilé, tu n’es plus Amazigh. Je ne suis pas contre l’assimilation dans la neutralité, quand elle est individuelle.

Un Amazigh qui émigre en Syrie et qui s’assimile arabe ne me pose aucun problème, un kabyle qui émigre au Brésil et qui s’assimile latino-américain ne me pose aucun problème. Il y a problème lorsqu’un état planifie l’acculturation et l’assimilation massive d’un peuple de plusieurs millions sur sa propre terre. Il s’agit là d’un génocide culturel, d’un « linguisticide », d’un complot visant à l’éradication d’un fait social, culturel, humain. C’est un crime contre l’humanité, surtout si les victimes ne s’aperçoivent de rien. L’éradication de la culture kabyle se fait dans un cadre organisé, pensé, conçu, planifié et financé dans un but impérialiste avéré.

Pour l’arabo-islamisme, seule la disparition du nom « kabyle » et de ceux qui se revendiquent Kabyles sans aucune honte, peut faire oublier le fait que toute la région ait été conquise par l’épée, par la guerre.

Tant que la totalité des Nords-Africains n’est pas complètement assimilée, arabo-islamisée, l’idéologie arabo-islamiste et ses promoteurs ne se sentent pas à l’abri d’accusation d’impérialisme, de crime contre l’humanité et de complot contre une culture, contre une langue, contre un peuple.

Le fait de se revendiquer amazigh arabisé par l’islam met encore mieux à jour la nature du complot. C’est un argument en défaveur de l’islam, car il l’expose comme une religion impérialiste qui éradique les cultures locales suffisamment affaiblies après les conquêtes.

Amazigh arabisé est ce qu’on appelle un oxymore. Ne tentez pas d’en faire un pléonasme.

Ariless

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici