Procès à Aïn El Hammam des deux Kabyles chrétiens : le verdict attendu pour le 5 octobre prochain

27
Des Salafistes agressent des chrétiens à At Yahia Moussa
Des Salafistes agressent des chrétiens à At Yahia Moussa

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Notons d’emblée que la grande famille du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) était fortement présente devant l’enceinte du tribunal. A l’appel du MAK pour soutenir les deux mis en cause, des milliers de personnes, venues des quatre coins de la Kabylie et d’ailleurs ont participé au rassemblement pacifique. Nous y reviendrons plus loin.

S’agissant donc du procès proprement dit, les deux accusés, en l’occurrence les nommés Hocine Hocini et Salem Fellak, ont comparu en tant que prévenus libres et ont été défendu par pas moins de cinq avocats, tous connus comme des ténors. Il s’agit de Maîtres Mokrane Aït-Mimoun, Ahmed Hocine, Nacera Hadouche, Aïssa Rahmoune et Mokrane Aït-Larbi.

L’audience a commencé par l’écoute de la version des deux mis en cause, lesquels ont rappelé à la barre que par leur confession chrétienne, ils n’étaient donc pas soustraits aux obligations du ramadhan. « Cependant, ont-ils soutenu, nous étions en train de déjeuner dans la discrétion puisque nous étions au 3ème étage de l’immeuble en construction et où naturellement nous travaillions. Nous avons été interrompus dans notre déjeuner par les policiers qui ont fait irruption dans le coin de la salle murée où nous étions pour nous emmener ensuite au commissariat ».

Les deux accusés ont tenu devant le juge la même version. S’agissant de l’intervention de leurs avocats, c’est Me Mokrane Aït-Mimoun qui a ouvert le bal par une mémorable plaidoirie. En effet, ce juriste a mis en avant de prime abord la constitution algérienne qui garantit la liberté de culte aux citoyens algériens. Par ailleurs, il a démontré que les policiers qui ont interpellé Hocine Hocini et Salem Fellak ont été avant tout coupable de violation de domicile dès lors que le chantier où ils ont exécuté l’acte d’interpellation est un lieu privé et qu’ils n’étaient pas munis d’un mandat délivré par le procureur de la république et, par conséquent, ont violé l’article 44 du code pénal portant mandat de perquisition.

Le représentant du ministère public, fort averti de sa délicate position, a, à l’issue de son court réquisitoire, rappelé que les deux personnes sont poursuivies pour atteinte et offense à l’un des préceptes de l’islam d’où l’application de l’article 144 bis 2. « Il est vrai aussi, soutient ce magistrat, que cet article concerne et protège toutes les religions et confessions ». Et pour démontrer « le bien-fondé » de la poursuite des deux prévenus à base de cet article, le représentant du ministère public a parlé de 20 personnes qui se seraient plaintes à la justice parce que « elles se sont senties offusquées » par l’acte (manger pendant Ramadhan) « commis » par les deux accusés au cours de cette journée du 13 août 2010. Avant de clore son réquisitoire, ce fonctionnaire de justice a reconnu qu’effectivement, la constitution algérienne reconnaît et garantit la liberté de culte et de conscience aux citoyens algériens.

Quand le juge passa la parole une deuxième fois à la défense, c’est Me Ahmed Hocine qui se proposa à la plaidoirie. Cet avocat, appuyé par sa longue expérience dans le métier, a mis en avant ses profondes connaissances des préceptes musulmans avant de parler des quatres différentes constitutions qu’a connues l’Algérie, à savoir celles de 1963, 1967, 1989 et 1996, qui, toutes, ont mis l’accent d’une façon claire sur la garantie de liberté de culte et de confession au profit des Algériens. Avant de céder la parole à Me Nacera Hamadouche, Me Ahmed Hocine a demandé la relaxe pure et simple des deux mis en cause. L’avocate à son tour, a abondé dans le même sens que ses deux coéquipiers en matière de la liberté de culte avant de demander la relaxe.

Quant à Me Mokrane Aït-Larbi, il a mis en avant la doctrine islamiste. Il a démontré que la poursuite en justice de Hocine Hocini et Salem Fellak n’est en réalité qu’une tentative d’instauration de l’inquisition pure et simple. « Si les lois de la république ne sont pas appliquées, dit-il, d’ici deux à cinq ans, la police islamiste se donnera le droit et le pouvoir de rentrer aux domiciles des gens pour savoir si le jeûne était observé ou non ». Me Mokrane Aït-Larbi est allé jusqu’à citer le vieux proverbe kabyle disant « wwet aɣyul ɣef alim, ad yettu timẓin » ( Frappe un âne pour avoir mangé la paille, il ignorera l’orge). Poursuivant sa plaidoirie, cet homme de loi s’interroge : « Si la justice algérienne punit les chrétiens pour non application des préceptes musulmans, qu’adviendra-t-il des musulmans vivant dans les pays non musulmans ? Est-ce que les musulmans respectent le christianisme ailleurs, aux USA ou en Angleterre par exemple ? ».

Notons enfin que sur ce chapitre précis, les cinq avocats ont démontré que « les 20 personnes qui se sont plaintes à la justice pour offense » n’étaient qu’une histoire inventée dès lors qu’aucun procès-verbal n’a été dressé à cet effet. Le représentant du ministère public, toujours égal à lui-même n’a pas essayé de contredire la défense. A la fin des plaidoiries, le juge a déclaré que le verdict concernant cette affaire sera rendu le 5 octobre prochain.

En ce qui est de la gigantesque manifestation organisée par le MAK en guise de soutien aux nommés Hocine Hocini et Salem Fellak, notons qu’elle s’est déroulée impeccablement tant l’ordre et la discipline des militants ont été au rendez-vous. Il est vrai cependant qu’une tentative de perturbation de la manifestation a été opérée par un agent de police de souche arabophone mais grâce aux responsables du MAK, présents en force sur le terrain, les manifestants n’ont pas répondu à la provocation pourtant de taille.

En effet, un militant, nourri par le sentiment d’éviter un éventuel accident, a suggéré au policier de tenter de stopper la circulation automobile ou tout simplement lui faire faire un détour pour rejoindre la ville le temps que se termine le rassemblement. Le policier, pour toute réponse, a repoussé violemment de sa main le jeune militant. Celui-ci a failli tomber à la renverse tant le geste du policier était violent. Mais fidèle à leur éducation politique, les responsables du MAK sur place ont intervenu pour éviter un quelconque dérapage. Il reste à savoir cependant à savoir si le geste du policier arabe n’est que le fruit d’une impulsion raciste ou programmé à l’échelle supérieure. Car les autres policiers, pour la plus part kabyles, ont fait preuve d’un comportement exemplaire. En effet, ils se acquittés de leur mission avec professionnalisme.

En dernier, nous soulignons que ce sont les forces militantes et patriotiques qui, les premières, ont dévoilé cette affaire des deux Kabyles interpellés par des policiers fanatiques pour non observation du jeûne. Ce sont également ces mêmes forces qui ont soutenu aussi bien les deux victimes que leurs familles. Idem aussi concernant la médiatisation de cette affaire dès son commencement.

Aujourd’hui donc, le MAK et son Gouvernement Provisoire peuvent inscrire à leur propre tableau cette merveilleuse victoire. La victoire est le mot juste car non seulement cette affaire a atteint des dimensions considérables mais aussi, la relaxe à coup sûr attend les deux innocents et honnêtes travailleurs.

27 COMMENTAIRES

  1. Vous avez de la chance que Boumediene soit mort, ouvrez les yeux et revenais au droit chemin, c’est très grave ce que on entend en Kabylie, il faut prendre comme exemple le 1er faresse du coran le frère le très très respecté qui a honoré Tizi sa fait plaisir machallah, et pour les autres na3let ellah, allahouma insser el isslam wa el mouslimine wa damir a3daka a3da el dine bihawlika wa kouwatika ya arhama el rahimine.

  2. Voila un petit message que j’ai adressé a quelques chaines d’information ( télé + radio). A de FORCER le passage.

    Bonjour

    Nous avons constaté avec regret que vous avez décidé de boycotter l’information concernant les chrétiens kabyle emprisonnés pour non-respect du ramadan.

    De notre côté nous avons décidé de mener une compagne auprès des kabyles de France afin de les convaincre de boycotter votre chaine.

    Cordialement.

  3. UN SEUL MOT D’ORDRE: TOUS ENSEMBLE POUR METTRE FIN AU COLONIALISME ARABE EN KABYLIE!

    L’ISLAM EST UN PAGANISME MONOTHEISTE ARABE, LIBRE A TOUT KABYLE LAIQUE DE CROIRE EN CE QU’IL VEUT APRES AVOIR ETE AVERTI.

    VIVE LES MUSULMANS LAIQUES KABYLES QUI LUTTENT CONTRE LE COLONIALISME GENOCIDAIRE ARABO-ISLAMISTE!

    VIVE LE GPK, LE MAK, LES CHRETIENS KABYLES, LES JUIFS KABYLES, LES MUSULMANS LAIQUES KABYLES, LES HOMOSEXUELS KABYLES, ET LES FEMMES LIBRES KABYLES QUI REFUSENT L’ESCLAVAGE ARABO-ISLAMO-SAOUDIEN QUE VEUT LEUR IMPOSER LE REGIME FRANCO-ARABE D’ALGER!

  4. Azul ,

    Il semble que durant le procès, lorsqu’un des deux prévenus s’est exclamé : »JE SUIS CHRETIEN », madame la Procureur, folle de rage, lui avait rétorqué sans sourciller : « {{Alors quittez ce pays car c’est la terre d’Islam}} » !

    {Wellah ma ixuss-ikwen !}. Ainsi on apprend de la part de madame la PROCUREUR (j’allais écrire procureuse!!!) que : « {{Désormais la KABYLIE n’est plus la terre des Kabyles fiers et libres}} » ! Non ! pas du tout, « {{c’est la terre d’une religion}} » qu’on a fini par transformer {{en véritable secte lugubre et liberticide}} des temps modernes !

    Mais quel Kabyle ne connait pas le dicton : »{{ IGENNI N REBBI, MA D TAMURT N VAV-IS}} » {A tameghvunt R-Rebbi}

    Pour mémoire un passage d’anthologie de TERTULLIEN, extrait de son non moins anthologique « APOLOGETIQUE », écrit vers l’an 203 apr.J.C . Vous verrez combien il est d’actualité dans les tribunaux ANGIRYAN :

    Passage extrait de {Apologétique} de Tertullien :

    « {{ {… Mais peut-être ne voulez-vous pas que nous périssions, nous que vous considérez comme de grands scélérats! Voilà pourquoi, sans doute, vous avez coutume de dire à un homicide : « Nie » ; et un sacrilège, vous le faites déchirer, s’il persiste à avouer. Si vous n’en agissez pas ainsi envers des criminels, vous nous jugez donc tout à fait innocents; vous ne voulez pas que nous persévérions dans un aveu que vous savez devoir condamner par nécessité et non par justice.

    Un homme crie : «{{ JE SUIS CHRETIEN}} » Il dit ce qu’il est, et toi tu veux entendre ce qu’il n’est pas. Vous qui présidez pour arracher la vérité, de nous seuls vous vous efforcez d’entendre le mensonge! « Tu me demandes, dit l’accusé, si je suis chrétien, Je te réponds: JE LE SUIS. Pourquoi me tortures-tu au mépris des règles de la justice? J’avoue et tu me tortures? Que ferais-tu, si je niais? »

    – Il faut en convenir, quand les autres nient, vous ne les croyez pas facilement, et nous, si nous nions, vous aimez notre monsonge et vous y croyez aussitôt !} }} ».

    Tanemmirt.

    Dahmen At Ali

  5. IL Y A LA LIBERTE DE L HOMME COURAGE J AI LU UN PEU LE CORAN IL DISENT TOUCHE PAS MA RELIGION ET JE RESPECTRAIS LA TIENNE MAIS ICI COMME JE COMPREND C EST DES MENSONGE CHACUN EST LIBRE DE CHOISIR SA RELIGION ET COMMENT PRIER DIEU OU ALLAH C EST PAS JUSTE ICI EN EUROPE ON ACCEPTE BIEN LES MOSQUE AVANT J ETAIS CHRETIENNE JE SUIS CONVERTIE A L ISLAM MAINTENANT JE ME DEMANDE OU EST LE VRAIS DU FAUX JE SAIS PLUS KOI PENSER je pense a vous courage dieu est clement misericordieux lui seul peu juger pas nous etres humains j espere que ca vous aidera pouriez vous mettre ca sur face book que d autre personnes puisse faire comme moi maintenant je sais plus ou j en suis avec ce que je viens de voir

  6. Des députés européens soutiennent les citoyens de Kabylie « Les députés européens soussignés François Alfonsi, Frieda Brepoels, José Bové, Nicole-Kiil Nielsen, Jean-Paul Besset, Bart Staes, Jean-Luc Bennahmias, Oriol Junqueras, Jill Evans et Isabelle Durant sensibles à la situation des populations berbères/amazighs d’Afrique du Nord, condamnent les procès actuellement en cours en Kabylie en vue de la « normalisation islamique » d’un territoire aux traditions ancestrales de tolérance religieuse. Nous demandons aux autorités européennes, conformément à l’accord euro-méditerranéen du 18 juillet 2005 signé par l’Algérie, de rappeler aux autorités algériennes leur engagement « de respecter les principes démocratiques et les droits fondamentaux ». François Alfonsi, Jean-Luc Bennahmias, Jean-Paul Besset, José Bové, Frieda Brepoels, Isabelle Durant, Jill Evans, Oriol Junqueras, Nicole-Kiil Nielsen, Bart Staes

  7. La Kabylie est un royaume laique d’Hommes libres, le MAK est le corps des chevaliers kabyles et Dda Ferhat est notre roi.

    Vive les chretiens de Kabylie! Vive les musulmans laiques qui luttent contre le colonialisme islamo-egorgeur de la Kabylie!

    La Kabylie ne sera jamais ni une colonie arabe et ni une colonie islamique!

    A bas le colonialisme exterminateur arabo-islamo-terroriste dont souffre la Kabylie depuis 1962 a ce jour!

  8. Resume de l’opinion kabyle concernant les croyances selon un sondage public realiser quotidiennement pendant ces 35 dernieres annees: Voici les conclusions:

    – Un Kabyle Chretien, juif, ou bouddhiste est une benediction,

    – Un Kabyle musulman est une malediction,

    – Un Kabyle animiste est une resurrection,

    – Un Kabyle athee est une liberation,

    P.S. Merci pour toutes celles et ceux, hommes et femmes, qui ont pris part a ce sondage fort important pour dessiner notre avenir et sortir de la nuit coloniale arabo-islamo-terroriste!

  9. Deux Chrétiens !

    Comme si que ne pas être musulman était une tare. Vous oubliez que Tamazgha a été chrétienne et juive avant que la religion de Mahomet fut imposée par la trahison d’une poignée de vendus et la force du sabre.

    Dire que en Europe les musulmans peuvent sans être inquiétés construire leur Mosqué.

  10. En 94, lors de l’arrestation de Matoub Lounas – {ad iyer Rebbi awal-iw fell-as d afsas} – par les GIA, un rassemblement spontané, immense, eu à la Plaine – Lexmis – à Bougie. Ce jour là, toute la ville s’est transformée – une fois n’est pas coutume, {ya settar} !- en un centre d’attente à ciel ouvert. Attente de toute nouvelle relative à l’arrestation de Lounis.

    Sous l’un des platanes qui orne le Café du Square nous nous mettions à discuter, dans un petit groupe, qui se fait et se défait au fil du temps qui coulait …

    A un moment donné Rabah Tamiti s’est joint à nous. A cette époque si mes souvenirs sont bons, il travaillait au Sud. Rabah est bien connu pour ces sorties désopilantes. {Ta tella, ta war tella}, … et le temps passait, jusqu’à ce qu’un Monsieur d’un certain âge, voulant repartir sur Kheratta, ne reconnaissait plus la gare routière, envahie elle aussi par une foule immense, où il posât pied le matin même.

    Le hasard a voulu que ce soit à Rabah qu’il confie son inquiétude en ce ton : {Dacu i yeṭran tura dayi, imi msammaden akka medden am uylaf n tzizwa ?} Le Monsieur était vraiment sincère.
    Rabah, avec son air sérieux et naturel répond au Monsieur : {D Lwenas Matoub i yeṭfen, s anejmu-ayi aqlagh neṭṭtalab deg Lḥukuma ad ternu ad teṭṭef Ait Menguellet !}

    Naturellement, après des minutes ininterrompues de rires, le Monsieur à eu droit aux explications nécessaires, après quoi il s’est mis à rire à son tour comme un fou.
    Une anecdote pleine d’enseignes, je trouve par rapport au sujet discuté !

  11. ce grandiose rassemblement de kabyles pour defendre deux des leurs contre l’hydre algerienne et contre le poison qu’elle secrete est une preuve intengible de l’unité du peuple kabyle et de sa volonté de s’affranchir du joug clonial dans lequel l’histoire l’a enchainé.

    cette fois encore c’est le vent de la liberté qui a souflé sur tamazgha talemmast.

    tanmirt i kra n win id-usan &er te&dem tamesvattlit, akken ad yili d-amhaddi &ef watmaten-nne& hosin d salem.

    tanmirt-ik a sa3id i&-d-yewwin isali-a.

  12. Encore une tentative de recuperation du MAK
    La tres grande majorité des Kabyles présents sont venus de leur propre chef;. Ou pensez-vous qu’ils ne sont pas capables de se mobiliser en dehors des injonctions du MAK?

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici