Sur décision du conseil constitutionnel algérien : les veuves et enfants de martyrs n’ouvrent pas droit à la licence d’importation de véhicule

40
Algérie Constitution
Algérie Constitution

SOCIÉTÉ (Tamurt) – Aussi, cette décision risque de choquer cette frange des ayants droit. Jusqu’à maintenant, les enfants des martyrs crient à qui veut les entendre qu’ils sont victimes des pratiques du système. « Etant les enfants de celles et ceux qui sont morts pour l’indépendance de ce pays, la monnaie qui nous est rendue par les tenants du système est très en-deça de nos mérites », clame cette frange de citoyens.

Jusqu’à présent effectivement, le seul acquis accordé aux enfants de martyrs est la prise en considération des années de maquis du parent martyr dans le cadre du départ à la retraite. Cependant, leurs requêtes sont nombreuses. Entre autres, figurent le droit à un logement social pour tout enfant de martyr n’ayant jamais obtenu cet avantage, une pension de retraite d’un montant non inférieur à 30 000 DA par mois, la reconnaissance en qualité de Moudjahida (combattante) pour toutes les veuves de martyrs y compris pour celles qui sont décédées ; donc à titre posthume. Le droit aussi à la licence d’importation de véhicule ; cela va de soi. Il se trouve aujourd’hui qu’hormis, rappelons-le, le droit à compléter ses propres années de travail par les années de maquis du parent martyr, l’ayant droit qu’est le fils de Chahid, ses revendications n’ont d’effet que leur consigne sur un bout de papier.

Cet état de fait est dû à la mauvaise organisation des enfants de martyrs même s’ils ont réussi à créer des appareils où ils peuvent unifier leurs forces. L’Organisation Nationale des Enfants de Chouhada (ONEC), la Coordination Nationale des Enfants de Chouhada (CNEC), la Fédération Nationale des Fils de Chouhada (FNFC) sont de parfaits exemples. Avec le temps lequel joue toujours en faveur du pouvoir, ces organisations, notamment les deux premières citées, sont devenues de simples organisations de masse à l’instar de l’UNGA (union générale des travailleurs algériens), l’UNJA (union nationale de la jeunesse algérienne), l’UNPA (union nationale des paysans algériens) etc. Leurs principaux responsables respectifs sont pris en charge par l’Etat. En contre-partie, l’Etat actionne ces organisation à chaque fois qu’il sent l’utilité.

Et souvent, l’Etat veille à ce que ces organisations placent à leurs têtes des personnages sachant à peine lire et écrire, donc peu rompus à la pratique politique et au combat pour la démocratie et le progrès. C’est le cas par exemple de Tayeb El Houari et Khaled Bounedjma. L’un est à la tête de la CNEC et l’autre dirige l’ONEC. Les deux hommes seraient incapables de faire la différence entre une mappemonde et un pop corn. En dépit de cela, MM Bounedjma et El Houari sont considérés, décisions juridiques à l’appui, comme des cadres de la nation. Pire encore ! Certains fils de martyrs sont réduits à l’abject statut de mouchards et indicateurs. Certains mouchardent au profit de la police et la gendarmerie et d’autres pour le compte du DRS. Faut-il s’étonner dans ce cas que la grande famille des enfants de martyrs soit victime d’une iniquité ? Même le conseil constitutionnel lui refuse un misérable document la dispensant de l’impôt douanier. En tout cas une chose est sûre : les enfants de martyrs ayant eu le courage d’affronter les aléas de la vie en ne comptant que sur eux-mêmes ont toujours refusé de faire leur entrée dans ces organisations de « masse ». Ceux-là ont réussi.

40 COMMENTAIRES

  1. Malheureusement après le décès de mon pére allah yarhamouh ancien combattant déjà habite à Toulouse 31 département la haute garonne et à Pau 64 Pyrénées Atlantiques france mort le mercredi 21 janvier 21.1.2009 allah yarhamouh la france à appris 700euros comme des allocations familiales pour ma mére veuve d’un ancien combattant mort aujourd’hui la france à piquer même le secours de déces cpam la caisse primaire d’assurance maladie ne donne aucun droit à ma mère veuve d’un ancien militaire mort aujourd’hui la caf pareille la caf de pau64000 vraiment c’est trop honte de la république française Liberté égalité fraternité la loi la démocratie et la justice et les droits de l’homme des paroles dans l’air je garde les documents administratifs militaires de mon pére allah yarhamouh avec les médailles de la résistance à l’armée française vive le maroc vive le roi mohamed 6 que notre dieu garde ainsi que la famille royale chérifiene alawiya vive la justice vive la solidarité vive les anciens combattants et victimes de guerre morts aujourd’hui bonne chance et bon courage pour les veuves dans leurs démarches administratives mr adil.hamma elaidi Casablanca anfa maroc bien cordialement mr adil hamma elaidi bloc 5 numéro 36 douar de makhzen elhank anfa 20050 casablanca anfa maroc mon adresse mail ( adilhammaelaidi@Gmail. Com) mon n de téléphone et 00212665407896 trop ravie et content de vous écrire aujourd’hui

  2. Saïd Tissegouine si tu pense que tayeb el-houari sait à peine lire et écrire, tu te fourre le doigt dans l’oeil, il est plus instruit que toi.
    En buvant l’eau du puits, n’oubliez pas ceux qui l’ont creusé.

  3. Lundi, 29 Octobre 2012 09:50
    Importation de véhicules de tourisme sans taxes douanières
    Veuves et enfants de chahid concernés
    Par : Rubrique Radar
    La nouvelle loi de finances, actuellement en discussion au Parlement, contiendra une disposition qui permettra désormais aux veuves et fils de chahid, quel que soit leur nombre, de pouvoir importer tous les cinq ans un véhicule de tourisme sans payer les taxes douanières.
    Cette dérogation était jusque-là accordée uniquement aux moudjahidine.
    Le texte d’application est actuellement en cours d’élaboration au ministère des Finances.
    Évidemment, la mesure porte uniquement sur des véhicules de tourisme, à l’exclusion des 4×4, des véhicules de transport en commun et autres engins de travaux publics.

    http://www.liberte-algerie.com/radar/veuves-et-enfants-de-chahid-concernes-importation-de-vehicules-de-tourisme-sans-taxes-douanieres-187811

  4. ‘ai l’impression que vous n’avez r1 compri a la revolution 54-62 des braves gens ont tous laisser leurs familles (enfants;parents;proches…etc) ainsi que leur bien pour combatre le colonialisme a fin d’arracher notre independence .
    notre guere n’a pas été menée par une armée classique mais par les veritables fils de l’algerie (chouhada;moudjahidine………….)
    apres l’independance le system instaurer a porté ateintte a cette frange de la populutaion ;le non respé du serment donnée au chouhada **** voir le livres d’histoire**** pour une algerie independente libre demokratique et sociale e( justice sociale ) mal heuresment les monstres ki on pris le pouvoir depuis cette date a ce jour ont utilisé cette catigorie de 7wayene comme fond de commerce
    les veritables et authentique moudjahidin n’ont pu r1 faire pour le respect du serment des chouhada
    revenant au commentaire : tous les soi disant aventage non r1 d’aventage depuis (1962_a ce jour)
    1_ nous avons tous fait la meme ecole
    2_ tout les citoyens benificier du logment , de l’emploi , de la santé et de la retraite
    alors -ou sont t’il les aventages ?
    3_license du veicule est un document delivrer au nom de cette categorie utilisez par les arriviste pour acheter des grosses cylindré ( vol du fisc droit de douane par l’état
    4_ je souhaiterai que vous citoyen civilisé intelictuel; instruit; militant doivent orienter leur regard approche , reflexion sur:
    1_ les societés prete nom par ses monstre pour detourner l’argent du peuple
    2_ les comptes sur (sandoukh tadhamoun de 1962-1963)
    3_le remboursement de l’ensemble des sommes detourner par se system
    depuis 1962
    *****meme les harki et leur fils ont benificier des sacrifises des martires et des moudjahidines*****
    (philosofiquement ;humainment; historiquement ;religieusment)
    les chouhadas ;les moujahidines et leurs familles merites bcq mieux que ça
    un statut particulier et une retraitte decente *******************************************************

  5. j’ai l’impression que vous n’avez r1 compri a la revolution 54-62 des braves gens ont tous laisser leurs familles (enfants;parents;proches…etc) ainsi que leur bien pour combatre le colonialisme a fin d’arracher notre independence .
    notre guere n’a pas été menée par une armée classique mais par les veritables fils de l’algerie (chouhada;moudjahidine………….)
    apres l’independance le system instaurer a porté ateintte a cette frange de la populutaion ;le non respé du serment donnée au chouhada **** voir le livres d’histoire**** pour une algerie independente libre demokratique et sociale e( justice sociale ) mal heuresment les monstres ki on pris le pouvoir depuis cette date a ce jour ont utilisé cette catigorie de 7wayene comme fond de commerce
    les veritables et authentique moudjahidin n’ont pu r1 faire pour le respect du serment des chouhada
    revenant au commentaire : tous les soi disant aventage non r1 d’aventage depuis (1962_a ce jour)
    1_ nous avons tous fait la meme ecole
    2_ tout les citoyens benificier du logment , de l’emploi , de la santé et de la retraite
    alors -ou sont t’il les aventages ?
    3_license du veicule est un document delivrer au nom de cette categorie utilisez par les arriviste pour acheter des grosses cylindré ( vol du fisc droit de douane par l’état
    4_ je souhaiterai que vous citoyen civilisé intelictuel; instruit; militant doivent orienter leur regard approche , reflexion sur:
    1_ les societés prete nom par ses monstre pour detourner l’argent du peuple
    2_ les comptes sur (sandoukh tadhamoun de 1962-1963)
    3_le remboursement de l’ensemble des sommes detourner par se system
    depuis 1962
    *****meme les harki et leur fils ont benificier des sacrifises des martires et des moudjahidines*****
    (philosofiquement ;humainment; historiquement ;religieusment)
    les chouhadas ;les moujahidines et leurs familles merites bcq mieux que ça
    un statut particulier et une retraitte decente ****************************************************************************************************

  6. Bonjour à tous

    Je suis un peu sidérée que l’on parle encore des enfants de martyrs comme des victimes alors que les seuls que ce foutu état indépendant a aidé depuis l’indépendance, ce sont bien eux ! tous ceux que je connais n’on aucun problème ni de chômage, ni de logement… Alors, quand je vois les chiffres de la misère sociale, cela ne les concerne visiblement pas.

    Je vous rappelle qu’une veuve de chahid a en moyenne actuellement 80 ans et est généralement arrière-grand-mère. Le montant de sa pension actuelle, qui d’ailleurs, démagogiquement, ne cesse d’augmenter, vaut de quoi nourrir 3 jeunes foyers algériens qui démarrent dans la vie !

    A-t-elle besoin aujourd’hui de tout cet argent alors que ces petits-enfants son eux-mêmes parents et travaillent…

    Bref ! A croire, que ceux qui ne font par partie de cette frange de la société, sont eux, descendants des harkis !

    Quant aux vrais chahids, ils sont tous entérrés !

    Jusqu’où l’état va-t-il diviser pour mieux régner en gaspillant l’argent du pétrole pour les soi-disants témoins directs de l’Histoire ?

    Une non-politiquement correct !

  7. Posté par houria DE MONTREAL, 07 Février, 2011

    bravo et merci Mr rezzoug pour votre témoignage sur la marche de 2001, j’ai travaillé 23 ans dans les services du gouvernement . oui mon frère le sommet de l’état est pourri , raciste envers les kabyles, on divisé le peuple algerien en 2 pour piller le pays , pourtant l’histoire est sans commentaire , y-a pas photo là dessus.la révolte des kabyles , contre l’injustice , contre le F.L.N. MAFFIEUX pour que tous les algeriens puissent vivre dignement, alors réveillez vous s.v.p, ne tombez pas dans le piège et la manipulation de la police et des dirigeants . courage pour le 12.

    [Source->http://www.lematindz.net/news/3687-teacutemoignage-de-youcef-rezzoug-ancien-journaliste-du-matin-la-veacuterit.html]

  8. Honnêtement, je pense que les passe droit auquel ont eu droit a ce jour les veuves et enfants de chouhadas ont été assez larges,
    Dans n’importe quel pays démocratique ou non, a la fin d’une guerre, les martyrs et anciens combattants, ont des reconnaissances de l’état, a travers des sommes versées a leurs familles, ou des pensions….etc, sans plus, alors que chez nous cela devient une véritable diaspora politique très puissante et financée a des fins politiques par l’états lui même. Apres la fameuse coordination des anciens moudjahidines, ont a eu droit a l’association des enfants de chouhada, puis les petits fils de chouhadas….etc….ou cela s’arrêtera ont le saura jamais.
    Apres la révolution, certaines veuves de chouhadas et leurs enfants, n’ont pas eu la reconnaissance que l’état leurs devait et n’ont pas bénéficiés de compensations financières, et cela est très désolant et une injustice qui doit être réparée, mais de la a céder des droit a vie aux enfants de chouhadas, âpres plus de 45 ans d’indépendance, honnêtement, je ne pense pas que ceux parmi eux qui ne se sont pas fait une bonne situation, cela changerait grandement quelque chose pour eux, par ailleurs tout le peuple algérien a participé a la révolution d’une manière ou d’une autre.
    Ne soyons pas injuste, mais ce soyons pas plus royaliste que le roi, je ne connais pas de pays, ou les veuves de chouhada, les anciens combattants et leurs enfants ont eu autant de droit qu’en Algérie.

  9. {{Tribus menacées : des nouvelles photos d’indiens d’Amazonie diffusées}}

    Info rédaction, publiée le 01 février 2011

    Des photographies d’indiens isolés dans l’Amazonie brésilienne, prises par des agents de la Fondation nationale de l’indien (Funai), viennent d’être publiées. L’objectif pour cette organisation ? Attirer l’attention sur ces indigènes menacés par l’arrivée de bûcherons illégaux.

    « Il est nécessaire de réaffirmer que ces peuples existent (…). Les droits élémentaires de ces peuples, avant tout le droit à la vie, ont été ignorés tout au long de l’occupation brutale des terres par le Brésil. Nous devons donc les protéger », écrit le responsable de la Coordination des organisations indigènes d’Amazonie, Marco Apurina, sur son site Internet. Ces peuples, ce sont les indiens d’une tribu qui vit isolée dans l’Amazonie, à la frontière entre le Brésil et le Pérou.

    Les nouvelles photographies de ces indiens, prises lors d’un survol effectué par des agents de la Funai -les seuls à pouvoir les approcher-, sont des clichés que l’on voit très rarement sur Internet. Ils montrent un adulte, le corps peint en rouge, et des enfants, visiblement en bonne santé, relaye la BBC. On peut également voir qu’ils possèdent des machettes et mangent des fruits comme la papaye.

    La plus grande menace qui pèse sur cette tribu à l’heure actuelle est la déforestation illégale. « Les bûcherons illégaux vont détruire cette tribu. Il est vital que le gouvernement péruvien les arrête avant qu’il ne soit trop tard », alerte le directeur de Survival International, Stephen Corry, cité par la même source.
    Les Blancs sont interdits d’accès dans ces régions. Les autorités brésiliennes ont peur que les indigènes contractent des maladies contre lesquelles ils ne sont pas immunisés.

    Au total, il existerait au Brésil 67 tribus qui ont choisi de rester vivre dans la forêt, estime la Funai. Seules 30 d’entre elles seraient connues à l’heure actuelle.
    Selon la BBC, des premières photographies de cette même tribu avaient été diffusées en 2008.

    [Source->http://www.maxisciences.com/indien/tribus-menacees-des-nouvelles-photos-d-indiens-d-amazonie-diffusees_art12221.html]

    {{P.S. Cela nous renvoit a ce que subit le peuple kabyle a cause des bûcherons illégaux et coloniaux arabo-islamo-terroristes du regime satannique d’Alger!}}

  10. Ya dine a rebb, 50 ans après et vous continues a pleurnicher.
    Ya dine a rebb, et ceux qui n’ont pas martyres dans leur familles, comment ils vont faire alors ?

  11. {{Témoignage de Youcef Rezzoug, ancien Journaliste du Matin: La vérité sur la marche du 14 juin 2001}}

    Que s’est-il passé donc le 14 juin 2001 ?

    Témoignage :

    Trois jours avant le déroulement de la manifestation du Mouvement Citoyen à Alger dont la procession devait s’arrêter au portillon du siège de la Présidence à El Mouradia afin d’exiger de Bouteflika une réponse à la Plate-forme d’El-Kseur, j’étais informé, moi et une collègue, par un officier de police que nous avons connu quelques années auparavant lors des couvertures de l’actualité liée au terrorisme, qu’il y avait un scénario de bain de sang en préparation pour  » donner une leçon aux kabyles qui osent défier le pouvoir ». Il nous donnait cette information, selon lui, car il craignait qu’il nous arrive du mal. A cet effet, il nous a convié que « des snipers seront installés sur les terrasses des humbles » avant de lâcher :  » vous êtes dans le collimateur et vous avez intérêt à ne pas être dans la manifestation ».

    Enfin, on était dans la manifestation et on a assisté aux scènes de lynchage du kabyle, de pillage, à l’assassinat de Fadhila, une journaliste, et un photographe ainsi qu’au climat de guerre instauré par la police de Zerhouni, qui avait une semaine auparavant (soit le 7 juin), reprimé sans retenue une manifestation dans laquelle des personnalités historiques ont été aspergés d’eau et roués de coups de matraques. J’ai pu sauver deux jeunes, l’un de Béjaia et l’autre de Sidi Aich, qui ont passé la nuit chez moi pour rentrer chez eux le lendemain avec d’autres jeunes qui étaient également protégé et hébergé dans des sièges d’associations et de deux partis politiques. Un article dans l’édition du 21 juin du journal Le Matin apportait les premiers éléments du plan qui était mis en place par Zerhouni pour mater la marche.

    Un commerçant mozabite à Bab El Oued confie que la veille de la manifestation a reçu la visite des policiers qui avaient achetés un nombre important d’armes blanches. Une telle commande inhabituelle a suscité en lui des interrogations et c’est la raison pour laquelle il avait parlé autour de lui. Durant la nuit même, à savoir de 13 au 14 juin, des temoignages concordants des habitants des Champs Manœuvres ( La Place 1er Mai ) attestent que les lampadaires et la lumière publique ont été atteintes pour une bonne parti de nuit pour découvrir le lendemain des graffitis inscrits sur les murs insultant les kabyles et en leur promettant une mort certaine.

    Les manifestants qui ont réussi à passer à travers les mailles de tous les barrages des forces anti-émeutes dressés tout au long de l’autoroute Alger-Tizi-Ouzou ont été reçu à Alger, sur la Place du 1er Mai, par un déploiement impressionnant des forces de la police qui barraient la route menant à El Mouradia. Les tirs des bombes de lacrymogènes et les jets d’eau ont cédé par la suite à un lâché de jeunes armés de couteaux et des barres de fer pour s’en prendre aux manifestants.

    Ce sont ces mêmes jeunes que l’ENTV a présenté le soir même comme patriotes et défenseurs de la capitale, échangeant des accolades avec les policiers et recevant les félicitations du commissaire dit « Ami Ahmed » pour avoir  » aidé la police à maintenir l’ordre ».

    Ils ont été montrés, par la suite, sur des camions de la police et d’autres engins déployés sur le lieu de la manifestation. D’autres jeunes planqués parmi les manifestants ont profité d’un moment de panique pour poignarder des manifestants. Ces jeunes seraient, selon certaines informations, des prisonniers de droit commun qui ont été libérés la veille afin de s’introduire parmi les manifestants. Au moment ou les manifestants battaient en retraite, un incendie s’est déclaré au niveau du garage de l’ETUSA, société de transport d’Alger, situé près de la Maison de la presse. Et subitement, un bus est sorti en toute allure du garage en écrasant dans sa course une jeune journaliste, Fadhila, et un photographe. Le conducteur n’est, selon l’ENTV, qu’un citoyen » exemplaire » qui voulait sauver un bus et son quartier de la propagation du feu. On apprend plus tard qu’il est cordonnier de métier et qu’il n’habitait pas le quartier ainsi qu’il n’était pas à sa première tentative de se comporter en  » citoyen exemplaire » lors des manifestations se déroulant à Alger.

    Il a été arrêté et libéré, sans jamais être jugé. Le samedi 16 juin, un groupe de jeunes se disant habitants le quartier et à leur tête un dealeur (que j’ai rencontré 4 ans plus tard avec son officier traitant et, il m’a présenté des excuses ) ont tenté une expédition punitive contre le siège du Matin qui les aurait « diffamés », selon eux.

    D’un côté une tentative de faire un journal qui essayait de rétablir la vérité et de l’autre côté l’appareil de propagande de l’ENTV, avec la participation de beaucoup de journaux privés et publics, s’est lancé ; même un crime crapuleux qui a lieu la nuit du 13 au 14 juin 2001 dans le quartier des Champs de Manœuvres a été attribué aux manifestants ainsi que le pillage des magasins de sous-vêtements.

    Imaginez, celui qui a marché plus de 250 kilomètres, de Oued Amizour à Alger, n’avait qu’un fantasme, venir s’approprier des sous-vêtements féminins.

    Hamraoui Habib Chawki, en tant que directeur de l’ENTV, a présenté plus tard, lors du dialogue engagé avec le gouvernement, ses excuses aux Aarouchs quant à ses allégations.

    Ces excuses ressemblent finalement à cette annonce de « lever l’état d’urgence » de Bouteflika.

    Qui est Farid Lahbib ?
    Farid Lahbib est l’inspecteur de police travaillant à la police des frontières au niveau de l’aéroport d’Alger. Il a arrêté en 2003 Mohamed Benchicou, directeur du journal Le Matin, qui rentrait de l’étranger, pour une histoire aussi fausse que sordide de  » bons de caisses », un délit qui n’existe pas et qui a été contesté à l’époque par la direction des douanes et de son syndicat.

    Farid Lahbib a été cité comme témoin à charge aux côtés du ministère des finances dans un simulacre de procès ou le verdict était connu à l’avance : l’emprisonnement de Benchicou et donner un coup final à la fermeture de son journal après plusieurs tentatives d’étranglement financiers fabriquées dans les bureaux de Benachenou, l’ancien ministre des finances, qui a ordonné, selon un cadre du ministère présent lors d’une réunion, le deuxième contrôle en un mois des finances du Matin et du montant à imposer lors du redressement fiscal.

    J’ai interpellé Farid Lahbib dans un café, en face du tribunal de Sidi M’Hammed, lors du procès en appel de Benchicou, en lui disant : « Tu n’as pas honte ». Il m’a répondu :  » al khobza ! » ( pour mon pain).

    Farid Lahbib n’est en réalité que l’inspecteur de police de la sureté de daira d’Akbou, dans la wilaya de Béjaia, qui a été montré de doigt par les manifestants de cette ville lors des évènements de la Kabylie en l’accusant d’avoir tué des jeunes à partir du toit ( sniper ) du siège de la surete de daira :

     » Farid, l’assassin », criaient les jeunes à l’époque.

    Ces faits ont étés rapportés par le reporter du Matin en 2001.

    Par la suite ,Il a été donc muté à la PAF (Police des Frontières) avec pour mission d’arrêter Benchicou.

    Depuis, selon certaines informations, il aurait été arrêté en 2007 pour trafic de documents et de devises au niveau de l’aéroport d’Alger.

    Qui est Zaine ?
    Zaine est celui qui devait auditionner Benchicou au niveau du commissariat central d’Alger, ou il a été désigné quelques mois auparavant comme responsable de la police judiciaire.

    Cette promotion en présence de Ali Tounsi, DGSN, et Yazid Zerhouni, ministre de l’intérieur, a eu même droit à une bonne place dans le journal télévisé de l’ENTV. Et pourtant, il allait être expulsé de la police avant cet évènement alors qu’il travaillait comme inspecteur de police dans la daira de Hussein Dey.

    Il aurait trafiqué un certificat de scolarité pour rentrer dans la police.

    Mais que s’est-il passé pour mériter une telle promotion? Officiellement, il a dénoué l’affaire du vol de la statue ( la baigneuse ) se trouvant au Jardin d’Essai d’El Hamma). Il a arrêté en réalité les voleurs tout en protégeant le receleur alors, qu’un ingénieur du Jardin d’Essai purgait cinq mois de prison pour cette affaire , avant d’être acquitté.

    En réalité, le receleur n’est autre qu’une proche du palais, et ami du Président Bouteflika, Soraya Hamiani.

    C’est dans le jardin de sa villa d’Alger que la statue a été retrouvée. Ce fait d’arme a propulsé le faux inspecteur au poste de responsable de la police judiciaire à la sureté d’Alger, et à partir duquel il voulait régler son compte au le journal Le Matin qui avait révélé l’affaire.

    Selon certaines informations, Zaine a été poursuivi depuis, avec d’autres responsables de la police, pour une affaire de trafic de drogues…

    La « Baltaguia » au sein de la presse

    Le nom qui circule ces derniers jours dans les rédactions des journaux d’Alger est Anis Rahmani, directeur du journal Arabophone Enahar, contre lequel une pétition a été lancée , afin de moraliser la profession.

    Le journalisme « policier » est le nouveau concept donné aux « baltaguis » de la presse algérienne.

    Au lieu de s’informer auprès de la police, Anis Rahmani est devenu informateur et même partie civile dans des procès contre tous ceux qui s’élèvent contre l’ordre établi. Sa toute dernière sortie, il a déposé plainte contre le parti de Said Sadi pour avoir convier les journalistes à une manifestation  » interdite ».

    L’arrestation le 15 janivier dernier de Ahmed Badaoui, ancien secrétaire général du syndicat national des Douanes, l’a été sur la base d’un SMS envoyé à ses contacts parmi les syndicalistes les appelant à une réunion pour réfléchir à des actions, à l’exemple tunisien.

    Ce même SMS a été publié par Enahar en précisant que Badaoui veut mobiliser les algériens pour renverser le régime.

    Et c’est sous ce chef d’accusation que le parquet a instruit la police pour son arrestation.

    Le SMS aurait été reçu la veille par l’actuelle compagne de Anis Rahmani, rédactrice en chef d’Enahar, et elle faisait partie des contacts de Badaoui depuis qu’elle s’occupait des luttes sociales au niveau de son autre employeur, le journal El Khabar.

    Durant le mois de Ramdhan de 2009, Anis Rahmani a innové en matière de la pratique journalistique en encourageant ses journalistes à dénoncer à la police et à porter plainte contre les non-jeuneurs. Malheureusement le directeur d’Enahar n’est pas le seul  » baltagui ». J’ai vu le 16 juin 2001 à la Maison de la Presse une journaliste d’un grand journal algérien se frottait les mains en voyant un groupe de « nervis du pouvoir » qui tentait d’attaquer le siège du journal Le Matin.

    « Les jeunes sont contre eux », je l’entendais dire. Ses préjugés anti-kabyles mêles à sa proximité avec la police et les services de sécurité l’ont poussé à écrire un article pendant les évènements du printemps noir s’inquiétant pour les policiers des forces anti-émeutes qui n’ont que peu de temps pour récupérer.

    C’est la même journaliste qui a fait le déplacement à Tkout, dans les Aures, à la recherche des circonstances atténuantes aux gendarmes ayant torturés et sodomisés des jeunes en mouvement contre à El Hougra. Lors du procès attenté par la gendarmerie contre Le Matin sur cette affaire, la juge n’a trouvé rien à dire face au témoignage d’un adolescent de 15 ans relatant les circonstances de la sodomie dont il était victime par les gendarmes.

    La maman de l’adolescent a raconté les supplices commis par les gendarmes, des pratiques que la France coloniale, a-t-elle déclaré, n’a pas fait subir. Et pourtant, deux de ses frères sont tombés au champ d’honneur.

    Tout en acquittant Le Matin, la juge n’a pas osé exiger l’ouverture d’une enquête contre X au vue des accusations de crimes, de tortures et des supplices, portées contre la gendarmerie.

    Ce sont les mêmes médias avec le concours de la famille révolutionnaire, dont Bounedjema de la CNEC qui appelait hier les enfants de chouhada à ne pas laisser leurs enfants ou ceux de leurs voisins participer aux manifestions en accusant les initiateurs d’être au service de la France, qui applaudissaient la visite de Jacques Chirac à Alger cautionnant ainsi une réconciliation avec l’ancien colonisateur sans la vérité et la loi positivant le colonialisme en préparation sur le bureau du président du parlement français.

    Tous le savaient puisque Le Matin a publié la lettre des douze et des 200 historiens français. C’est comme deux ans auparavant lorsque Ighila Ahriz, ancienne condamnée à mort, a osé déposer plainte contre Aussarres pour tortures.

    Le black-out a été instauré dans les médias publics autour de cette affaire. Car ces principes dérangeiaent leurs agendas électoraux car ils attendaient un soutien de la France pour le deuxième mandat de Bouteflika. Sans principes et conjugué à un mépris clinique à son peuple, le Président Bouteflka sacrifie des jeunes algériens en situation irrégulière en France en échanges de quelques visas diplomatiques en plus pour les distribuer aux enfants de la clientèle recrutée, sans aucun niveau, au centre culturel et comme agents d’administration au niveau des consulats.

    Le Mali a plus de respect et de considération envers ses ressortissants en refusant de cautionner les expulsions. Enfin, le roi est nu…Toutes les manœuvres à travers l’annonce de levée de l’état d’urgence et les subterfuges utilisés ne lui seront d’une quelconque utilité de sursis pour prolonger son règne devant l’avancée du vent de changement…

    Youcef Rezzoug, ancien journaliste du Matin

    PS : C’était l’alliance de tout le système ( DRS et le régime de Bouteflika), qui avait décidé d’interdire Le Matin et d’emprisonner Benchicou ( l’édito du 15 juin 2004 ). Il est devenu incontrôlable menaçant par le biais de ses révélations sur la corruption les intérêts du tout le système.

    Source:[ lematindz.net->http://www.lematindz.net/news/3687-teacutemoignage-de-youcef-rezzoug-ancien-journaliste-du-matin-la-veacuterit.html]

  12. Nous sommes tous veufs, veuves, et enfants de martyrs! Il est plus qu’urgent de prendre conscience de cette realite! Tous les Kabyles sont colonises depuis 1957, donc reduits en esclaves arabo-francais! Cette condition d’esclave fait de chaque citoyen kabyle vivant ou mort une veritable victime ou un veritable martyr dont les droits humains et meme le droit a l’existence continue d’etre baffoue par une violence bestiale et terroriste de l’Etat colonial arabo-fasciste d’Alger!

    Le merite doit primer sur tout systeme de privileges qui tolere la tyrannie despotique des imposteurs arabo-islamo-morbides!

    Pourquoi importer des voitures? Des peuples civilises car ayant conserve leur identite et leur dignite ont invente des nouveaux mondes avec des villes, des avions, des iphone, des robots, etc…en 50 ans seulement. Les Algeriens, seuls humains sur terre a s’autocoloniser et a s’autoaneantir en tournant le dos a leur veritable identite et a leur dignite, n’ont fait que perpetuer la barbrie ennemie arabo-islamo-satanique dans leur propre pays amazigh depuis 1962! Et ils cherchent a importer des voitures d’ailleurs!

    Quel barbarisme bestial!

  13. c’est en cela que l’algerie est reduite a une republique bananiere,autrement partout ailleur les anciens combattants on tous des droits qui leurs sont attribués et qui leurs sont reconnus et c’est tout fait normal.C’est pour cela que l’algerie voudrai etre unique afin d’imposer l’irredite qui se veut un regime d’exeption,un etat pourri d’exeption,un parti d’exeption, Comme si toutes les autres nations n’on aucune reconnaissance de leurs combattants alors que l’etat angerien est le dernier du peloton et du reste du monde.

  14. 50 ans après on parles encore de chouada, de fils de moujahdines ou que sais je encore.. dans quel pays ce genre de pratique existent? est ce qu’en france les enfants ou petits enfants de résistants bénéficient d’un quelconque avantage.. comme si le courage et l’héroisme était héréditaire…

    en définitive, ces pratiques sont devenue les derniers avatars de tous les pays régimes totalitaires ou l’ont tient le pays par des fils de révoluationnaire ou supposés tels… ces pratiques sont devenu au fil des temps une persion ou la morts de certains et devenu un fond de commerce pour d’autres…

    et dire que certains sont morts pour une misérable licence d’importation de voture ou d’autorisation d’ouvrir un bistrot, c’est dire qu’ils sont morts pour pas grand chose…

    j’espère qu’une fois la kabylie autonome, ces partiques d’un autre age seront banie pour que seul le travail et le mérite deviennent les valeurs rois et non plus le fond de commerce macabres des morts.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici