Pétain, De Gaulle et Nous

12

CONTRIBUTION (Tamurt) – L’histoire des hommes dans sa plus large acception est faite de moments de rupture et de révoltes contre l’injustice et le déni de toutes sortes. Parfois aussi, elle est édifiée par des renoncements et des trahisons. Dans un cas comme dans l’autre, les acteurs en scène sont aux antipodes les uns des autres. Les premiers, nouveaux et jeunes sont mus par la volonté de rupture des pratiques éculées, dépassées et vieillissantes. Ils ont pour seul horizon le changement par la rupture de l’ordre établi et l’avènement d’un ordre nouveau. Les seconds, en revanche, refusant de se plier à la dure loi de changement et la dialectique des conflits générationnels, s’arcboutent à des valeurs sclérosées, figées et fossilisées, juste bonnes à ranger dans les musées. Têtus qu’ils sont, ils ne cèdent rien et sur rien, prêts à pactiser, y compris avec le diable s’il le faut.

A l’image de ces deux personnages qui s’entrechoquent, De Gaule à Londres était le cri de désobéissance et de révolte d’un patriote qui a refusé la capitulation du Maréchal Pétain devant l’Allemagne nazie. Quant à ce dernier, pourtant auréolé qu’il était de la victoire de Verdun face à ce même ennemi, il avait ternis et bradé l’honneur de son peuple et de ces combattants, venus de toutes parts et de tous pays, par millions pour faire barrage à la barbarie d’alors.

Tel et le long fleuve tumultueux de l’histoire humaine. Souvent les héros d’une épopée glorieuse, faute de quitter la scène au bon moment, se transforment, à l’automne de leur vie, en capitulards. Ainsi donc, il y’aurait un âge pour tout. Celui de la bravoure et celui des défaites aux allures d’abdication et de soumission.

Ce bref rappel historique de ces deux personnages qui ont façonné, chacun à sa minière, le visage de la France, conduit directement à établir un parallèle avec la scène algérienne d’hier et d’aujourd’hui. Aussi, dans ce cas, force est de reconnaître que les héros d’hier ne sont plus ce qu’ils étaient. Selon les individus. Certains de ces acteurs ont, dans les meilleurs des cas, démissionné pour laisser place à l’arbitraire, à l’injustice et à la déviation. D’autres, moins regardant sur les principes, ont purement capitulé en se rendant complices de multiples forfaitures commises contre, d’abord les martyres qui ont donné leur sang pour libérer ce pays, puis contre les générations post-indépendance auxquelles ils lèguent pour seule perspective l’exil.

Ce triste constat conduit à revenir sur la décision incompréhensible que vient de prendre le leader du parti FFS, Hocine Ait Ahmed, celle d’appeler à soutenir un processus électoral dont les conséquences n’ont pour finalité que de passer à une deuxième république qui légitimera l’avènement d’un régime islamiste en Algérie. Il y a des tournants dans l’histoire qu’il faut savoir négocier pour y rester à jamais. Ce choix de Hocine Ait Ahmed est loin d’être le cas. Entré dans l’histoire de l’Algérie par la grande, il est sur le point de la quitter par la plus petite des interstices de celle-ci.

Par quoi comprendre cet édit venant de la part d’un homme qu’on dit avoir consacré tout son combat politique, pour ne pas dire sa vie, à des luttes démocratiques depuis sa prime jeunesse ? Que reste-t-il de son cheval de bataille d’hier, ce principe sacro-saint d’une assemblée constituante, lui qui considère que la seule légitimité est celle du peuple qui consent de déléguer à ses gouvernants son pouvoir à travers des représentant légitiment et légalement élus ? Quid des slogans des années 1990 « ni Etat policier, ni république islamiste ? ». N’est-ce pas que c’est contre le même système et les mêmes acteurs que ceux d’aujourd’hui qu’il a été amené, en 1999, à quitter, précipitamment, la campagne électorale au prétexte que les dés étaient pipés d’avance ? Au nom de quelle real-politique offre-t-il, aujourd’hui, son bénédiction à un système qu’il n’a eu de cesse de combattre et de dénoncer et dont le mode opératoire (la fraude et l’intimidation, la cooptation) n’a pas varié d’un iota ?

C’est à toutes ces questions que Notre Da L’hocine est invité à donner des réponses pour dire ce qui a vraiment changé depuis, dans quel sens et en faveur de qui. Mais la grosseur de la ficelle est telle qu’il est illusoire d’attendre une réponse à toutes ces questions à moins de se déjuger ou reconnaître sa compromission dans une entreprise aux prémices dévastatrices. Cela n’échappe à personne, y compris à des personnalités politiques qui ont été, à un moment ou à un autre de leur parcours politique, éléments de premier plan du système et qui ont, malgré cela, refusé d’apporter leur caution à de telles manœuvres dont les visées ne sont rien d’autres que de maintenir ce même système en le pervertissant davantage. Parmi ceux –là, certains ont été des soutiens de Hocine Ait Ahmed dans son entreprise d’opposition, tout particulièrement feu Abdelhamid Mehri et Mouloud Hamrouche. Même si leur filiation avec le système n’est un secret pour personne, ils ont malgré tout, refusé de vendre leur âme au diable qu’incarne un pouvoir qu’ils connaissent fort bien.

Le choix de Hocine Ait Ahmed, peut s’avérer avec moins d’effets sur le peuple algérien dans sa globalité, tant il ne voit en sa personne qu’un Kabyle qui a combattu, en 1963 les armes à la main, l’Algérie (son pays). En revanche pour ceux qui ont cru en lui et continuent de le faire (les kabyles) l’addition sera lourde de conséquences.

Ces Kabyles ou certains d’entre eux qui refusent de ne voir en la personne de Hocine Ait Ahmed que le héros de la révolution et le chef de l’insurrection Kabyle de 1963, sont à l’image de ces Français d’entre les deux guerres qui ne voulaient regarder que la face éclairée du visage de Pétain, c’est-à-dire celui de la victoire de 1918 à Verdun. Ceci se passait au moment même où défilaient sous leurs yeux ébahis les troupes allemandes, prenant d’assaut Paris, ses avenues, ses boulevards et ses rues. Ayant peur de regarder la réalité en face, ils avaient fini par connaître la face sombre du Pétain de Vichy.

N’est-il pas venu le moment pour les Kabyles de bien ouvrir les yeux et regarder les choses en face sans crainte aucune de la vérité qu’ils découvrent ? Celle selon laquelle les héros d’hier, l’âge pesant, ne le sont plus. Au mieux ils sont dépassés par les événements, au pire ils ont pactisé avec l’ennemi.

Entre De Gaulle et Petain il y avaient des Français qui s’interrogeaient sur la direction à prendre.

La Kabylie, hier comme aujourd’hui est à la croisée des chemins, à l’image de cette France des années quarante, conquise et vaincue. Les siens, comme les Français d’alors, s’interrogent sur leur avenir. Entre ceux qui ont trahi, ceux qui se sont complus et ceux qui se battent avec leur moyens, les Kabyles cherchent leur voie.

Sans flagornerie aucune et même si beaucoup reste à faire, l’image de la France de Petain et celle de De Gaulle, sied parfaitement à la situation que traversent la Kabylie et son peuple.

La Kabylie qui aspire à la liberté, la justice et la dignité pour son peuple est celle qui se trouve dans le camp des autonomistes dont les piliers sont le MAK et, depuis peu, le GPK. Pour les autres, les capitulards, le tribunal de l’histoire est impitoyable. Il les jugera comme ce fut le cas pour tous leurs semblables de tous pays.

Il reste, évidemment, ceux qui ont, un moment, dansé avec les loups, mais que la lucidité n’a jamais quitté quant à ce qu’ils sont, véritablement. Eux aussi, le présent et le futur leur enjoignent de se rendre à l’évidence pour cesser de jouer à qui fera le plus peur à l’autre.

Par Hsen Nat Wadfel

12 COMMENTAIRES

  1. Comparer Dda ElHocine à Pétain c’est le comble du ridicule. HAHAHAHAHAH
    C’est incroyable, que les Makists sont obnubilés par le modèle Francais. Ils ne voient que la France sa langue sa politique et son histoire dans ce monde. Il y a The USA, Great Britain, Germany, Japan, China, India, comme modèles à étudier et pourquoi pas à suivre. La france et sa langue ne sont d’aucun interêt pour vous autres les Makist, vous ne représentez pour elle qu’une carte à jouer quan ses interêts en Algérie seront menacés. Un mauvais exemple car depuis sa révolution, elle n’a connu que les défaites militaires et la regression en dernier rang parmi les puissantes nations occidentales. Le reste de l’Algérie va avoir comme allié les USA.

  2. Phantasmagoria quand tu nous tiens! Mais c’est pour quand le film sur la trahison de Petain en 1940 et le combat armé d’Ait Ahmed en 1963!???!!!

  3. Une chose reste plus que sure, voter pour ce régime ou ses partis revient a cautionner la tyrannie coloniale arabo-islamiste en terre amazighe. Ne pas voter sans proposer sans tabous criminels une sortie de crise en dehors du cadre colonial arabe/islamiste revient a perpétuer le statu quo d’une autre manière. Tant que ce régime colonial et destructeur existe, l’Algérie n’aura aucune chance de relever la tête, ni de vivre libre, et ni de retrouver son identité, sa culture et son humanité amazighes.

    Depuis son arrivée en tant que président responsable du despotisme colonial arabo-islamo-occidental, la mission de Boutef, l’esclave des tyrans et terroristes Généraux, du gouvernement islamiste USA, et de la France arabiste, a ete de dégager tous les obstacles qui empêcheraient AQMI d’accéder au pouvoir en Algérie.

    Les élections du 10 mai prochain seront sans aucun doute la flamme qui embrasera tout le pays, peut-etre toute l’Afrique du Nord, pour donner naissance a des fédérations amazighes democratiques, laiques, humanistes, anti-nazislamistes.

    Vive la nation kabyle libre et independante!

  4. Il nous faut une mobilisation sans faille pour faire échouer les élections en Kabylie, tous les moyens doivent être mis en oeuvre dans ce sens. Il nous faut empêcher cette mascarade en Kabylie, on ne doit pas se contenter de rester à la maison le jour du vote, il nous faut des actions dignes et chacun est invité à en soumettre au débat.

    Le FFS veut apporter une caution démocratique qui manque à ce pouvoir pour faire bonne figure auprès de l’opinion internationale, ce parti FFS commet un crime à l’égard de la Kabylie en soutenant cette mascarade. Il n’est pas question de discourir à l’infini sur les mérites de Aitahmed, de son aura ou de son héroisme. Tout cela ne compte pas si l’on est convaincu que le NON VOTE est la chose la plus utile à la Kabylie. Aitahmed a fait son temps et l’Histoire Kabyle se prononcera un jour sur son cas, pour le moment il est un chef de parti comme les autres.

    Cela fait plus de 20 ans que des partis Kabyles existent au grand jour, tolérés par le pouvoir et même pour certains faisant partie un moment du système, mais jamais une avancée venant de ces partis n’a été enregistrée par la Kabylie. Je ne dis pas qu’ils auraient mal géré l’administration à partir des mairies et wilaya dont ils ont la responsabilité, je voulais plutôt dire qu’aucune avancée pour l’identité Kabyle ou Amazighe (si vous voulez) ou pour la langue Kabyle n’a été de leur fait. L’enseignement du Kabyle, le journzal TV en Kabyle, le statut de langue nationale, tout ce qui est arrivé, aussi maigre soit il, l’a été grâce à la RUE et rien n’est venu des mairies ou des APW dirigées par ces partis.

    Avez vous des revues en langue Kabyles subventionnées par ces mairies ou ces APW ? Avez vous vous des débats officiels et des documents officiels en langue Kabyle sortir de ces mairies ou ces APW ? Avez vous vu des papiers d’identité en langue Kabyles distribués par ces mairies ou ces APW ? Avez vous vu sur le fronton des écoles et des établissements en Kabylie des écrits en Kabyle au DESSUS de ceux en langue arabe ? Avez vous vu ces mairies et ces APW décider comme un HOMME que nos enfants de 6 ans qui rentrent à l’école vont désormais apprendre le Kabyle avant la langue arabe ? Avez vous vu un jour un de ces dirigeants de mairie ou d’APW brandir, que dis-je accepter, le drapeau Amazigh dans des établissements publiques ? dans leur bureau par exemple ?

    Rien de tout cela, au contraire ils s’accomodent de la langue arabe et ils gèrent les affaires courantes en croyant, sans modestie aucune, changer le système de l’intérieur… Quelle mégalomanie et quelle folie des grandeurs… Le plus vieux parti d’opposition comme ils l’appellent est une coquille vide, le RCD est pareil. Ces 2 partis n’ont jamais pu modifier une virgule dans les lois algériennes quand ils étaient aux commandes, et le FFS veut encore participer aux élections, plutôt se faire inviter aux élections que tout le monde s’accorde à dire qu’elles seront ou qu’elles sont déjà truquées…

  5. azul

    je veux dire tanemirt tamuqrant pour mas hsen pour cette fenetre que vous avez ouvert par votre article pour laisser la lumiere entrer dans les esprit des kabyles. mais revenant a la position de houhou,j’ai la grande conviction que cette position est faite pour contrer le reveil et l’affirmation de la nation et du peuple kabyle par les valeureux combattants du MAK et DU GPK.

    Mais il faut aussi que le MAK et LE GPK assume une partie de l’histoire de ne pas vouloir prendre position face à ce marchandage que ces partis algerianistes vont causer au peuple kabyle.

    le GPK a le devoir de combattre cette philosophie de soumission dont on veut emprisonner le peuple kabyle.

  6. « Les Etats-Unis d’Amérique et la sécurité dans le monde à partir du Sahel et de l’Azawad

    Monsieur Le Président,

    Permettez moi de vous interpeller, de nouveau, afin de vous expliquer comment il se fait qu’un marocain, en l’occurrence Amine El Khalfi, ait essayé de perpétrer un attentat-suicide contre votre congrès, le symbole même de votre démocratie, à Washington, le 17 février dernier, alors que votre pays est l’un des meilleurs alliés du Maroc. De même, vous ne comprenez plus comment il se fait que de jeunes marocains sont facilement enrôlés dans les cellules terroristes et se convertissaient en bombes humaines contre vos troupes en Irak, vous causant de lourdes pertes, sachant que votre diplomatie est la plus acharnée à défendre les intérêts du royaume du Maroc aux Nations Unies en ce qui concerne la question du Sahara occidental. » [ Lire la suite ici->http://www.amazighworld.org/human_rights/index_show.php?id=2808]

  7. Je suis désolé de vous dire que j’ai l’impression que la lâcheté, la masochisme et l’égoïsme primant chez beaucoup de kabyles ont réussi a mettre en échec le talent créatif et civilisationnel de notre peuple kabyle. Ceci est du au fait que le qarqurisme arabo-islamiste et l’ignorance sont beaucoup plus respectées en Kabylie que la lumière du savoir et de l’intelligence des Hommes libres.

    Le seul Dieu ou le seul prophète que les Kabyles doivent respecter doit être d’origine kabyle, un vrai Kabyle! Car seul un authentique Kabyle peut vouloir défendre les intérêts du peuple kabyle!

    Vivement la Kabylie libre et indépendante!

  8. c’est vrai qu’il y a des hommes et des statures. des tailles en quelque sorte. pétain a eu le pouvoir, il est allé au bout de ses convictions (au bout de ses lachetés ?). mais arretons de comparer l’incomparable : si lhocine, qui n’a jamais eu le pouvoir, n’en est pas moins l’antipode de de gaulle. de gaulle est grand vers le haut, notre marabout l’est vers le bas. donc c’est en termes de bassesse qu’il faut le mesurer. le plus grave c’est qu’il sait très bien ce qu’il fait. il fait et fera le plus de mal à ses ennemis les Kabyles ! il aura quand même sa place dans l’histoire des Kabyles. c’est le précurseur d ouyahia benyounes khalida…

  9. Mais que penser ou dire des leaders qui luttent soi-disant pour la libération du peuple kabyle, qui subitement sont pris de panique quand ils ont découvert que leur pseudo-rêve est le vrai rêve de tout le peuple kabyle?

    Pour saboter la libération réelle de la nation kabyle, ils multiplient des actes de lâcheté et de blocage insultants pour l’honneur et la dignité du peuple et de la nation kabyle.

    Les hauts responsables de la cause de libération de la nation kabyle doivent aller de l’avant pour répondre aux aspirations de liberté et d’indépendance du peuple amazigh kabyle, sinon qu’ils cessent de remettre en cause notre dignité et notre rêve naturel amazigh de vivre en Homme libres sur notre terre ancestrale amazighe! Le peuple kabyle veut réellement sa liberté et son indépendance.

    Le rêve de libération du peuple amazigh kabyle ne doit jamais servir de moyen de chantage ou de pression pour des groupuscules de traîtres afin de leur permettre de gagner plus d’avantages chez le régime colonial arabe d’Alger ou d’ailleurs.

    Vive la nation kabyle libre et indépendante!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  10. L’auteur de cet article semble peu maitriser l’histoire de France.

    Pétain a donc trahis en 40 ?? Pour l’historiographie officielle, écrite par les vainqueurs comme toujours, surement. Revenons un peu sur la situation réelle sur le moment: la France était battue, humiliée, la Wehrmart était dans Paris. Pétain aurait du donc, selon vous, envoyer juste « pour l’honneur » à une mort certaine les 4 millions de soldats français, et mettre en danger les millions de civils des territoires sous contrôle allemand ??

    Pétain a choisit l’armistice. Je ne sais pas si c’était le bon choix, mais il est incontestale que ça a sauvé la France d’une destruction massive. Curieusement, ça a sans doute bénéficié aprés coup à la résistance française.

    Pour ce qui est de De Gaulle, vous feriez mieux monsieur de relire l’histoire de l’Algérie: ce type, qui a volontairement poussé Ben Bella au pouvoir en déclarant par ailleurs « quit a ce qu’ils soient libre, autant qu’ils soient gouvernés par le plus bète », qui est venu au pouvoir en France par un mensonge d’état (faire croire qu’il soutenait l’Algérie française dans un premier temps), qui a abandonné les harkis qui se sont battu pour lui (comme les harkis d’aujourd’hui seront sans doute lachés par les arabes le jour ou la Kabylie sera libre)….ce monsieur franchement, ne me semble pas trés brave ni honorable !!

    Par ailleurs, d’un point de vue strictement Kabyle, il apparait à l’évidence que Pétain était plus kabylophile que De Gaulle: Les entretiens qu’il a eu avec Augustin-Belqasem Ibazizen vont dans le sens d’une berbèrophilie et d’une certaine méfiance à l’égard de l’élément arabe. Pour De Gaulle, c’était le contraire….

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici