Veillée de Leïllat El Kadr, Ahmed Ouyahia et ses ministres en Djellaba

29
Bensalah à la grande mosquée 'Alger pour la priere de Aïd el-Adha
Bensalah à la grande mosquée 'Alger pour la priere de Aïd el-Adha

ALGERIE (Tamurt) – Et comment ! Les caméras ont montré Ahmed Ouyahia et ses ministres en Djellaba. Habituellement seul Abdelaziz Belkhadem s’affichait dans cette tenue symbolisant naturellement à ses yeux l’islamisme et l’arabisme. Hier soir, c’est Ahmed Ouyahia, le brillant universitaire, Ahmed Ouyahia, l’homme qui porte le costume impeccable à l’occidentale, Ahmed Ouyahia, l’amateur de bons alcools et célèbre ‘éradicateur’, qui s’est affiché avec cet accoutrement dont le commun des mortels devine la signification et la portée politique.

N’était-ce l’inauguration de la mosquée d’Aghribs par « le chantre » de la laïcité, le Dr Saïd Sadi, et la présence de Amar Tou et El-Hadi Khaldi, respectivement ministres des transports et de la formation professionnelle, tous deux connus sur la place publique comme étant des noceurs et des jouisseurs, qui avaient troqué leurs beaux costumes contre cet habit typiquement arabe rappelant aussi bien le désert et l’époque des premiers siècles de notre ère, le premier ministre dans sa djellaba serait peut être passé inaperçu. Comme ce n’est pas le cas, les observateurs politiques se sont retrouvés forcés à décrypter ces signes vestimentaires. La conclusion tirée est simple et claire comme de l’eau de roche : l’Etat algérien est désormais islamiste.

A partir de ce constat, les algériens et les kabyles se trouvent dès lors en droit absolu de demander pourquoi alors avoir causé la mort de milliers de personnes pour arriver à ce résultat? En effet, il est tout a fait légitime de se demander pourquoi le pouvoir a confisqué la victoire au Front Islamique du Salut (FIS) en janvier 1992 en interrompant le processus électoral et aujourd’hui, 18 ans après, il applique leur programme ?

A titre de rappel, lors des élections de décembre 1991, au premier tour, le FIS a obtenu 188 sièges, le FFS 20 sièges et le FLN 15 sièges. Dans leurs discours officiels, les généraux qui ont décidé d’interrompre le processus électoral en renversant le président Chadli Bendjdid, et ce, avec la caution de certains responsables civils à l’instar du « champion » de la laïcité inaugurant maintenant des mosquées, leur geste était motivé par la nécessité de sauver la république, et, par conséquent, rester fidèles à la lettre et l’esprit du 1er Novembre 1954 et du Congrès de la Soummam. Faut-il donc comprendre qu’on se rend compte aujourd’hui que la lettre et l’esprit du 1er Novembre 1954 et le Congrès de la Soummam sont dépassés ? Faut-il comprendre qu’on se rend compte aussi que le FIS avait raison dès 1989 quant au projet de société qu’il avait présenté aux Algériens ? Si c’est le cas, la supercherie est trop grosse pour ne pas demander des comptes à ses auteurs. Une supercherie qui a coûté la vie à des milliers de personnes mérite de faire traduire ses auteurs devant le tribunal pénal international (TPI) pour crimes contre l’humanité. Mais était-ce vraiment une erreur d’avoir tenté de sauver les algériens d’un recul de plusieurs siècles ? Certainement non. Toutefois, le grand crime fut d’avoir légalisé les partis islamistes, surtout, d’avoir encouragé l’islamisme pour empêcher l’émergence de la démocratie et donc de l’identité des peuples amazighs en général et kabyle en particulier.

Il est vrai aussi que les auteurs du processus électoral n’étaient pas seulement motivés par la sauvegarde du caractère républicain de l’Etat algérien puisque la donne financière était en jeu. La violence terroriste provoquée et manipulée par le pouvoir a permis non seulement de sauver le régime qui était sur le point d’être balayé par une révolte sociale à partir de 1988 mais aussi de permettre à certains dignitaires du régime de gonfler davantage leur fortune. La gestion opaque de la SONATRACH, l’import-export, la création de sociétés de gardiennage et même le trafic d’armes sont quelques exemples de cet affairisme de temps de guerre.
Le motif de la sauvegarde de la république a longtemps occulté les desseins inavouables. C’est pourtant ce même motif qui doit être mis en avant aujourd’hui pour souligner et prouver la supercherie des dirigeants algériens.

Certains observateurs soulignent qu’Ahmed Ouyahia est le candidat de l’armée et que celle-ci le préparerait à succéder à Abdelaziz Bouteflika. Vu que celui ci est kabyle, les militaires ont besoin de le travestir en arabe, ce qui pourrait expliquer le port de la djellaba pour le faire admettre par les algériens arabophones. En somme, l’armée veut présenter Ahmed Ouyahia comme un kabyle certes, mais prêt à renier ses origines kabyles. Autrement dit un kabyle qui cessera d’être kabyle dès qu’il sera chef d’Etat. « C’est une sorte de concession », explique encore un universitaire, très au fait des méandres de la politique algérienne. Et une fois dans son palais, après avoir fini de s’exhiber dans sa djellaba d’arabe et signé les documents exigés par le protocole, Ahmed Ouyahia pourrait retrouver son statut de brillant universitaire et de moderniste ainsi que ses tendres passions, à savoir les bons alcools et les jolies femmes.

Si cette thèse est vraie, force est de reconnaître que les calculs et les prévisions des chefs militaires ne manquent pas d’intelligence. Enfin presque. Car la Kabylie ne semble pas être prise en considération comme élément de l’équation. Il est à se demander effectivement si ces stratèges militaires sont convaincus que la désignation de Ahmed Ouyahia fera la joie du peuple kabyle ou si tout simplement ils comptent le lui imposer ? Ou peut-être croient-ils encore qu’un chef d’Etat kabyle de service fera oublier à la Kabylie sa revendication d’autonomie et l’espoir qu’incarne le Gouvernement Provisoire Kabyle ? Si c’est le cas, les chefs militaires peuvent revoir leur copie. Car la Kabylie ne renoncera jamais à son autonomie, seule gage de la maîtrise de son avenir de progrès et de son ouverture vers l’universalité.

Par ailleurs, l’histoire nous a appris que ceux qui renient leurs origines se sont montrés d’une férocité et d’un mépris hors du commun envers le peuple dont ils sont originaires. Quelques exemples ? Quand l’armée de Sadam Hussein gazait le peuple kurde, elle avait à sa tête un Kurde. Gichin Funakushi, fondateur du karaté moderne, a nourri jusqu’à son dernier souffle une haine sans pareille pour le peuple chinois. Gichin Funakushi était Chinois avant de se naturaliser Japonais. Geronimo, le célèbre chef apache, avait à ses trousses des éclaireurs apaches quand l’armée américaine lui donna la chasse. Des tortionnaires de l’ex-sécurité militaire qui avaient sauvagement torturé les militants kabyles de la démocratie étaient des Kabyles. Le peuple kabyle ne peut donc pas ignorer le traitement que lui ferait subir Ahmed Ouyahia, le Kabyle de service, s’il venait à être placé par les militaires au fauteuil d’El Mouradia.

Pour prouver son arabité aux arabes, il n’hésitera pas une seconde à faire aux kabyles ce qu’avaient fait Attila et Gengis Khan à leurs ennemis. C’est pourquoi, nous jugeons urgent d’attirer non seulement l’attention des kabyles mais aussi celle des algériens sur le danger qui les guettent. L’islamisme et l’arabisme à outrance sont loin de constituer la voie du salut pour ce pays. Le régime militaire et dictatorial n’est pas non plus le seul rempart contre l’intégrisme islamiste. Le régime algérien, en place dès 1962, a montré ses limites. Ses hommes aussi. Il est temps donc de choisir un autre régime, celui défini par les résolutions du congrès de la Soummam.

Les jeunes algériens aujourd’hui, dans leur majorité, n’aiment pas leur pays. Quel meilleur désaveu peut-on adresser aux tenants du régime que cette fuite de milliers de jeunes qui bravent la mer dans des embarcations rudimentaires pour aller vers d’autres pays. Quel meilleur désaveu peut adresser le peuple au régime que de huer le chef d’Etat algérien et d’applaudir son homologue français marchant à ses côtés. « Vive Chirac… Vive Chirac… » tel est le cri poussé par des milliers de voix algéroises lors du bain de foule des présidents Bouteflika et Chirac dans les rues d’Alger. En levant le bras en guise de salut, le chef d’Etat algérien a eu en retour des sifflements et des insultes. Naturellement, ce n’est pas seulement Bouteflika qui était visé mais l’Etat algérien qu’il représentait. En dépit de toutes ces leçons, les choses ont continué à aller de mal en pis. Les décideurs poussent encore aujourd’hui l’outrecuidance à tenter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Ils veulent faire passer Ahmed Ouyahia le kabyle de service pour « un arabe » aux yeux des algériens et montrer aux kabyles que l’islamisme et l’arabisme sont une fatalité et qu’il n’y a pas d’autres choix que de les accepter.

29 COMMENTAIRES

  1. Azul Saïd Tissegouine,

    Vous écrivez : {« Il est temps donc de choisir un autre régime, celui défini par les résolutions du congrès de la Soummam. »}

    Avez-vous lu la Plate-forme de la Soummam ? Savez-vous que c’est un plate-forme islamique? On peut la lire sur Internet, par exemple sur le site du RCD. Voici ce qu’elle dit :

    « La langue arabe, {{langue nationale de l’immense majorité}}, a été systématiquement étouffée. Son enseignement supérieur a disparu dès la conquête par la dispersion des maîtres et des élèves, la fermeture des universités, la destruction des bibliothèques, le vol des donations pieuses. {{La religion islamique est bafouée}}, son personnel est domestiqué, choisi et payé par l’administration colonialiste.  »

    Vous ne trouverez aucune mention de tamazight, encore moins de taqvaylit.

    Elle dit aussi, répondant aux manoeuvres colonialistes français :

    « Cette manœuvre grossière de dernière heure ne dupera pas les fellahs qui ont déjà mis en échec la vielle chimère des «affaires indigènes» {{séparant artificiellement les Algériens en Berbères et Arabes hostiles}}. »

    Si on peut comprende que le FLN d’alors ait essayé de limiter les divisions coloniales entre Algériens pour sa lutte, on peut aussi dire que déjà, à l’époque, cette division était ancienne et ne venait pas du colonialisme, puisque au moins dès 1949, il y avait une séparation pas du tout artificielle entre arabistes, inspirés par l’islamiste Chakib Arslane et les Kabyles berbéristes qui se disaient aussi algérianistes. Alors en 1956, c’était déjà du réchauffé. Du reste, beaucoup de nationalistes algériens berbéristes ont été tués par les agents du FLN uniquement pour imposer l’arabisme. Et ce ne sont pas Abane Ramdane, Ait Ahmed, Krim Belkacem ou Amirouche… qui se sont opposés à cela. Bien au contraire. Aujourd’hui, les choses sont si claires que vous en avez fait l’objet de votre article.

    Je ne parle pas de « l’algérie une et indivisible », de l’instauration du parti unique (FLN), clairement demandé à la France {{coloniale}} par cette plate-forme, etc.

    Et c’est ça à quoi il faudrait revenir selon vous? Pitié a din qessam !!

  2. En un petit paragraphe, vous avez réussi l’exploit de donner des informations fausses, de vous auto-intoxiquer et de déverser la haine qui vous consumme sur les Kabyles.

    Premièrement, Si Ouyahia est de Vuadnane, Belaïd Abdesselam est de Sétif (Aïn El Kebira), et Mohammedi Said (pas Mohamed) de Larbaa Nath Irathen. Alors de quelle région parlez-vous qui les regrouperait et qui serait {« une contrée de Kabylie toujours polluée par les néfastes desseins de ces personnages qui n’ont aucun principe »}?

    Manifestement, vous ne connaissez pas la Kabylie, ni ceux dont vous parlez, autrement, vous n’auriez pas bavardé pour rien.

    Deuxièmement, les gens de Vuadnane ne sont pas ce que vous dites en les insultant avec des généralisations sorties de votre tête de malade. Je cite quelqu’un de plus crédible que vous sur Vuadnane, à savoir Lounès Matoub, qui parle ainsi à Ouyahia et de sa région natale dans {tabṛatt i leḥkem} :

    Mačči d keč i di-yecqan

    Ur teggareḍ dg-i lḥemṣa

    I di-ɤaḍen d-bu-ɛednan

    D yergazen at lbaḍna

    La prochaine fois que vous sentirez monter votre haine de soi, allez consulter un psy, il y a même des psy kabyles à votre service, mais épargnez-nous votre logorrhée.

    Un dernière chose : Ouyahia est un Kabyle, et comme tous les peuples, nous avons et nous aurons, hélas, des Kabyles dans son genre, qui travailleront comme mercenaires contre leur propre peuple pour quelques dinars. Il faut éviter de cultiver une idée manichéenne de la pureté kabyle où il n’y aurait que des bons et qui excluerait les méchants. Nous devons assumer notre « merde » comme tous les peuples adultes.

  3. « Voila l’avenir que reserve Boutef et Ouyahia les colons et leurs amis salafistes a l’Algerie amazighe: Arabie saoudite – Haute trahison: elle se convertit au christianisme. Son père lui coupe la langue, puis la brûle vive. Un autre chapitre dans l’histoire de la Religion d’amour, de tolérance, de paix, des menaces, de l’intimidation, et des pères qui tuent leur propre fille. … Une jeune fille en Arabie saoudite a été sauvagement exécutée par son père musulman cette semaine après qu’il ait appris qu’elle s’était convertie au christianisme. Le site Middle East business news Zawya.com rapporte que l’homme, qui est un membre éminent de l’infâme « Commission de la vertu », a d’abord coupé la langue de sa fille, puis a tenu un débat religieux à sens unique avec elle. Il l’a ensuite brûlée vive. Les musulmans pratiquants croient que leur prophète Mahomet a enseigné que les musulmans qui se convertissent à une autre religion doivent être tués, souvent dans des conditions extrêmement brutales. » Par Akhnaton Mahomerd

  4. leillat el kadr,la nuit des miracles!en voila un,uyahya benit par cette nuit sacrée est devenu »l’elut d’allah et des généraux ».il sera charger de taper sur les kabyles avec une légitimité qu’il en est un.ces strateges se sont-ils inspirer du fameux,aqvaili am a&yul,yezmer ad yeks d’izimer,d’wezgger,d’ewel&um,maena d’awez&i d’egma-s ».et des que uyahya le kabyle est président,nous ne pourrons plus sortir dans la rue pour crier POUVOIR ASSASSIN,puis que c’est la kabylie qu’elle la enfanté.et toujours grace au miracle de leillat el kadr,les kabyles deviendront sages et muets.
    vive les miracles qu’allah nous envoie.surtout ceux du mois sacré de ramadhan.

  5. Celui qui veut attendre de la kabylité de ce personnage et des kds,d’une façon générale,n’a qu’a attendre . Passez à autre chose SVP,on dirait que la répression de 2001 ne nous a pas montré toute l’indifférence de ces tristes personnes . A bas les opportunistes ,hypocrites,grands exécuteurs de cette politique contre le peuple .

  6. zul

    D’une soirée « Ramadanesque », somme toute standard, vous tirez autant de choses! Chapeau Bas.
    Des loups en meute se rassemble comme a chaque occasion de fête religieuse en Djellaba ou autre pour monter leur museau à la Télé et envoyer un message a la plèbe ignare et analphabète ( 7 million en Algérie ) – qui a une vision étroite de ce qui est leur religion- pour leur dire « nous sommes comme vous ».
    Pour cette question d’Ouyahia Président, même dans ses rêves les plus fous il ne sera jamais président même en tuant tous les Kabyles uns par uns, car en final lui même a une tare génétique , il est né Kabyle. Le Kabyle ne sert que de nègre, sérieux, compétant et intelligent. Il peut être PDG d’une grande entreprise, directeur de Banque, général de l’armée, patron de DRS même, mais Président de la république jamais.
    Jusqu’à quand fermerons-nous les yeux en évitant de regarder la vérité en face, notre malheur c’est nous, nos maux c’est nous.
    Quand un  » Hannachi  » nous dit en direct a la télé qu’il a vendu notre honneur pour un milliard au journal  » Achourok  » et malgré cela nous courons toujours au stade pour supporter la JSK, c’est toujours nous.

  7. Mdrrrrr ! La Houkoumate de la dictature âne- gérienne se met à la guendoura et chichia! cela me fait rire, ils peuvent duper les khorotos arabo-tmenyiko- muslimo sans identité mais surement pas le peuple kabyle.

    Aprés le brizidane Boutesrika président à vie, maintenant c’est Ouyahia l’alcolo et toute la bande de clochards pilleurs de l’ âne -gérie et les généraux criminels! Ils ont compris que cette religion mahométane peut abrutir les peuples arabo-khoroto, mais leur mascarade ne marche pas en Kabylie.

    Hors la Kabylie, cette religion izermane fait des moutons et des esclaves qui se plient facilement à leurs désir, même les khoroto d’arabes d’âne- gérie vont finir par rejeter cette religion musulmane qui les abrutissent et qui sert de cache misère et de refuge pour les malades mentaux, les déprimés et les clochards.

    VIVE L’ETAT KABYLE DEMOCRATE ET LAIQUE
    VIVE LE GPK
    VIVE LE MAK

  8. De toutes les nations qui traversent les épreuves, comme la notre aujourd’hui, il s’en est toujours trouvé des traitres pour servir l’ennemi. Ce n’est une spécificité à aucun peuple. Il suffit de regarder un peu ailleurs, aujourd’hui et dans le passé. Rien de spécial donc dans le cas Uyaya et assimilés.

    Quand au barrage dressé contre l’accession du FIS au pouvoir, Il ne faut pas se tromper sur les intentions de l’armée et du FLN. Il faut se rappeler que l’Etat algérien – moi je dis l’Etat algérien dans sa totalité parce qu’il n’y a jamais eu de démarcation entre état et pouvoir – a besoin à un moment donné d’alternative au socialisme spécifique (algérien), usé et arrivé au bout du chemin. C’est à ce moment la, début des années 80 que l’islamisme est relaché et encouragé. Tant que son action se limitait à pourrir la vie à l’opposition et aux revendication syndicale, l’islamisme n’est pas du tout un problème. Oui, mais du moment qu’il s’agit de son application par un autre clan qui lui enlèverait la mamelle, là c’est les armes qui vont parler.

    La parade est trouvée en combattant les nouveaux mutants, en intégrant des partis islamistes soit disant modérés et en prenant progressivement en charge le role de promoteur de la religion. Donc, tant qu’il s’agit d’un bon moyen de se garantir pouvoir et rente des hydrocarbures, les bons vivants les plus notoires du régime sont prêts à s’afficher en goundoura et accessoires. Je parie même que si , prosituer sa mère leur garanti le maintien au pouvoir, les tenants de celui-ci s’afficheront illico en maquereaux.

  9. cher modérateur, si modération il y a, vous laissez passer, un commentaire qui appel `la haine meme entre Kabyles et vous ne faites pas passer le mien. Il est schyzo le modero.
    D’ailleurs comment un lecteur pourrait vous faire confiance et suivre vos idées, vos pronez la démocratie, mais dés que vous avez un simple site à gérer vous faites pire que les gens que vous dénoncez.

  10. Article décousu, déconecté des réalités politiques avec une analyse désinvolte dont le pivot de l’idée générale est une djellaba.
    Sombrant dans la haine de l’autre et une information basée sur la peur (à la Bush).
    Mais au fur et à mesure que je descendait dans l’article je voyait le spectre de l’autonomie se déssiner entre les lignes, jusqu’à ce qu’elle soit avouée dans un paragraphe.
    Bon c’est un article dénué de professionalisme sur le plan journalistique. `
    Pire encore terre à terre digne de discussion du café sahel à El-Biar est encore, j’ai mis la barre haute pour ne pas être sévère.
    Quant aux gens cités dans cet article je ne connais personne d’eux et ils ne m’intéressent pas. Mais nous balancer un article pareil et le mettre en ligne sur le web où des millions d’intelects. dans le monde pourraient croire que nous avons tous le même niveau que ces écrits.

  11. « La conclusion tirée est simple et claire comme de l’eau de roche : l’Etat algérien est désormais islamiste. » Si vous permettez Monsieur S.T., je veux bien apporter une revision a cette conclusion: « La conclusion tirée est simple et claire comme de l’eau de roche : L’Algerie est désormais une colonie arabe. »

    Quand a Ouyahia, vous avez raison, cela longtemps que lre regime colonial arabe d’Alger prepare ce maudit joker pour le rendre presidentiable (Toumi, Said Saidi, FFS, et la secte d’Ould Ali Elhadi en sont les signaux revelateurs). Le regime espere faire d’une pierre deux coups contre la Kabylie comme toujours bien sur (qui dit contre la Kabylie dit contre la liberte, la democratie, la laicite et la justice): Diviser la Kabyles en deux blocs, un bloc ouyahaiste algerianiste qui incarne le despotisme colonial arabo-islamiste contre le bloc de novembre 54, i.e. les autonomistes qui incarnent des valeurs contraires au despotisme et a la tyrannie colonials–la liberte, la laicite, la democratie, et la justice.

    En plus Ouyahia, sert deja en ce moment et depuis toujours de badge antikabyle pour le regime colonial arabe d’Alger qui l’exhibe a la communaute internationale a chaque fois que celle-ci s’inquiete de la situation chaotique que le pouvoir fait subir a la Kabylie pour signifier que le peuple kabyle est bien integré dans le systeme politique algerien et qu’il n’y a aucune discrimination politique (economique ou culturelle) envers la Kabylie amazigh.

    En tout cas, en ce nous concerne, comme nous n’avons pas les moyens de re-eduquer les Algeriens en faisant de l’Algerie une grande ecole de democratie, de liberte, de laicite, et de modernite, vous conviendrez que nous ne pouvons pas decoliniser l’Algerie pour ne pas avoir a endurer un nouveau regime de Talibans a nos frontieres (de la Kabylie). Et etant donne que la majorite des Algeriens considerent dans leur conscient et leur subconscient l’Algerie comme une colonie arabo-islamiste (une colonie de l’Arabie), il est illusoire d’esperer empecher l’instauration d’une republique islamiste en Algerie car chez les arabo-islamistes algeriens cela n’est qu’un aboutissement logique de l’invasion de notre Tamazgha Central par le dogme imperialiste, esclavagiste et genocidaire l’islam.

    MAIS nous devons redoubler d’effort pour que la republique islamique algerienne se fasse sans la Kabylie. Nous savons tous que le projet criminel du regime colonial arabo-islamiste d’Alger est d’inclure de force (par la terreur) la nation kabyle dans sa nouvelle colonie islamiste que sera l’Algerie.

    Aussi, il va sans dire que cette precipitation d’evenements catastrophiques pour la Kabylie et le reste de l’Afrique du Nord ne laissera aucun autre choix salutaire a notre gouvernement kabyle (GPK) et a l’ecrasante majorite du peuple kabyle que celui d’adopter l’option de l’independance de la Kabylie pour en finir une bonne fois pour toute avec le colonialisme terroriste et exterminateur arabo-islamiste.

    Merci et artufat

  12. Très franchement, je sais pas ce qui vous étonne vraiment de cette sortie d’Ouyahia. Ce dernier n’a été considéré comme « anti-islamiste » que par la presse proche du courant dit « éradicateur ». les journaux francophones kabyles ont fait de lui un acteur tout comme ils l’ont fait avec Zerhouni avant le printemps noir. Ouyahia est un serviteur zélé du système pire que Belkhadem.
    PS : Belkhadem merrite de l’attention et de la considération car c’est un islamiste convaincu, un adversaire direct…

  13. Il faut savoir que les kabyles de service jouent aussi le rôle de ‘KABYLES DE VITRINE’ KDV. Il ne sont pas là seulement pour rendre service mais pour poser en vitrine, c’est fait pour écarter toute accusation vers le régime de pratiquer une discrimination envers les Kabyles. N’a t’on pas vu des réactions d’internautes arabophones dire que les kabyles sont partout dans les appareils de l’état? Ce qu’il faut savoir c’est que ces KDV sont triés sur le volé, un des critères est leur reniement de leur kabylité. L’Algérie n’a jamais eu de président kabyle et ce fait risque d’être retenu comme un grief au régime par la communauté international. Ils ont donc préparé cet homme pour la circonstance. De plus, le pouvoir craint beaucoup le grognement actuel qui vient de la kabylie, qui de mieux qu’un président kabyle pour affronter ces problèmes.

  14. Ahmed Ouyahia n’est pas un Kabyle.
    Issu du village Vuadnan qu’il flétrit au passage, il relève plutôt d’une secte de traîtres locaux qui se renouvelle. Se mentors politiques actuels sont Bélaïd Abdeslam et Mohamed Saïd, celui qui veut créer un parti islamiste. Cette contrée de Kabylie a toujours été polluée par les néfastes desseins de ces personnages qui n’ont aucun principe. D’ailleurs, les citoyens de Vuadnan et des environs portent la naissance de ces rejetons comme une carapace infamante.
    Alors, qu’il se sape de gandoura, de khéchabia ou qu’il se mette à poil, aucun Kabyle n’en a cure.
    Du moment que la majorité du peuple kabyle a pris conscience de l’absolue nécessité de se défaire de la gangue arabo-islamique, que peuvent faire les singeries d’un Ouyahia ou de n’importe quel KDS ?

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici