Alors que le barrage de Taksebt (Tizi Ouzou) profite à Alger et Boumerdes – Des communes sans eau depuis 40 jours à Tizi Ouzou : la soif torride des habitants

8
Barrage Taksebt
Barrage Taksebt

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Dans certaineslocalités, comme Tigzirt, Larbaâ Nath Irathen, M’Kira, Tizi Ghennif, etc, l’eaun’a pas coulé des robinets depuis plus d’un mois. La canicule qui s’abat sur lecentre du pays, notamment la wilaya de Tizi-Ouzou où le thermomètre a dépassél’entendement, ne fait qu’aggraver lasituation. La température dépasse par endroits les 45 ° à l’ombre. Pour s’approvisionner en eaupotable, les habitants des villes sont contraints de se déplacer jusqu’àlocalités lointaines en quête des sources naturelles.

Des sources de captage quidatent de l’ère coloniale, comme ce fut le cas d’ailleurs dans la communed’Illoula Oumalou et de Tigzirt. Mais la question qui taraude l’esprit et qui revient sur toutes les lèvres est de savoir pourquoi l’eau manque autant à TiziOuzou cet été. Pourtant les barrages d’eau ont connu un record inédit de tauxde réserve et de remplissage suite à unhiver des plus généreux marqué par de fortes chutes de neiges et de pluies. Lacrise d’eau de cette année n’a pas été vécue depuis plus de 20 ans à TiziOuzou. Elle est inédite.

Lecomble, dénoncent les citoyens, des wilayas du centre du pays sont alimentées24 h24 via le barrage d’eau de Taksebt. Une situation que les habitants de l’ex-Fort National n’ont pasmanqué de dénoncer avec colère. Ils crient au régionalisme. « Ce n’est pasnormal que toute une wilaya soit privéed’eau en cette période de canicule ! On se demande pourquoi d’autreswilayas du pays sont alimentées quotidiennement alors que des villageslimitrophes du barrage d’eau de Taksebt, dans la commune d’Irdjen, n’ont pas euune goutte d’eau depuis un mois.

C’est un mépris de la part de nos responsables envers la Kabylie », tient àdénoncer un habitant du village Souk Adni de Larbaâ Nath Irathen. Les communes de la région sud dela wilaya de Tizi-Ouzou sont également les plus touchées par les coupures quiperdurent depuis plus de 40 jours. Auniveau au niveau des deux villes côtières et touristiques du nord de la wilaya,à savoir Tigzirt et Azeffoun, c’est la saison estivale qui est toutsimplement gâchée. Les touristes ont quitté ces deux stations balnéaires plutôtque prévu à cause de la pénurie d’eau qui persiste, nous indique le propriétaire d’unhôtel à Tigzirt. Le malheur des un fait le bonheur des autres, comme on dit.

Les propriétaires des tracteursprofitent de cette période pour faire des affaires. Ils cèdent dans la communede Maâtkas, par exemple, des citernes d’eau de 1500 litres à plus de1200 dinars. « Je m’étonne lorsque je lis dans la presse que l’eau n’apas coulé des robinets depuis telle ou telle période. A Iflissen, des villagesentiers n’ont pas eu d’eau dans leurs robinets depuis l’indépendance. Notreréseau AEP, installé en 1986, n’a jamais déversé une goutte d’eau.

D’ailleursnous l’avons classé patrimoine archéologique à préserver », ironise unvillageois de Sidi Khaled, dans lacommune d’Iflissen. Une phrase lourde de sens qui résume à elle seule ladétresse des habitants de la wilaya de Tizi-Ouzou qui font face à une gravecrise d’eau potable.

Nadia Iflis

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici