Nadjia Bouaricha et l’insulte au journalisme

20
Vive la liberté de la presseVive la liberté de la presse
Vive la liberté de la presse

CONTRIBUTION (Tamurt) – « Un métier bafoué »
La première fonction du journalistique est de porter l’information aux lecteurs, avec comme obligation l’exactitude des faits et la neutralité. Votre article ne semble pas répondre à ces exigences de base, qui doivent garantir aux lecteur sa liberté d’opinion.

Plus encore, tout au long de l’article, vous, journaliste, vous vous adonnez à de nombreuses interprétations visant, non à informer le lecteur sur l’événement, mais plutôt à étayer une idée que vous, Nadjia Bouaricha, voulez défendre, et visiblement avec hargne.

Tout d’abord, vous manquez cruellement d’objectivité et d’exactitude quand à la contextualisation de la rencontre. Votre article porte plus, il faut le reconnaitre, sur la personne de Ferhat Mehenni, dont vous écorchez par sept fois le nom. Doit-on noter là une marque de mépris de la part d’une journaliste ou simplement son incompétence ? Vous omettez également de dire qu’il a été reçu en tant que Président du Gouvernement Provisoire Kabyle. Vous préférez le terme très inapproprié de « chef du MAK ». Sachez d’ailleurs que le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie a pour président Monsieur Bouaziz Ait Chebib, et ce depuis le second congrès du mouvement tenu au mois de décembre dernier. Je porte à votre attention le fait que le compte rendu ait été transmis, dès le lendemain de la tenue du congrès, à la direction de votre journal, sans que celle-ci n’en fasse mention dans ses colonnes. On peut donc prendre acte d’une dissimulation de l’information.

Vous assimilez également les termes d’{Autonomie} et d’{Indépendance}. Sachez que ce dernier concept ne fait pas parti de la terminologie employée par le MAK. Subversion de l’information ou simple manque de maitrise du vocabulaire ? Auquel cas, je vous conseille, comme je le fais avec mes élèves, de vous procurez un bon dictionnaire.

Vous n’évoquez pas le termes de la rencontre organisée par le Collectif des Kabyles de France à l’Assemblée Nationale, qui avait pour thème « la Kabylie à travers l’Histoire ». Vous préférez extrapoler, encore, sur la date symbolique choisie. Un mot tout particulièrement est perturbant dans votre phrase. Que signifie ce « Pourtant » ? Particule de réfutation, le lecteur comprendra, en vous lisant, que la célébration du jour de l’an Berbère « par tous les algériens et tous les Amazighs » interdirait, de fait, la tenue d’une séance de dialogue autour de la Kabylie à l’étranger. Vision sournoise que vous développez ou mauvaise maitrise, (encore !), de la langue française ?

Décidément les connecteurs logique perdent leur attributs avec vous. En effet, après une citation tronquée du président Mehenni, et une extrapolation de votre part, ajoutez le terme « Ainsi » qui vient nous dévoiler, (encore !!) une de vos interprétations, selon laquelle Ferhat Mehenni considérerait la Guerre d’Algérie comme un « malentendu ». Vous « usez et abusez » de guillemets de sorte à faire dire au locuteur ce que vous semblez vouloir entendre. Charcutant les propos du président et mijotant un discours à votre sauce, vous déformez sciemment la réalité des faits.

Votre cuisson s’éternise sur les trois derniers paragraphes ou vous que ne faites plus que déverser votre venin sur Ferhat Mehenni, que vous finissez d’ailleurs étrangement par ne plus désigner que par son prénom. Abhorrait vous donc à ce point le personnage pour d’abord écorcher son nom avant de le faire disparaitre ensuite définitivement ?

{{Une opinion pernicieuse}}

Vous avez, en tant que journaliste, manqué à votre premier devoir d’information dans l’objectivité. Peut être vous êtes vous plutôt assigné la tache de réveiller les consciences en commettant un article d’opinion ?

Permettez-moi de formuler ce que j’aurais compris de votre thèse. Ferhat Mehenni (ou plutôt Mhenni, ou encore simplement Ferhat, voir, pourquoi pas « le feu de la bouteille de gaz »), est un « nostalgique de l’Algérie Française » qui œuvre à la sécession Kabyle afin de faire imploser le pays du million et demi de martyrs. Vous défendez clairement une thèse et c’est très bien.

Quelles sont donc vos motivations ? Au vu de vos écrit, il ressort que vous espérez perpétuer le souffle sacrificiel des martyrs en défendant l’indépendance, l’unicité et l’indivisibilité de la nation algérienne. Démasquer les traitres, dénoncer l’ingérence du « colonisateur » semble être votre leitmotiv. De nombreuse fois dans vos différents articles publiés dans ce même journal vous opposez aux « glorieux martyrs » le « colonisateur français ».

Ces récurrences ressemblent à s’y méprendre au discours des branches officielles du pouvoir, FLN avec Bouteflika et RND avec Ouyahia, que pourtant vous assimilez à une « oppressante dictature ». Comment justifiez vous alors ce lien étroit ?

Vous venez de consacrer un article entier à essayer de prouver au lecteur le danger que Ferhat Mehenni représente pour le pays. A t-il lui du sang sur les mains ? A t-il volé des milliards ? A t-il imposé quoi que ce soit à quiconque par la force ? En dehors de sa tendance à exprimer librement ses pensés, qu’à t-on au juste à lui reprocher ? Vous appréciez visiblement l’algérianité, la sagesse populaire ne nous dit-elle pas que « la langue n’a pas d’os » , “{Lsan ma fih aâdam}” ? Je suis donc étonné de vous voir usez votre encre et vos plumes à stigmatiser un Homme que ne dispose d’aucune des clefs du pouvoir algérien.

Si vous étiez sincère dans votre démarche, consacreriez vous plutôt vos articles à des personnages comme Belkhir, Boumedienne, Nezzar, Toufik, Bouteflika, Ouyahia et autres. Ce sont eux qui dirigent l’indépendante nation algérienne. Eux qui durant cinquante longues années ont imposé une dictature militaire et terroriste, eux qui ont égorgé pendant 10 longues années, eux qui ont tués 128 âmes kabyles à Tizi Wezzu, eux qui ont saboté l’appareil productif du pays, eux qui ont sacrifié des générations entières d’Algériens sur l’autel de la médiocrité, eux qui dilapident les précieuses richesses du pays, eux qui inculque la médiocrité à l’Algérien, qui lui obstruent les horizons, qui le gavent de nationalisme et de haine, qui lui brise sa liberté et ses rêves ; eux qui lui ont confisqué son indépendance et sa liberté, eux qui poussent la jeunesse à s’embarquer sur des radeaux pour gagner l’Europe, eux qui ont falsifié l’histoire qui ne font rien pour un avenir stable au Maghreb…

Cinquante années d’inefficacité, de sabotage, et de dictature. La séquestration de la dépouille du Colonel Kabyle Amirouche et la compagne de dénigrement qu’il a subit. L’interdiction par les autorités algériennes d’une conférence sur la poésie Kabyle. La non reconnaissance de la mémoire et de l’œuvre de Lounes Matoub, fervent militant d’une Algérie plurielle et démocratique. L’invocation des martyrs pour gonfler toute l’orchestration politicienne autour d’un vulgaire match de football. L’inauguration en grande pompe du « Métro d’Alger » (tristement célèbre pour ses histoires de corruption) par Bouteflika le 1er Novembre, date éminemment historique du début de la guerre d’Algérie. Voilà de véritables insultes à l’égard de la dignité humaine que défendaient avant tout les véritables martyrs. Voilà de véritables orientations qui auraient mérité l’encre et la plume d’un véritable journaliste.

Franchement, que croyez vous proposer aux lecteurs à travers cet article incendiaire où vous critiquez la démarche du MAK, ou vous calomniez Ferhat Mehenni que vous accusez, en des termes à peine voilés, de complicité avec l’ennemi, en l’occurrence le {“colonisateur français”}.

D’une part, vous insultez la mémoire de ce même Mehenni, militant infatigable de la cause berbère et de l’Algérie plurielle. Cet homme qui, dès sa jeunesse et les années 70 dénonçait activement le marasme politique algérien, mettant en péril sa personnes et son entourage. “Emprisonné de nombreuse fois, il est aujourd’hui encore poursuivi par la justice algérienne. L’assassinat de son fils à Paris reste non élucidé”.

D’autre part, vous discréditez le MAK, mouvement politique démocratique et pacifiste par excellence. Vous altérez ses visions et sa portée auprès des lecteurs et vous mettez en doute l’intégrité moral de ses dirigeants.

Enfin, 50 ans plus tard, comme vous le dites si bien, vous continuez a entretenir chez les algériens cette méfiance et cette haine vis à vis de la France. C’est plutôt cette perspective antagoniste entre les deux pays que dénonçait le président kabyle à travers ce terme de “{malentendu}”. un malentendu que certain essayent de désamorcer tandis que d’autres, comme vous objectivement, tentent d’entretenir.

Me vient alors en mémoire Tahar Djaout, journaliste Kabyle assassiné par les franges occultes du pouvoir, qui nous laisse une maxime qui, vingt ans après sa mort, ne perd rien de sa véracité : {“En Algérie il y a deux familles, une qui avance et l’autre qui recule”}.

20 COMMENTAIRES

  1. Les services ont utilisé ce journal parce qu’ils savent que c’est le quotidien préféré des kabyles au pays comme en émigration. Ils veulent toucher principalement les kabyles par leur article. Maintenant il reste une chose: continuer à lire ce journal ou le boycotter comme avec chourouk etc. Vous savez qu’il y a qu’un quotidien de la kabylie nommé Dépêche de kabylie, il n’est pas diffusé en dehors de la kabylie. Nous nous acceptons et achetons tous leurs journaux y compris ceux qui nous insultent. Il faut que nous changions de comportements. Souvenez vous de Madame Ghania Oukazi une journaliste du quotidien d’Oran quand elle a interpellé Ahmd Ouyehya parce qu’il il avait répondu dans notre langue a un journaliste kabyle. Ce journal oranais est diffusé partout dans nos quoique a journaux.

  2. Mr Hand Amestan Fellag, mille merci pour cet excellent article plein de lucidité,réalité, justesse et bon sens,je m’attendais pas que Mr. Belhouchet vendrait son âme, je le croyais,naïvemment, dans le camp des démocrates, permettez moi de profiter de cet espace pour vous donner ma réponse à cette journaliste le jour même de l’apparition de son article, réponse qui a été à moitié censurée sur leur site.

    C’est tout simplement désespérant de lire de telle sottise sur un quotidien aussi respectable que le votre, franchement nous avons toujours cru que le combat pour la démocratie était le notre à tous, mais à lire certains articles on se demande dans quel camp vous êtes ? et dans lequel vous nous mettez ?
    Aillez l’honnêteté intellectuelle de dire tous simplement que vous ne portez pas dans votre cœur l’idée de l’autonomie, au lieu de faire une lecture aussi hasardeuse mais surtout dangereuse du discours de Monsieur Mehenni, ne vous trompez pas d’ennemi, si vous n’avez pas compris sa démarche, votre job de journaliste c’est plutôt d’aller vers lui pour connaitre ses raisons, ses aspirations, les décortiquer, les analyser, et puis en informer les lecteurs qui eux même feront leurs propres lectures,
    Ne vous trompez pas d’ennemi, pendant les années noirs ou nos frères, vos confrères journalistes, écrivains ou autres algériens et algériennes se faisaient descendre comme des malpropres(at nirhem rebbi) par la horde islamistes avec la bénédiction de DRS et compagnie, Monsieur Mehenni était sur le terrain, avec les démocrates, à combattre avec le moyen le plus pacifique qui existe, la politique et la chanson, écoutez ses chansons, vous allez comprendre l’amour d’un pays dans les tripes d’un kabyle, mais, excusez moi cette suggestion , je ne crois pas que vous vous donneriez la peine d’écouter quelqu’un que vous avez déjà bannis, ceci dit, vous ne connaissez pas ses chansons, chants d’acier, d’amour et de liberté, chants du feu et de l’eau, vous ne connaissez pas non plus son cheminement et son projet mais vous le critiquez quand même.
    Ferhat Mehenni était dans l’enceinte de l’assemblée Française avec sa propre initiative, pour représenter la Kabylie, il n’avait de compte à rendre à personne et il ne représente dans cette enceinte que le peuple kabyle qui lui fait confiance, ce peuple marginalisé, oublié, si ce n’est pillé et bannis par le pouvoir d’Alger, ce peuple qui a tant donner mais qui n’est présent ni représenté nulle part, vous osez le traiter de trahison envers les martyrs, c’est là ou commence votre anathème, permettez moi de vous rappeler que son propre père est un martyr, que vous êtes loin, mais vraiment très loin d’imaginer son amour pour son pays, les vrais traitres, dont vous n’osez pas dire un mot, c’est votre ministre des affaires étrangères(plus officiel que lui on meurs) qui été obligé d’aller s’expliquer officiellement sur des affaires intérieures devant la composante de l’Assemblée Française comme un gamin baissant les yeux, qu’on corrige après sa bêtise, voilà la honte de l’Algérie officielle dite zaama souveraine, aucun pays au monde qui se respecte n’a oser faire cela, c’est une propre invention de nos soit disant dirigeants, voilà la vrai soumission et la vrai servilité, mais d’un tremblement de terre comme celui là, rares sont les journaux qui ont parlé, pour le peuple tout est interdit, mais pour eux tout est permis.
    Ensuite vous le traitez d’aventurier de la politique et vous le citez : « la Kabylie n’a jamais combattu un peuple ou un pays ». oui et je le confirme, j’insiste même pour dire que toute l’Algérie n’a jamais combattu un peuple ou un pays, l’Algérie a combattu son envahisseur et l’armée de celui-ci, elle n’a pas combattu ni le peuple français, je vous remet en mémoire qu’une bonne partie des Français étaient pour notre indépendance et il y’en a même qui sont mort pour ça, ni la France car nous étions pas sur leurs territoires, par contre la France à combattu l’Algérie et le peuple algérien car c’est elle qui était sur nos territoires et non le contraire…ne pas peser ses mot, voilà ce que j’appellerai plutôt de l’aventure dans le journalisme.
    Puis vous essayez de lui tordre le coup avec le disque le plus rayé des discours FLNo-Khobzistes : « Il est pourtant loin d’ignorer que c’est un pays, qui est la France, qui a colonisé son pays, l’Algérie, qui s’en est sorti qu’au prix d’un million et demi de martyrs. Ces derniers ne se sont jamais sentis français ni n’ont voulu le devenir, au grand dam de ce séparatiste qui semble trouver en France soutien et promotion ». vous êtes pourtant loin d’ignorer que la plus part des dirigeants qui nous sucent le sang depuis 1962 n’ont jamais quitter leur nationalité Française, les propriétaires des appartements, des hôtels et de toutes sortes de bâtisses en France ne sont ni vous, ni moi, ni Mr Mehenni, c’est ceux qui nous bercent avec l’autre disque rayé « el izz wal karama » et il y’en qui arrivent à trouver sommeil avec cela 50 ans après, quand au million et demi de martyrs que vous ne cessez de brandir à chaque fois, osez aussi la lucidité de dire que si ils étaient là aujourd’hui pour voir le résultat de leurs sacrifices, croyez vous qu’ils accepteraient de mourir ? autrement dit combien d’Algériens qui, non seulement donneraient tout pour un visa pour la France(l’ennemi juré), mais préfèrent périr au fonds des mers que de vivre sous la dictature de la misère planifiée et imposée par les tenants du pouvoir depuis l’indépendance confisquée par ceux qui, à chaque élection, courent quémander le soutien de la France pour se faire accepter, se faire élire et se servir au lieu de servir, la France donne son soutien et sa promotion à ceux qui protègent ses intérêts, et je ne crois pas que c’est Monsieur Mehenni qui est aux manettes depuis 50 ans ; quant à le traiter de séparatiste, vous n’êtes pas la première à ne pas avoir le mot « autonomie » dans son dictionnaire, apparemment c’est une série limitée de dictionnaires vendu qu’en Algérie, ce disque là aussi est rayé, mon écœurement m’empêche de vous l’expliquer… vous avez le droit de rester, de subir ou d’apprécier la politique et la gérance catastrophique, insensé, inhumaine, corruptrice, corruptible et incompétente du pouvoir central le temps que vous voudrez, mais de grâce, pourquoi vous voulez nous enchainer avec vous ? nous obliger à subir encore et encore la gérance des incompétents ? oui nous le disons et l’assumons, pour nous, nous le vivons et de plein fouet, s’il y en a qui croient que l’Algérie a eu son indépendance, la Kabylie n’a pas encore la sienne, s’il y’en a qui croient que l’Algérie a vécu « 132 années de statut d’indigénat, de politique de la terre brûlée, de martyre et de souffrances subis par tout un peuple du fait de l’invasion française ». la Kabylie est à 182 ans de statut d’indigénat, de l’isolement, de politique de pourrissement, du KO économique, des martyrs, des assassinats, des bandits, des kidnappings et d’une affreuse insécurité, alors qu’elle est barricadée par les militaires et les gendarmes, du colonialisme Français au colonialisme du pouvoir central, rien n’a changer pour nous, on le subis au quotidien, on vous parle de notre vie, à moins que vous la connaissiez mieux que nous.
    « Enlever la Kabylie du sein de l’Algérie pour l’arrimer à la France ».c’est votre verdict, mensonger, insultant, ignorant mais pas choquant, car malheureusement, notre démarche, il y’a ceux qui l’ont compris, ils sont contre, c’est leur droit, ils y a ceux qui ne l’ont pas compris, ils sont contre c’est leur droit, mais il y’a ceux qui ne l’ont pas compris et nous inventent des percepts ou des intentions par malhonnêteté, on dit non, personne n’a le droit de salir notre combat oh combien noble, nous connaissons nos principes et nous ne badinons pas avec, alors que cela soit claire, nous ne sommes et nous ne voulons être, ni Arabes, ni Français, ni Juifs, ni Américains, nous ne voulons la place de personne, nous voulons être nous même à notre place qui nous revient de droit, nous sommes des berbères de Kabylie et personne n’a le droit de mettre en cause notre Algérienité, et encore moins notre Kabylité , nous n’avons jamais cesser, depuis l’indépendance confisquée, du fond de notre âme, du fond des prisons et du fond de notre rage, de revendiquer une Algérie algérienne, et nous n’avons pas baisser les bras, les langues et cultures berbérophones ou arabophones algériennes sont les nôtres, nous ne l’avons jamais nier ni repousser, la culture arabophone algérienne a été portée haut par biens de lustres artistes kabyles, mais de grâce, si nous avons vomis le pouvoir des ignares, c’est qu’il ne nous a pas été commode, nous ne connaissons de l’Algérie officielle que la loi, le bâton et les balles assassines, jusqu’à quand attendrons nous ? L’extermination ? La Kabylie est, réellement, de fait autonome, à part la clientèle habituelle du pouvoir, personne na vu la couleur des pétrodollars, à part le malheur et la misère, nos gouverneurs nous ont rien ramené, alors à défaut d’un état fédérale, qui permettra à chacun le modèle politique qu’il souhaite, laissez nous revendiquer et aspirer à vivre comme on veut, dans la misère, peut-être, mais en paix.

    Le20/01/12
    Saïd at Saïd.

  3. les kabyles révolutionnaires doivent se solidariser pour que plus jamais les fascistes bédouins nous
    regardent comme une tribu soumise et sous sa botte.
    je lance un appel à tous les kabyles et les invite de reprendre les armes et chasser par la mort toute
    intrusion Etrangère ..à commencer par l,armée d’Oujda qui a envahit notre pays en 1962 sous les ordres
    de Degaulle …Nacer l’Egyptien… Benbella sa femme de ménage…boumeddiéne Le prédateur acolyte et
    tant d’autres criminels assoiffés du pouvoir..D’ailleurs le choix politique de notre pays nous a été fixè et
    imposé par cette bande de truands collaborateurs de l’armée française….les chefs historiques de notre
    pays ont été trahis par la confiance qu’ils avaient envers la religion des traîtres Arabes….En écartant et
    trompant nos valeureux héros les mafieux d’Oujda se sont installès définitivement au sommet de lEtat.
    C’est de là qu’est partie l’idée de mater et détruire le kabyle par tous les moyens le neutraliser le corrompre
    le manipuler le dresser contre les siens et l’achever une foix le but atteint….L’islamisation,l’Arabisation à
    outrance la construction des mosquès…inconsciemmnent les kabyles signent leur MORT pour le reste.

  4. vous êtes des gros harkis comme moi la seul différence c est que moi j ai choisi mon camps.
    bande de charlots.
    votre journal est trop répugnants au point au je ne peux même pas me torché les miches avec.

  5. MADAME .vous utilisé le mensonge comme information pour trompé les lecteurs a l égard de monsieur Ferhat Mhenni.votre hypocrisie sert la cause des maitre d Alger et de ses valets pour mené a bien leur sale besogne.
    pourquoi vous n écrivé pas sur se charlatant d imam de belecourt posté sur toute les vidéo de you tube. ; a vous qui utilisez tous les subterfuges et la religion pour semé la haine .
    j aimerai bien que vous écrivez un article de se que vous pensée de votre journal.

    ………HEUREUX LES MARTYRS QUI ON RIEN VUE…………..

  6. tres interessant comme article amestan…
    une fois encore,nous sommes a la veille du debut d’un grand changement…
    changement qui modifiera la donne…et ce changement sera fait par les kabyles,de tout temps,les Hommes de l’algerie…
    les dirigeants seront enfin ecrasés tels les miserables insectes qu’ils sont
    viva la revolucione

  7. je n’oublierais jamais que ce torchon el watan demandais a l’armée d’intervenir en 2001 en Kabylie pour mater la révolte kabyle.
    mes chers amis sont tous des anti kabyles c’est des arabo islamique même s’ils se cachent derrière la langue française,ils réagissent en arabe.
    c’est a nous les kabyle de faire l’union

  8. ce qu il faut dire! ilas urisara ighas pas (lsan ma fih aadam) il ne faux pas propager le patoi algeroi, il existe un autre adage qui doit convenire a ces algerianiste psycopath, leur parole ou leur action ,d uridh di tvucidhant, sa veux dire (un pet dans une tempette)

  9. non mais franchement à DA FERHAT,pour moi,vouloir faire une mise au point avec ce torchon baathiste est un signe de faiblesse.
    Pour etre terre à terre,on n’en a rien à foutre de ce pseudo journal ni de cette pseudo journaliste qui visiblement est une intime du pouvoir.

    Nous ce qu’on veut à DA FERHAT de vous et de votre gouvernement,c’est d’agir au près des instances internationales et de donner du tangible auquel les kabyles tiendront car on attend que ça.Le reste on s’en fout car de toute façon ils ne nous aiment pas quoi que l’on fasse

  10. Article édifiant et plein de rappels, mais pour les 128 martyrs tués en 2001 par le pouvoir, c’était pas seulement à Tizi-OUzou comme vous le dîtes mais un peu partout en Kabyle.

  11. bsr camarades azul fellakh chaleureux je tien a remercier l’auteur de cet article mille merci ca nous fait chaud au coeur quoique bcp de personne adhere aux projet de ferhat corp et meme sans pouvoir l’exprimer par ecris je salue tout les kabyles et les amazighs adherant aux projet qui nous tiens le coeur et la conscience notre kabylite a propos de cette na3dja ce n’est paas elle le probleme elle peut exprimer ce que elle veut en les connais cette categorie c’est juste des raciste que la terre n’as jamais connu du temps du fils mini jupe et fisou mais elles ont vote fis en s’en fou aucun subterfuge ni pretsxte tel qu’il soit ne peut nous retenir pour notre deusieme liberation car qlq part c’est la faute aux kabyle en generale qui ont laisse leur sang couler contre la france pour que lalla parle ainsi mais que dire de belhouchet voila le bas blesse un silence puis une censure e je tiens avous signaler camarades si vous avez l’habitude de lire elwatan ils y’as d’autre journaliste homme que bcp de personne qui connaissent le mileiux et par la nature de leurs ecris disent qu’ils sont de la drs ce n’est plus un secret car bcp de personne le savent encore une fois mille merci et chapeau pour l’auteur de l’article si seulement les responsable charge de la moderation me laisse ecrire qlq chose ici vous verrez mais je sais qu’il refuseront je me contente de cela vive la kabylie vive lakvayel je ne suis pas arabe

  12. Chapeau bas Monsieur pour votre article. Vous faites preuve de justesse et de justice. Quelle finesse et quelle maîtrise du mot!!.Croyez moi je lis et j’ai les larmes aux yeux rien qu’en se rappelant de nos vrais martyrs de 2001 qui, malheureusement sont mis aux oubliettes.

    VIVE LA KABYLIE LIBRE ET AUTONOME
    VIVE LE PRESIDENT FERHAT MHENNI

  13. Franchement je ne m’attendais pas du tout à ce refus d’un droit de réponse, sous couvert d’une réponse très longue de Da Ferhat, président du GPK, de la part de Mr Belhouchet ! En tout cas il semble bien que la nature de ce Mr ait repris le dessus, c’est le journaliste de l’équipe d’el moudjahid qui s’exprime dorénavant ! Dommage pour le journalisme et ce pays décidément que l’on veut maintenir, toujours au même stade de soumission !

  14. Le dernier des kabyles save qu’il watan c’est un cancer comme le système , pour le peuple et les kabyles en particulier , et c’est pour cette raison que beauçoups d’énoncent son placard publicitaire sur les affiches kabyles et B.R.T.V. donc ce journal fait son travail muzmuz par intelligence en collaboration avec les K.D.S , moi personnement depuis des annees que j’ai boyccoté ses journaux de la culture muzmuz , ils ne restent cette visieuse tété bérbères et ses K.D.S leurs jours est très proche.tannemert

  15. Il n y a pas de presse indépendante en Algérie, même El watan est noyaité par le pouvoir.

    L’article d’Elwatan est digne d’un Torchon d’Echourouk.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici