L’université algérienne est devenue une entreprise idéologique

9
Algérie Constitution
Algérie Constitution

ALGÉRIE (Tamurt) – Les universités kabyles ont, tant bien que mal, échappé à ce rouleau compresseur idéologique visant à asservir la communauté universitaire qui, partout ailleurs dans le monde, incarne le progrès et la modernité.

La Dékabylisation d’Alger est lancée par le gouvernement raciste d’Alger qui a donné ordre dans une note secrète aux universités de la capitale de ne plus accepter aucun étudiant venu de Kabylie. Alger qui est pourtant la ville la plus proche de Kabylie et où il i y a beaucoup de kabyles beaucoup trop semble-t-il pour le pouvoir arabo-islamique qui craint, on le comprend, la nature active et militante des étudiants kabyles.

A Vgayet, le recteur de l’Université, en indigne commis de l’Etat, a procédé à la suppression des filières des Sciences Humaines et Economiques. Au-delà de la suppression pure et simple de ces filières, importantes en terme de mission citoyenne et scientifique, l’objectif recherché par cet acte discriminatoire est éminemment politique. Il vise à muter un grand nombre d’étudiants kabyles dans des universités à dominance arabophone pour les diluer dans un environnement hostile à leur identité, qui se retrouvera alors minoritaire, violemment intimidé et gravement menacé comme nous l’avons vu, tout dernièrement, à Sétif et Jijel. Voilà une nouvelle manière d’arabiser l’avenir de la Kabylie en arabisant une bonne partie de ses futurs cadres. La fermeture de ces filières existant depuis longtemps à l’université Abderahmane Mira a servi de prétexte à « l’exil forcé » des étudiants kabyles et participe de la politique de dépolitisation de notre jeunesse. Le régime raciste d’Alger, croit pouvoir priver la Kabylie de son potentiel militant en « déportant » 4000 nouveaux bacheliers de Vgayet à Jijel et Sétif entre autres.

L’accueil réservé aux étudiants kabyles à Jijel et Sétif a été des plus infâmes et des plus édifiants sur le caractère fraternel de la société. A l’image du racisme de l’Etat algérien qui les a produits, les « intégristes-étudiants », imbibés de l’idéologie d’Etat arabo-islamique, ont fait preuve d’une violence teintée d’un anti-kabylisme primaire et assumé. Intimidation, provocation, harcèlement …. Telles sont les raisons qui ont amené les nouveaux bacheliers originaires de Vgayet à intervenir, à riposter, à se défendre.

De graves affrontements ont eu lieu mercredi, entre les étudiants kabyles et les étudiants arabo-islamiques. En effet, ces derniers aidés par les voyous des quartiers environnants, ont essayé d’imposer leur dictat en usant de la violence afin, croyaient-ils, de « normaliser » les étudiants kabyles connus (et reconnus) comme étant les fers de lance de la revendication identitaire et du combat démocratique.

A Jijel, les étudiants kabyles, fidèles au combat de leurs ainés, ont su défendre leur honneur en improvisant une marche où ils ont scandé avec fierté: Imazighen.

A Sétif, ils ont enclenché une grève afin d’exiger de retourner à Vgayet où leur filière est dispensée en langue française et où les places pédagogiques sont, selon eux, disponibles. Les étudiants arabo-islamiques n’ont rien trouvé de mieux à faire que d’essayer de briser ce mouvement légitime en recourant à la violence. Ce qui a provoqué de violents affrontements et des actes de saccages entre les grévistes kabyles et les opposants arabo-islamistes.

Ces affrontements, qui ont éclaté au vu et au su des autorités, ne sont que le résultat de la politique anti-kabyle menée par les pouvoir successifs depuis l’indépendance confisquée.

Ces évènements qui déshonorent davantage le pouvoir algérien s’inscrivent dans la continuité des scènes de violences qui s’étaient déroulées en fin juin à Oran à l’ouest du pays où des étudiants kabyles avaient fait l’objet d’agressions à l’arme blanche par des étudiants oranais et des délinquants.

L’heure est grave! Nous ne pouvons plus nous taire maintenant que notre jeunesses estudiantine est non seulement exilée et humiliée par l’administration arabo-islamique mais aussi jetée aux griffes de la violence intégriste en charge de la « normaliser ». La Kabylie doit protéger ses enfants et elle ne peut efficacement le faire sans un statut de large autonomie.

9 COMMENTAIRES

  1. Mes freres kabyles que vous soyez musulman , chretiens ou athees la guerre nous attend contre ce regime raciste d alger et preparez-vous en consequences. Achetez des armes et des munitions car la guerre contre ce regime sera plus rude que celle contre la france coloniale.

  2. Azul fellawen

    Chers kabyles ! la chose que nous n´arrivons pas à comprendre dans notre situation que toutes ces révolutions sont bien programmés par des oppositions aux pouvoirs totalitaires dans le monde arabe ,
    C voulu par les organisations mondial , par example la zone MENA ( Middle East and North Africa ) doit
    se réformer pour une démocratisation de leur politique leur socio-économique et géopolitique pour leur intégration dans OMC ( Organisation Mondial du Commerce ) aussi C leur exisgence d´y etre sur les rails mondial du commerce et s´enfinir avec la poltique du bloc soviet , ils restent quelques pouvoirs minables et ingras sans relache ?? veulent rester sur les vieilleités de la construction du grand magreb arabe et le machreq ( une identité de la position du soleil ) , c inquiétant pour eux ?? elle va disparaitre cette strategie et leur revês du monde Arabo-musulman ??? pourcela ils ont renforcés des mouvances islamistes pour qu´ils détiennent sans relache la strategie et l´ideologie arabo-musulman par des petits coups d´état remplacant les pouvoirs staliniens et autoritaires ,telque :Tunisie , Libye , Egypte « aprés une bonne asphxie eternelle pour les coptes « mais les royaumes ont sauvegarder leur souverainetés , en plus l´appui du coyotte islamiste Turque ( donnant sont example aux arabo-islamistes ) comme un islamiste modéré et démocrate , ainssi il est bien exclu de l`EU sur leur adhésion et meme il se trouve orphelin sur son exclusion et il s´accroche au MENA afin qu´il trouve ces pots de vin et les marchés d´investissement .
    l´actuelle position de kabylie ?? elle est dans l´asphxie par les meme ennemis afin de pousser le bouchant jusqu´au fond sans aucune réformes politiques ??? s´il ya des reformes seront sur les formalitées du déroulement des prochains élèctions et si fort possible que les islamistes revient de force pour les sécourir pour sauver l´honneur du seif el Okba ibn nafi3 .
    Mais sache bien qu´une puissance mondiale , il a le meme probleme qu´elle souffre , la meme chose que l´Algerie et ces rejets par l´OMC ! C bien la Russie ! son intégration à l´OMC fut un récule énorme à cause de Tchechenia mais les notre ils ont versés la page ?? SOIT DISANT comme s´ils ont un probleme avec AQMI magreb au lieu la vrais opposition et résistible C bien la kabylie .
    Cher kabyle , il faut vraiment choisir le vrais camp , c le dernier wagon du train ?? soit la souffrance eternelle ou la tete haute !! West bank et Gaza fait parti de MENA économiquement ( ils n´ont pas ni gaz ou petrole ) ou bientot les sahraoui de 70.000personnes ils seront parmis , ils restent nos coyottes kabyle i fantasiyen qu´ils sont les derniers du monde ( ils passeront toujours par une passerelle de la corruption et l´indignation , kidnapping un par un ) adieux leur valises .
    Ur tanmirt

  3. Le peuple kabyle, s’il n’a pas le courage de se liberer tout seul comme le font les peuples qui savent ce qu’ils veulent, doit urgemment s’adresser a l’ONU et a l’OTAN le 1er novembre prochain lors de la marche qui sera organisee pour demander l’envoi de troupes militaires pour securiser les frontieres de la Kabylie contre l’invasion terroriste et militaire de la tyrannie genocidaire d’Alger.

    Tout le reste n’est que laitartor!

  4. Le 2 novembre 1982 Kamel AMZAL fut assassiné par des islamistes à Ben Aknoun. Sous le régime assassin de Chadeli Bendjedid, la police du pouvoir raciste anti-kabyles dépêchée sur ces lieux du « savoir » s’est rangée du côté des futurs égorgeurs du GIA. C’était la première promotion de terroristes islamistes sortie des universités d’Algérie, affiliée à l’époque au sanguinaire Bouyaâli chef du mouvement des frères musulmans algériens qui donnait officiellement en 1989 le FIS, le HAMAS et autres.

    A quelques jours de cette date commémorative qui a touché au plus profond de leurs chairs toutes et tous les kabyles, de toutes confessions, en premiers les non-croyants et les laïcs, le régime de l’assassin Bouteflika des enfants kabyles, conformément à « la désunion » propice en vue de la Kabylie, espère rééditer ici à Sétif et Jijel la tuerie et étonner ainsi au sommet de de son Etat ses détracteurs, concurrents et amis. N’oublions pas que 20 ans après ce coup de sabre à Alger, ce successeur à la terreur avait multiplié contre ces mêmes kabyles et leurs enfants ce geste ignoble par 128 fois. Au lieu des sabres, barres de fer et chaines à vélo, il sortit, lui, ses armes lourdes !

    Ce n’est pas uniquement sa ténacité à construire la grande mosquée au détriment du social, du pouvoir d’achat et de l’emploi qui stupéfie, mais aussi sa mainmise sur la Kabylie, réconfortant ainsi les terroristes islamistes, les terroristes militaires et autres bandits à sa solde à aller sur toutes les terres kabyles, pour massacrer à tout va, les yeux bandés.

  5. Constat lucide et sans complaisance , Mr Bouaziz Ait Chebib ! En tout cas cette politique criminelle et raciste s’est faite avec la complicité de KDS, représentés ici par le recteur de l’université de Béjaia !!

  6. Azul
    Au dela de l’imposante contrainte que représente le régime mafieux d’Alger pour notre société, soyons exigents au moins une fois envers nous même, chacun de nous envers lui même.
    Je me souviens des années 60 – 70 ou, dans notre village, tout se faisait au sein de la communauté (le village); sans le moindre apport exptérieur. Je me souviens qu’à l’époque, on ne pouvait même pas imaginer que l’état ou une entité extérieure puisse mettre de l’argent pour le village. Et c’était cent fois mieux comme ça, parce que, à l’époque, nous vivions la tête haute et le verbe franc et limpide.
    Je me souviens qu’à l’époque, l’argent des expatriés kabyles n’existaient pas. Et nous nous’en portions pas plus mal.
    A l’époque, et vingt cinq siècles auparavant, il n’y avait pas la technologie, ses outils et ses artifices qui, il faut détromper certaines petites têtes, ne sont pas la création des autorités d’Alger. N’importe qui peut aujourd’hui se servir à la source de la technologie. Et pourtant nous batissions nos charmantes demeures dans l’harmonie du village et des paysages (considérer le massacre urbanistique actuel !!!), nous fabriquions nos outils et nous travaillions beaucoup; c’était dur mais c’était la dignité.
    Je me souviens qu’à l’époque, tout le monde savait jouer d’un instrument de musique, flute, zrna, fhel…
    Je me souviens qu’à l’époque, les gens savaient parler, savait amuser et s’amuser et n’avaient surtout pas besoin de cette immondice qu’est la télé algérienne et sa radio.
    Je me demande, aujourd’hui, comment se fait-il qu’avec tous les moyens dont nous disposons, comment se fait-il que nous soumettions aujourd’hui nos enfants au sacrifice rituel barbare de l’école algérienne ? Comment se fait-il que rares sont les villages kabyles qui disposent d’une bibliothèque, d’un salle pour les activités culturelles, pour le conseil du village, n’en parlons pas d’un musée ou d’une salle de jeu ? N’est ce pas hallucinant pour un pays qui a toujours porté le nom des Montagnes du savoir ? Sommes-nous corrompus au point de DONNER nos propres enfants aux charlatans de l’école allgériennes ? Sommes nous incapables d’entretenir, dans chaque village, une école ? N’avons-nous pas éminement plus de moyens qu’il y a quarante ans ?
    Doit-on attendre tout du MAK et du GPK qui, en ce qui les concerne, font un travail extraordinaire ? A l’heure actuel, chaque individu à son niveau, chaque communauté, a des choses à faire. et nous avons aussi bien les moyens matériels que la composante humaine. Tout tient à l’organisation et, à ce chapitre, nous n’avons pas à l’inventer, l’organisation, mais juste à la renforcer ou à la réactiver. Nos ancêtres, grace à notre organisation ont fait face à des défi qu’on ne peut même pas imaginer : les hordes arabes et turcques, et cela des siècles durant.
    Pour répondre à l’article, je pense que la plupart des défis et des déficiences que posent les échelons supérieurs de l’enseignement, l’université, se règlent aux cycles primaire et moyens. Si nous voulons affronter la famine qui se profile à l’horizon 2020 avec le tarissement graduel des puits des hydrocarbures, chaque village ou âarch doit se doter d’une école et, dans la mesure du possible, d’assurer le cycle moyen et même secondaire. Tant que nous avons les moyens matériels et humains, nous devons anticiper la catastrophe qui guette le pays et spécialement la Kabylie dans 10, 20 ans. Cela nous y allons tout droit si nous ne faisons rien; si nous continuons à écouter les criminels d’Alger, à observer cette attitude passive. Cela nous ramènera, nous et nos enfants droit en retour à l’age du cannibalisme.

  7. L’Araboislamisation de la Kabylie et la dekabylisation de l’Algerie. Pourquoi ne pas aller directement vers la constitution d’un CNT algerien avec l’appui de l’OTAN pour mettre fin a la tyrannie du regime terroriste d’Alger.

    Au sein de ce CNT, il faut avoir deux Kabyles, un Chawi, un Mzabi, un Tergui, un Oranais, un Algerois, un Annabais, un Constantinois, et un Wargli.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici