6e édition du festival Tamazgha : Marseille au rythme de la Kabylie

20

CULTURE (Tamurt) – Ce samedi, 18 juin, dernier jour du festival, le publique kabyle a été très nombreux dans les gradins du théâtre de la sucrière, qui était archicomble. Le vent mistral fut de la partie, comme à chaque fois lors des évènements kabyles heureux.

Le public a eu droit en début de soirée à une grande poétesse kabyle Nna Zohra, qui a rendu un vibrant hommage aux martyres de la Kabylie de 2001. Par ses poèmes percutants et pleins de sens elle a rappelé les souffrances des mères ayant perdues leurs enfants assassinés par le pouvoir à la fleur de l’âge. Nna Zohra a insisté dans ses vers pour que l’on ne les oublie jamais et pour que le combat continue afin que leur
mort ne soit pas vaine.
La soirée a continué avec moh Alileche par quelques chosons de son répertoire et une chanson en hommage à Ait Menguellat.

Puis c’est au tour de Salima Ikhlef avec sa troupe de dance qui a présenté de magnifiques chorégraphies. Il est à souligner que Salima Ikhlef est très connue dans les milieux artistique et culturelle Kabyle à Marseille. Elle forme des jeunes danseuses et danseurs dans son école qu’elle a fondée il y a 20 ans.

Puis le théâtre de la sucrière a vibré à l’entrée en scène de l’étoile de la chanson Kabyle, Lounis Ait Menguellet. Ait Menguellat a puisé de son vaste répertoire ses meilleurs tubes. Il a alterné entre la chanson rythmée et la chanson à texte.

Les militants autonomistes et les animateurs de l’association Amitié Kabylie bouches du Rhône ont marqué leur présence par l’utilisation du drapeau Amazigh durant toute la soirée.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici