La drague à l’électorat kabyle s’est poursuivie hier à Tizi-Ouzou

14
élections municipales

TIZI WEZZU (Tamurt) – hier matin, le micro a été pris par le secrétaire général du Mouvement de l’Entente nationale (MEN), M. Ali Boukhabza. A l’instar de ses concurrents qui ont occupé l’espace avant lui, M. Ali Boukhabza a commencé par jouer au laudateur de la Kabylie et de son peuple.

Le secrétaire général du MEN a effectivement affirmé que c’était la Kabylie qui avait donné des hommes et des femmes lesquels ont combattu la France coloniale. « Sur l’effectif d’un million d’éléments dont jouissait l’ALN, 5000 d’entre-eux étaient fournis par la Kabylie ». Ensuite, l’orateur qui a avoué être
originaire du village Ighil-Ali (Béjaia), dira que l’Algérie a été trahie par ses dirigeants. Cette dérive, selon le premier responsable du MEN, a été traduite par la marginalisation et l’exclusion du citoyen. « L’Algérie est blessée », s’est écrié M. Ali Boukhabza pour ensuite proposer la solution à la problématique du pays : aller voter en masse et, surtout, en faveur des candidats de son parti. Le n° 1 du MEN ne manquera pas non plus de considérer la journée du dix mai prochain comme le Premier Novembre 1954 bis.

En fin d’après-midi, l’espace de la grande salle de la maison de la culture sera occupé par les gens de l’Alliance Verte formée par le Mouvement pour la Société pour la Paix (MSP), El Islah et Ennahda. Il faut avouer que l’Alliance Verte était venue en force à Tizi-Wezzu et,en même temps, joué à fond la carte de la séduction. En dépit de l’heure avancée du rendez-vous, la grande salle de la maison de la Culture a fait largement le plein. Le service d’ordre était impeccable. Les agents vous accueillent avec grande courtoisie et vous aident à trouver un siège. Les femmes, très nombreuses, ont apporté un piquant bien féminin à cette rencontre politique. En effet, en sus des youyous stridents qu’elles poussaient, elles ont revendiqué leur kabylité à travers des slogans clamés par des chants en chœur. De son côté, l’élément masculin a clamé à plusieurs reprises son appartenance au monde kabyle. Avant même le coup de starter du meeting, la grande salle était déjà en « fête ». Il faut avouer que la rencontre a fait l’objet d’une sérieuse préparation. Quand, les représentants des partis formant ce trio de l’alliance, l’assistance se déchaîna : « Nous sommes des kabyles et nous demeurons des Kabyles ». A ces slogans, vinrent en appui des youyous. S’agissant du coup d’envoi de la rencontre, il fut traduit
par la lecture d’un verset coranique d’abord et de l’écoute de l’hymne national ensuite.

Dans un kabyle châtié, le présentateur, jeune et beau, commença par présenter les candidats et leur profil professionnel. Parmi la liste des candidats figurent naturellement des femmes. L’une d’elle, jouissant d’un titre universitaire de doctorat, fut invitée à prendre la parole. La jeune femme, portant le hidjab, a fait une allocution entièrement en kabyle. Pas une fois, elle n’a prononcé un mot d’arabe ou de français. Quand vint le tour de la tête de liste qui est de sexe masculin, le verbe a été aussi d’une grande puissance. Dans son discours fait entièrement dans un kabyle châtié, l’orateur a déclaré à l’assistance que si lui et ses camarades venaient à être élus, ils exigeraient que « tamazight soit langue officielle ». L’homme a également annoncé que s’ils venaient à être députés, ils ouvriraient une permanence à Tizi-Wezzu pour recevoir les doléances des citoyens. Dans son discours aussi, la tête de liste de l’Alliance Verte de Tizi-Wezzu a accusé les anciens députés de ne s’être occupés que de leur propre personne. Il leur a également reproché de n’avoir pas pensé à ouvrir une permanence pour écouter les doléances citoyennes. (Une telle accusation est sans fondement concernant le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD). En effet, les députés du RCD de Tizi-Wezzu ont ouvert une permanence au niveau du siège de leur bureau régional, sis à la Nouvelle-Ville. Il semble aussi que le Bureau du Rassemblement National Démocratique (RND) de Tizi-Wezzu n’a jamais fermé sa porte aux citoyens en difficulté).

Après la fin de l’intervention de la tête de liste, un groupe de fillettes a pris à son tour l’éminence de la grande salle pour chanter une chorale en arabe. Ce même groupe reviendra plus tard pour chanter cette fois-là en kabyle. Les fillettes ont interprété plus exactement une chanson de feu Chérif Kheddam intitulée « Inchallah Atsahloudh ».

En ce qui le concerne, M. Aboudjerra Soltani, premier responsable du MSP, après avoir souligné tous les points dont souffre l’Algérie clamera que l’Alliance Verte est porteuse de solution. L’homme fort du MSP et sans doute le personnage le plus influent de cette Alliance Verte s’attaquera de biais à la grande famille militante et patriotique du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK). M. Aboudjerra Soltani, par des périphrases, ira même jusqu’à accuser le représentant légitime du peuple kabyle de tenter de diviser l’Algérie. En effet, le n°1 du MSP dira que « nous n’accepterons pas la division du pays et nous veillerons à l’unité nationale ». L’ex-allié de M. Ahmed Ouyahia dira également que « si nous avons choisi la couleur verte pour l’Algérie, c’est parce que certains la veulent noire et d’autres rouges etc ».

En ce qui le concerne, M. Hamlaoui Akouche a eu pour rôle de jeter des dithyrambes pour les Kabyles. Il affirmera que 90% des Algériens sont des Amazighs. Le premier représentant d’el Islah dira également qu’il n’y a que dans le monde amazigh où il n’y a de religion que l’islam ; contrairement aux mondes arabe, perse et kurde où l’islam cohabite avec d’autres religions. S’agissant des problèmes économiques et sociaux dans lesquels se débat la Kabylie depuis longtemps, M. Akouche dira tout simplement que la misère est partout en Algérie. Il citera longuement la misère noire dans laquelle se débat la wilaya d’Illizi. Et naturellement, l’allié de M. Aboudjerra Soltani ne manquera pas de rassurer l’assistance que l’Alliance Verte résoudra tous les problèmes des Algériens, donc des Kabyles aussi.

S’agissant du troisième allié, en l’occurrence M. Mohamed Douibi, représentant d’Ennahda, l’homme qui, d’ailleurs a précédé M. Aboudjerra Soltani dans la prise de parole, il annoncera dès le début de son intervention que les habitants d’Illizi lui ont signifié pas loin que la veille que « l’Alliance Verte est synonyme de l’unité du peuple algérien ». « Oui, explique-t-il, à Illizi c’est l’amazighité et à Tizi-Wezzu c’est l’amazighité ». Pour le représentant d’Ennahda, ceci constitue le point positif. Quant au point négatif, c’est la pauvreté et l’indigence des citoyens algériens. Pour M. Mohamed Douibi, l’Alliance verte constitue l’espoir des Algériens. « Oui, note l’orateur, l’Alliance Verte s’attaquera à la racine du mal qui ronge les Algériens ». Notons enfin qu’avant la fin du meeting, les cinq premiers candidats de la liste ont signé, à l’issue de ce meeting, une charte dont les termes portent sur le respect de leur engagement vis-à-vis de la population, dont l’ouverture d’une permanence d’écoute de la voix citoyenne.

La fin du meeting a été marquée, il faut bien le souligner, par l’intervention du jeune présentateur dont voici les termes prononcées en arabe d’abord et en kabyle ensuite : « Nous sommes amoureux de l’islam et nous aimons la langue arabe mais nous rêvons et pleurons en kabyle ».

Saïd Tissegouine pour Tamurt

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici