Tensions entre les délégués (et anciens délégués) des Archs – L’heure est grave à Tizi-Ouzou

8
Archs, Kabylie

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Il semble fort bien effectivement que le moment soit venu pour le règlement de comptes laissés en suspens depuis l’intervention d’Ahmed Ouyahia, alors chef du gouvernement, pour la mise à mort du mouvement protestataire kabyle né des événements sanglants du printemps 2001.

La colère et la rancune des uns à l’endroit des autres ont pris naissance au moment où ces derniers – selon des reproches et des accusations qu’on a fait peser sur eux – ont obtenu des avantages matériels considérables, et ce, au détriment de la majorité et contraires au code et la charte d’honneur élaborés en 2001.

Selon des sources proches du mouvement citoyen, plusieurs réunions ont été tenues à Tizi-Ouzou par des délégués citadins et ruraux sur les voies et moyens à adopter dans le cadre d’un correctif à apporter « aux errements » de certains délégués.

L’heure est grave à Tizi-Ouzou, car il semble que le choix définitif sur ce correctif jugé « indispensable » est porté sur l’action musclée. Nos sources indiquent que certains biens immobiliers mal acquis constitueraient la cible des mécontents et « des justiciers ». Point n’est besoin d’être Jeremy pour deviner que cela entraînerait inévitablement des affrontements physiques entre les groupes belligérants.

Jusque-là, faute de preuves tangibles, il est mal aisé d’accuser qui que ce soit d’avoir bénéficié des largesses du pouvoir. Ce qui est certain en revanche, c’est que des individus sont devenus depuis 2001 immensément riches. Et, en sus de cette prospérité matérielle, ils sont devenus « des notables et des dignitaires » consultés et sollicités par des personnages des hautes sphères sur des dossiers sensibles. Un tel statut n’est pas du goût de leurs anciens compagnons de combat qui, eux, bien que n’ayant pas certains de leurs biens, n’ont pas vu non plus leur situation améliorée.

La situation est donc loin d’être reluisante à Tizi-Ouzou.
Le pire est à craindre, car bon nombre de personnes possèdent des armes à feu. Si la capitale du Djurdjura n’est pas encore « kaboulisée », elle risque de le devenir. Ce qui sera du béni pour les gendarmes qui n’attendent que le pourrissement de la situation pour se redéploiement massivement et récolter les fruits du complot machiavélique d’Ahmed Ouyahia.

Said Tissegouine

8 COMMENTAIRES

  1. Avançons plutôt, sans regarder à côté.
    Avançons nous, sincères Kabyles dans notre projet d’autonomie et oublions les hommes de quelque institutions qui ont été corrompus ou achetés, laissons les, l’histoire les condamnera d’elle même, la Tunisie en est un grand exemple pour nous, aujourd’hui personne dans ce pays n’ose sortir sa carte du RCD Tunisien, et le peuple les refuse aux postes de décision, elle est belle la révolution Tunisienne, mais elle n’aura pas lieu chez nous a cause des divisions immenses, déja entre Kabyles, il est malheureux de faire ce constat, la Kabylie est trés divisée aujourd’hui parce que même dans cette région, beaucoup de jeunes sont devenus incultes, arriérés et inutiles (Ecole fondamentale et Arabisation oblige).
    Alors avançons et laissons les corrompus et autres traitres, ils seront jugés par leurs propres enfants.
    Celui qui a eu argent ou maison ne me dérange pas, c’est ainsi notre pays, perdre son temps et risquer des divisions dangereuses au risque de batailles entre tels et tels, c’est le contraire de l’intérêt des Kabyles.
    L’histoire nous le dira.

  2. Azul,

    Dans leur tentative de sortir de leur hibernation et réinvestir le terrain avec les émeutes qui viennent de secouer le pays ses derniers temps, à ma grande surprise, les messieurs de l’arouch accrochent, à coté des drapeaux annegeriens, des banderoles noires sur lesquelles est inscrit: Algérie indivisible. Vas y comprendre a qui s’adresse des slogans de ce genre.

    Tanmirt.

  3. Quand je vois cette femme, qui porte le portrait vraisemblablement de son fils, devant Ouyahia et surtout Abrika franchement çà me donne envie de vomir, tout s’achète finalement, tout se vend, où est l’honneur de ces deux types ? Cette femme qui a l’air de souffrir le martyr de la perte d’un etre cher, et ces deux énergumènes qui doivent dans leur tete faire le total de leurs gains sur le dos de 128 de leurs frères tombés pour la reconnaissance de leur identité ! Quand je voyais Abrika, le burnous sur le dos je m’étais dit qu’il nous représentait bien, après, du jour au lendemain il a disparu, zzigh il s’est fait acheté comme une vulgaire marchandise ! Il faut presser le pas et rester vigilants, ne pas se faire tromper tel le serpent quand il corrompit Eve et mangea le fruit défendu ! Le chemin sera long encore ! KABYLIE AUTONOME !

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici