Un stand dédié à la Kabylie et son combat: Belle prestation de l’association Amitié Allemagne-Kabylie au Streetlife festival

7

MUNICH (Tamurt) – Les couleurs de la Kabylie n’ont pas laissé les passants indifférents. Au stand, ils ont pu admirer les bijoux, les tapis, la poterie et les robes kabyles. Heureuses, les jeunes filles bavaroises étaient nombreuses à troquer leur tenue bavaroise le temps d’une photo en robe kabyle.

A côté des robes et des bijoux kabyles, on pouvait aussi goûter à quelques spécialités du pays telles que la salade de couscous, les figues sèches ou les olives que les membres de l’association offraient aux visiteurs en guise de bienvenue.

Marlene et Arezqi, président de l’association, descendus à l’occasion de Berlin, ont eu le plaisir de raconter, en allemand et en kabyle, des fables kabyles. Cette langue est naturellement étrangère aux nombreux spectateurs. Mais la curiosité finit par les pousser à rester écouter et à poser des questions sur l’origine de notre langue et sur la beauté de nos contes.
Une brochure rédigée en allemand, contenant des informations sur la Kabylie, était remise à chaque visiteur.

Notons que les visiteurs du stand de l’association kabyle étaient tous choqués par la brutalité du régime algérien à l’encontre des Kabyles, de leur culture et des Berbères en général. Ils pensent qu’aucune autorité ne peut dénier à un peuple de vivre dans sa culture dans son propre pays.

A la faveur de la nuit du samedi, Majid Boumrar, kabyle résidant à Munich, avait commencé, dans un coin de la tente, pour s’amuser, à gratter sa guitare. Rejoint par Nadir Amrioui, kabyle du sud de l’Allemagne, avec sa cornemuse, les mélodies kabyles commençaient progressivement à prendre forme. Applaudis, encouragés et sollicités par une foule qui n’arrêtait pas de grossir, nos deux musiciens ont improvisé une soirée musicale mémorable. La danse au rythme kabyle n’a cessé que très tard dans la nuit.

Le lendemain, dimanche, sous un ciel bleu et un temps clément, la Ludwigstrasse , une rue très large qui donne sur la célèbre Leopolstrasse, était bien animée.
Pour cette deuxième et dernière journée, Les représentants du stand kabyle étaient positivement surpris par le nombre croissant de visiteurs et l’intérêt que ces derniers ont exprimé.

La présence de « Tadukli talmanit-taqvaylit » à cette importante manifestation culturelle, où l’occasion est donnée à toutes les associations bavaroises d’ériger une tente en plein rue et d’avoir un contact direct avec la population, est motivée par une prise de conscience de notre identité. Notre souci majeur est de faire ressentir à la société civile allemande la souffrance des Kabyles à faire reconnaitre officiellement leur droit à l’existence en Algérie. En un mot, internationaliser la cause kabyle et sensibiliser l’opinion internationale sur l’existence d’un peuple déterminé à vivre dans sa propre culture et en harmonie avec son histoire sur son propre territoire.

Il faut savoir que de nombreuses personnalités aidées par des volontaires animaient différents stands dédiés à l’Iran et à la Lybie notamment. Amnesty international, des organisations de protection des enfants, ou encore des animaux, de lutte contre la discrimination, des droits de l’homme, du Sport pour tous, de la Philosophie pour tous, etc. avaient aussi leur stand.
Signalons aussi la visite remarquée, au stand de l’association kabyle, de Lyazid Abid, ministre du gouvernement provisoire kabyle chargé des relations internationales, pour soutenir et encourager ce genre de manifestation très significatives.

Cette manifestation est à rééditer absolument. A notre grand bonheur, DKF ou l’association amitié Allemagne-Kabylie promet d’être présente au prochain festival.

Marion et Kader

7 COMMENTAIRES

  1. ad awen-iniɣ tanmirt tameqqrant ɣef tmesvanit-agi i d-tgam akked d wayen akk i tettheyyim i tmaziɣt s ttawil n tdukli nwen di tmurt n lalmany, ssarameɣ ad tdum tdukli nwen u ass deg ussan n Ṛebbi ad nemlil dinna di lalmany u tidet nettzuxu yiswen kenwi yellan di luṛup. tamazɣa ad tdum i levda

  2. ad awen-iniɣ tanmirt tameqqrant ɣef tmesvanit-agi i d-tgam akked d wayen akk i tettheyyim i tmaziɣt s ttawil n tdukli nwen di tmurt n lalmany, ssarameɣ ad tdum tdukli nwen u ass deg ussan n Ṛebbi ad nemlil dinna di lalmany u tidet nettzuxu yiswen kenwi yellan di luṛup. tamazɣa ad tdum i levda

  3. Azul ! Guten tag !

    Je tiens à féliciter Lyazid, Majid qui a troqué son clavier pour la {nitra}, ainsi que tous leurs collègues qui ont pris part à cette initiative très louable et ô combien valorisante pour la cause kabyle. En voyant la photo à la une de la {walkyrie} en robe kabyle j’ai sursauté car un moment j’ai cru que je regardais ma frangine :), sans doute à cause du regard farouche des insoumises commun aux furies kabyles et aux walkyries allemandes. Danke pour cette participation !

    Je me demande si on ne pourrait pas apporter des améliorations pour les prochaines éditions pour faire mieux connaître le peuple kabyle, la Kabylie, son histoire, ses traditions. D’une façon ou d’aune autre il faut faire dépasser le cadre folklorique à la cause kabyle et à la Kabylie car c’est justement le carcan oû les ennemis du peuple kabyle et du Créateur veulent nous enfermer.

    Avant de se lancer dans le combat il faut mettre à contribution « l’artillerie », en l’occurrence les préparatifs et les outils requis pour une manifestation culturelle qui se déroule en Europe et qui est destinée surtout au grand public européen.

    C’est la mise en valeur, d’une manière moderne et avec des outils modernes, du bagage culturel kabyle dont on a besoin pour nous faire connaître. Il faut donner de la valeur ajoutée à notre culture avant de l’exporter ou du moins de l’exposer devant une Europe plus en avance sur nous, devant un public averti et érudit. Il faut impérativement dépasser le cadre folklorique car, qu’on ne le veuille ou pas, exporter ou exposer dans le monde le folklore kabyle brute ressemble on ne peut mieux à l’export d’hydrocarbures bruts; dès que ces fossiles seront épuisés (la tradition kabyle dans notre cas, dès que les gardiens de nos traditions s’éteindront ça en sera fini) le processus s’arrêtera.

    Il nous faut donc du NET, de la valeur ajoutée, une culture kabyle modernisée sur supports ultramodernes. Il faut troquer la foire et la rue pour les Galeries, les Salles d’exposition, les Musées, etc…Pour ce faire on a besoin de femmes et hommes, de cadres capables de relever le défi et de donner une dimension universelle et de la hauteur à la culture kabyle. Il faut prendre exemple sur les peuples civilisés.

    C’est de ça dont nous devons nous occuper si nous voulons vraiment sauver notre culture de l’oubli ; et les binationaux ou apatrides kabyles installés ça et là en Europe ou en Amérique du Nord sont les premiers concernés par cette tâche, ils devront en premier lieu se réunir, s’organiser, se concerter et passer aux choses sérieuses.

    On ne va pas solliciter l’UNESCO pour nous aider à sortir la culture kabyle des méandres de l’oubli car nous n’avons pas d’Etat Kabyle reconnu mais nous pouvons solliciter de l’aide dans les pays d’accueil, il se trouvera toujours des justes, des gens de culture, des mécènes qui nous donneront un coup de main.

    C’est donc une organisation Kabyles de l’Etranger qu’il faudrait instaurer pour fédérer les forces vives, donner un coup de main à la Kabylie qui s’éteint sous l’occupation étrangère (arabe) et piloter la promotion de la culture kabyle, la cause kabyle par extension, dans les pays civilisés, c-à-d en Europe et en Amérique du Nord.

    On ne peut regretter qu’une chose : que ce festival ne coïncide pas avec l’Oktoberfest, hein Majid 🙂

  4. Azul !
    Tres belle initiative que cette manif pour faire reconnaitre notre Kabylie et surtout notre demande d’autonomie à l’Allemagne qui est je pense plus à l’écoute que la France, malheureusement ! Il faut continuer à élargir notre champ d’action avec plus d’évènements culturels sur notre pays (Kabylie) et je le dis là où je passe, quel que soit l’endroit, il y a un peuple étranger dans son propre pays qui demande à vivre dignement et librement, il est majestueux et grandiose, il s’appelle Kabylie ! Timanit i tmurt Iqvaylien !!!

  5. Azul i iminigen iqvayliyen iddren di Lalman.

    Honneur et respect à notre communauté kabyle d’Allemagne. Nous sommes fiers de vous et nous vous remercions profondément de ce bain de jouvence que nous savourons en Kabylie au même titre que vous-mêmes, peut-être même un peu plus.

    Comme vous l’avez suggéré, il faut tout faire pour perpétuer ce rendez-vous qui est un moyen irremplaçable pour nous faire connaître et de devenir visibles.

    J’exprime mes hautes félicitations à tous les organisateurs de cette manifestation.

    Es lebe Deutsch-Kabylische Freundschaft.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici