Élections locales du 29 novembre 2012 : Encore une mascarade électorale

3
Elections
Elections

CONTRIBUTION (Tamurt) – Par contre, en Algérie, les élections contribuent malheureusement au renforcement : de la dictature du système jacobin, de la corruption, de la misère sociale, du recul des libertés et droits de l’homme, de l’opportunisme, de la pollution et de la démoralisation de l’activité politique et partisane.

Comme les dernières législatives, ces élections locales du 29 novembre 2012 ne feront que plonger le pays dans l’effondrement et le chaos. En revanche, elles seront présentées comme une preuve de démocratie par les dirigeants maffieux qui nous gouvernent depuis Alger, preuve qu’ils présenteront à la communauté internationale afin de maintenir son appui en contrepartie de concessions économiques.

A l’intérieur, ce travestissement électoral renforcerait malheureusement le pouvoir central du système jacobin hérité de l’ordre colonial. Le citoyen doit demander au futur nommé quel sera son rôle dans l’exécutif communal ou wilayal une fois élu en sachant que le nouveau code communal régissant ses institutions renforce le pouvoir de l’administration au détriment de celui des élus locaux. Ces derniers ne serviront que d’alibi de représentation populaire dans les futures institutions locales.

La répression arbitraire et illégale des libertés individuelles et collectives, l’interdiction anticonstitutionnelle des marches et des manifestations publiques et pacifiques, le harcèlement policier et l’intimidation des militants des causes justes en particulier ceux du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), plusieurs fois arrêtés durant l’exercice de leur devoir de militants, ne font que renforcer la détermination des citoyens et citoyennes kabyles dans l’idée du rejet massif de ces nouvelles manœuvres électorales, sachant que la seule et unique échéance qui les intéressent n’est autre que celle de son autonomie régionale.

Le recours des citoyens à investir pacifiquement la rue comme seul moyen d’exprimer leurs souffrances quotidiennes face à la pauvreté, le manque de soins et de logements, les coupures d’eau et d’électricité, le chômage, l’insécurité, l’inflation ainsi que les feux de forêts volontaires qu’a connus notre région, démontre la généralisation de la rupture de confiance entre la société et toutes les institutions faussement élues, que cela soit locales ou nationales. Cela laisse présager que le scrutin du 29 novembre 2012 comme c’était le cas pour les dernières législatives sera sanctionner par une forte abstention populaire particulièrement en Kabylie dont l’unique et seule force d’opposition, le MAK, a appelé au boycott massif.

Les élections honteuses du 29 novembre ne seront ni l’occasion pour la proximité avec le citoyen, ni l’occasion pour l’exercice de la gestion solidaire, ni pour l’exercice de la démocratie locale. Par conséquent toute participation au scrutin qui se heurte à toutes les valeurs politiques et morales deviendrait directement ou indirectement et inévitablement une caution à un système jacobin corrompu et disqualifié, qui déstabilise ensanglante et endeuille le pays depuis plus d’un demi siècle et particulièrement la nation KABYLE.
Le rejet de cette nouvelle mascarade électorale est plus qu’un devoir politique patriotique mais représente aussi une mesure salutaire pour toutes les citoyennes et tous les citoyens kabyles qui aspirent à vivre dans l’autonomie, la fraternité, la dignité et la solidarité. Un débat public sur les dispositions contenues dans la charte du MAK et du GPK peut constituer un point de départ pour aller vers une phase de transition pacifique, afin d’instaurer un état autonome pour la Kabylie qui servira d’exemple pour le reste des algériens, afin de réclamer leur autonomie régionale qui leur revient de droit, sachant que la différence est une richesse mais pas un défaut.
Seul un referendum sur l’autodétermination du peuple kabyle pourra rendre aux Kabyles le droit de s’autogérer et choisir eux-mêmes leurs futurs élus.

Par MOURAD IMACHE militant du MAK At Dwala
BOUSSAD BECHA membre du conseil national

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici