Des militaires sèment la mort et la terreur à Iazouguen – Le jour d’aprés, the day after

7

KABYLIE (Tamurt) – Bizarrement, au lieu d’aller chercher les auteurs de cet attentat dans le massif forestier de Yakouren, ne voila-t-il pas que notre soldatesque de pacotille s’en prend à de paisibles citoyens en envahissant tout un village pour y semer la terreur et la mort, saccageant magasins, domiciles, et filant comme de vulgaires voyous –en fait n’en sont-ils pas ? ; allant jusqu’à violer la franchise hospitalière, brutalisant médecins, infirmiers etc. Si nous comprenons la panique de ces soldats, nous refusons de croire qu’ils ont agi de leur propre chef, s’ils n’ont pas été instruits à agir de la sorte.

Il est de notoriété publique que la guerre des clans du pouvoir bat sont plein pour la succession au futur départ de Abdelaziz Bouteflika, et comme de coutume on veut instrumentaliser la Kabylie. Que nenni ! Les kabyles aujourd’hui ont compris qu’ils sont capables de déjouer cette manœuvre machiavélique. La surmilitarisation de la Kabylie est et reste injustifiée car ni le terrorisme
islamiste, ni encore moins l’islamisme politique, n’ont d’ancrage dans cette région. C’est ailleurs qu’il faut chercher les raisons de cette surmilitarisation. Le maillage militaire et policier n’a jamais résolu la question sécuritaire en Kabylie. Bien au contraire, nous suspectons une branche incontrôlée des services de sécurité, tous corps confondus, agissant dans l’impunité totale, rassuré et protégé en
haut lieu de vouloir à tout prix refaire le coup de feu Massinissa Guermah.

Non ! Plus jamais cela ! Allez voir ailleurs ! S’étant dotée d’un instrument pour se
prendre en charge, je veux parler du MAK/GPK, la Kabylie est aujourd’hui à même de contrer toute velléité de contrôle idéologique ou religieux. Le MAK, fort de l’appui et la sympathie du peuple kabyle, se positionne comme force politique incontournable. Nous avertissons tout groupe, individu ou fraction de quelque clan soit-il que la Kabylie ne se laissera plus entraîner dans une guerre qui n’est
pas la sienne. Au fait, à qui appartient ce corps militaire qui se comporte en armée d’occupation en Kabylie ? Attendons-nous à un été chaud, très chaud même.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici