FFS : Démission collective à la fédération de Bouira – Le parti d’Aït Ahmed au centre d’une nouvelle tempête

6

KABYLIE (Tamurt) – Cette fois donc, c’est toute une section qui jette l’éponge. Il s’agit de celle d’Ath Laziz dans la wilaya de Bouira. 159 militants on annoncé aujourd’hui, leur démission des instances et structures du parti. Ces militants accusent nommément, dans une déclaration rendue publique à cet effet, la fédération de la wilaya de Bouira d’avoir imposé «un bureau parallèle». Pas seulement. Ils dénoncent l’attitude se secrétariat national accusé d’avoir de s’être confiné dans son silence bien qu’il ai été saisi à cet effet. ».

Ce silence a été assimilé à un quitus aux agissements de la fédération de Bouira. Les rédacteurs de la dite déclaration ne s’arrêtent pas à ces deux accusations. La liste et bien longue et les griefs sont aussi multiples. On pourra lire un peu plus loin des griefs graves retenus contre la fédération. «La commission administrative de la fédération a refusé le bureau de la section approuvé par 96% des présents au cours d’une assemblée générale et a procédé à l’installation d’un autre bureau dont certains membres ont des antécédents judiciaires alors que d’autres ont soit démissionné des rangs du parti en 2002 soit n’ayant pas cotisé depuis 2007», est-il écrit noir sur blanc. Ils informent aussi que cette situation a été dénoncée dans un premier temps dans une pétition signée par 87 militants, laquelle pétition été adressée au secrétariat national du parti.

Les démissionnaires qui viennent ainsi grossir les rangs du contingent des mécontents ajoutent qu’une « assemblée générale s’est tenue à Ath Laaziz en présence d’un huissier de justice pour la réélection du bureau de la commission administrative. Et un membre du secrétariat national devait être présent pour superviser l’opération comme promis, mais aucun membre du secrétariat ne s’est déplacé». Cette AG s’est achevée par un PV dressé par un huissier de justice qui a confirmé la légalité du bureau de la section élu par l’assemblée générale.

Ainsi et face au mutisme de la direction, ces militants n’ont guère de recours que de démissionner. Cette nouvelle série de démissions, ajoutée au gel des activités de s sections du sud de la wilaya de Tizi-Ouzou, et au vent de mécontentement qui a suivi la décision de participation du FFS aux législatives du 10 mai dernier, du tollé général soulevé par le choix des candidatures, etc risque de laisser de lourdes conséquences pour le parti d’Aït Ahmed qui s’apprête à se la lancer dans la bataille des élections locales prévues pour le 29 novembre prochain. Faudrait-il noter aussi que ceci intervient au même moment où la direction du FFS crie sur tous les toits, tout en minimisant le poids de la contestation, qu’elle avance dans l’opération de restructuration de ses fédérations et sections.

Lounes O

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici