Nous ne voulons pas de leur unité nationale qui nous enchaine à une entité qui nous renie et qui nous oblige à renoncer à notre existence en tant que peuple

36

KABYLIE (Tamurt) – Tous les militants et sympathisants du MAK font l’objet de tracasseries aux frontières algériennes. Nous avons vu des militaires algériens refouler les blessés Twareg du MNLA à la frontière, tout en accueillant ceux des islamistes d’Ansar Dine et du MUJAO. Nous avons vu le gouvernement algérien recevoir des criminels islamistes de ces deux organisations qu’il arme et finance dans l’azawad pour confisquer l’indépendance des Touaregs arrachée au prix d’énormes sacrifices par le MNLA.

Nous savons qu’ils ont étranglé Abane Remdane et Krim Belkacem, Nous les avons vu assassiner Matoub Lwenas, exécuter Guermah Massinissa, nous les avons vu tirer à balles réelles sur nos jeunes, mettant à feu et à sang la Kabylie de 2001 à 2003.

Les assassins d’Alger nous ont déclaré la guerre, ils ont décidé de nous décimer. Ils ont lancé leur machine à broyer nos repères, à broyer nos valeurs, notre identité, notre culture, leur machine à piéger nos certitudes et à programmer notre disparition. Ils ont avili nos symboles culturels jusqu’à faire d’Ait Menguellet un paria chez ceux qui l’adulaient.

Nous ne voulons pas de leur arsenal à broyer notre rêve de liberté. Nous ne voulons pas de leur école qui nous arabise et nous islamise, nous ne voulons pas de leurs terroristes, nous ne voulons pas de leurs militaires qui tirent sur nos citoyens et qui brûlent nos ressources pour nous affamer.

Nous ne voulons pas de leur drapeau, de leur langue, de leur façon de considérer les religions, nous ne voulons pas de leurs tentacules mafieuses qui compromettent et détourne du juste, les fils de Kabylie. Nous ne voulons pas de leurs fléaux qui exploitent le désarroi de nos concitoyens, nous ne voulons pas des prêches de leur terroristes repentis qu’ils nous envoient pour pervertir notre jeunesse, nous ne voulons pas de leur justice corrompue, nous ne voulons pas de leurs gendarmes qui assassinent nos enfants.

Nous ne voulons pas de leur unité nationale qui nous enchaine à une entité qui nous renie et qui nous oblige à renoncer à notre existence en tant que peuple.

Nous, nous sommes engagés à construire une Kabylie libre, une Kabylie laïque, démocratique, une Kabylie avec son propre Etat, son gouvernement, son parlement, son congrès, ses propres services de sécurités, ses écoles, ses institutions judiciaires, financière et économiques, avec son administration et son état civil.

Nous avons fait le serment de bâtir une Kabylie kabyle et universelle, une Kabylie juste et solidaire, une Kabylie moderne et fière de ses racines amazighes, une Kabylie de droit et de respect, une Kabylie qui garantira à ses enfants le droit à la tolérance, le droit à la différence, Le droit au savoir, à la sécurité et au bonheur.

Grâce à ses dignes enfants, engagés dans son noble combat, la Kabylie vaincra.

Les Jeunes Kabyles Révolutionnaires

36 COMMENTAIRES

  1. azul,
    a rbah a tafat… mazal lxir er zdat… i d ejid a taqvaylit ur tsagwad…. en prime a bord,je salue ces freres qui ont osé a dire ce que beaucoups d´entre nous n´ont pas osé,alors le rêve commence a se realiser eh bien tant mieux (moi je vous soutiens corps et ame) j´ai tjrs dis a mes amis il faut crée OS comme en 1948 pour contrer ce pouvoir mafieu ,win i kyawten ma yela ur terid ara tiyita ,a tsyaY tanumi; ihi win iY id yewten a s ner tiyita….pour les non-jeneurs eh bien c´est tres simple le 27eme jour du Ramdhan tous devant le comissariat avec des casse-crôutes et/ou bouteille de vin ,d´eau,biere s tezmeert nnaY

  2. J.R.K (JEUNES RÉVOLUTIONNAIRES KABYLES)

    Pour croire à l’existence de cette organisation nous attendons qu’elle signe

    un acte concret. À partir de là elle sera crédible et intéressera certainement un grand nombre de

    jeunes.Sinon ça restera un beau sigle.

    Chaque acte petit ou grand qu’elle pose doit être médiatisé par les médias du GPK.

  3. primo des traitres comme vous n’ ont le droit de vivre entre nous
    secondo qui etes vous pour parler de nos heros un group manipule par BHL un chien un pd donc vous etes comme
    tertio unkabyl libre sans tes mots quand il veut dire sont mot le dira au temp opportin
    vive l’algerie indivisible

  4. Arrivé au point où nous sommes c’est à dire la recherche par l’état fasciste d’Alger de nous exterminer,nous devons considérer que la présence arabe en Afrique du Nord n’est rien d’autre qu’une colonisation et qu’il est de notre devoir d’engager le processus de décolonisation par quelque moyen que ce soit. Les brebis galeuses se remettront très vite dans le droit chemin c’est la nature qui le voudra sinon elles seront considérés comme les Shebah de Syrie ou les Baltaguia d’Egypte .Nous finirons bien par leur trouver un nom Kabyle. Notre langue est riche.

  5. Organisation fantôme, organisation fantoche … croque-mitaine, grand méchant loup … tout ça c’est du sensationnel. C’est un groupe de jeunes qui rêvent ou qui veulent s’amuser un peu sur le net. La Kabylie est la mère et le père de l’Algérie, et que ceux qui veulent aller en France demandent seulement et directement un visa. Ce n’est pas la peine de lâcher de telles stupidités d’adolescents.

  6. « Tout compte fait le peuple amazigh est unique au monde : il n’a pas d’amis, au contraire tout le monde est contre lui y compris l’ONU, les ONG, les Droits de l’Homme… Par contre ses ennemis sont soutenus par le monde entier, quels que soient leurs crimes envers lui. De deux choses l’une messieurs imazighen : ou bien nous devons quitter cette planète (qui ne cherche que notre anéantissement) pour une autre où il n y aurait pas d’hommes, ou alors rester sur cette planète et défendre nos intérêts sans tenir compte d’aucune loi humaine ou inhumaine, d’aucun avis ou opinion (surtout internationale). Cela suppose que imazighen renoncent à toute religion et construisent eux memes leurs propres lois morales. Tant que nous ne sommes pas indépendants sur ce point-là nous continuerons à disparaître lentement mais sûrement. » — Par din qessam

  7. Azul

    Ils sont malins, les pervers ! Ils sont allés jusqu’à réutiliser des mots qui avaient un certain sens à l’époque coloniale (combattre ensemble l’arbitraire colonial) bien après la guerre, et même 50 ans après. Ainsi, un certain bon sens qui faisait que si tous les peuples de la colonie algérienne coordonnent leurs efforts, ils accéléreraient la décolonisation des uns et des autres; cette coordination est réutilisée après que l’objectif fût atteint, au moment où ces mêmes peuples devaient décider eux mêmes de leurs avenir, pour un objectif contraire : mater les aspirations de liberté de ces mêmes peuples.

    Mais n’avons-nous pas une bonne part de responsabilité dans ce qui nous arrive depuis 1962 ? Ne fallait-il pas, avant de nous lancer en 1954, (il faut le dire), aux cotés de ceux qui (ou de leurs adeptes locaux) depuis 13 siècles nous voyaient, au mieux, comme un horizon à conquérir, ne fallait-il pas nous résoudre au simple bon sens de ne nous battre qu’avec nos propres moyens, pour les objectifs qui nous sont accessibles, vus nos moyens ?

    Il est clair que sur ce coup là, nous avons été, pour une fois, bien au delà de l’expérience historique et civilisationnelle de notre peuple. En effet, nous n’avons jamais tenté de conquérir les territoires des autres. Bien au contraire, nombre de nos ancêtres ont atterré en Kabylie après avoir été chassés par les persécutions religieuses. Ce penchant pervers qu’ont pris certains de nos ainés les mené à dépouiller les sahariens de leurs pays, à considérer comme « nôtre » les territoires conquis par les français au XIX e siècle, ce penchant pervers nous le payons aujourd’hui par les nuées de KDS qui considèrent comme un droit divin de jouir du pétrole du Sahara, le jardin potager de l’entité algérienne. Ce péché, nous le payons, par l’érosion morale sous forme de cette propension qu’ont certains de nos jeunes à considérer qu’ils ont droit à plus que ce que la Kabylie peut leur offrir, et donc, à se poser la question : « dacu ara netch ? ». Oui, sur ce coup de 1954, nous avons étendu notre égo au delà de cette Kabylie deux fois millénaires, au delà de ce qu’on peut entendre par le mot Tamurth, au delà de ce qu’a été heurté en nous en 1833, en 1857 et surtout depuis 1870.

    Et ce péché tout récent, ce patriotisme impérialiste, nos générations payerons très cher pour l’expier. Ces choses là, il nous faut les dire aux les générations montantes pour qu’elles comprennent l’anormalité viscérale de la Kabylie dans l’Algérie, de l’absence de fondements historiques à cette situation, à cette entité, pour qu’ils comprennent comment cela est arrivé.

  8. La déchéance de la nationalité anegérienne ne me fait pas du tout peur ! Je suis prêt tout de suite à leur balancer leur torchon miteux à la figure, d’ailleurs je n’en possède pas, il me tarde de faire ma carte d’identité Kabyle !

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici