Les actions de rue sont quasi-quotidiennes – La protestation s’amplifie à Bougie

1

Les habitants du quartier d’Adassen ont assiégé la mairie de Boudjellil dans la journée de ce lundi pour exiger des autorités la prise en charge de leurs doléances relatives à de meilleures conditions de vie dans leur quartier dépourvu d’éclairage public et autres commodités.

Ceux du village Tayma ont fermé le chemin de wilaya reliant la commune de Toudja à celle de Oued Ghir pour revendiquer les mêmes doléances. Après avoir fermé la route nationale, menant de Bougie à Tizi-Ouzou, dans la journée du dimanche, les citoyens mécontents d’Ath K’sila sont revenus à la charge le lendemain, lundi, en se déplaçant au chef-lieu de wilaya pour y bloquer le boulevard de la liberté, à proximité du siège de la wilaya.

Sur place, ils ont demandé audience au wali qui acceptera de recevoir une délégation aux environs de 16 heures. Ces derniers demandent tout simplement l’ouverture de l’annexe de lycée de leur localité que les services de la direction de l’éducation avaient promis de rendre opérationnelle dès cette rentrée scolaire.

La CNEP immobilière provoque la colère des citoyens de la commune Melbou : Les logements de la discorde

Après que l’APC eut reçu la liste des bénéficiaires de logements CNEP sans qu’aucun habitant de la commune n’en soit bénéficiaire, les citoyens de cette localité ont procédé à la fermeture de l’APC. Suite à cette action coup de force, le chef de cabinet de la wilaya a rassuré les contestataires que des suites allaient être données pour éclaircir l’opération d’attribution.

Ne voyant rien venir comme éclaircissements, les contestataires ont radicalisé leur action en fermant le siège de la daira, suite à quoi le premier responsable de cette institution a montré des documents qui justifient sa sollicitation par des directions concernées par l’attribution de ces logements. Quelque jours plus tard, le wali intervient devant l’assemblé en réitérant que ces logements CNEP sont définitivement attribués par les responsables du CNEP immo et la liste des bénéficiaires n’est pas à revoir et que les bénéficiaires répondent à tous les critères et peu importe qu’ils soient de Melbou ou d’ailleurs.

Ceci est conçu par les citoyens de cette localité un acte de hogra et de mépris. C’est pourquoi ils e disent déterminés à intensifier leurs actions de contestation en commençant par la fermeture de la route depuis ce dimanche et demandent à ce que l’Etat récupère ces logement construits sur les terres des natifs de la commune et els redistribuer dans le cadre socio-locatif en faveur des habitants de cette localité.

Massidia et R.T.

1 COMMENTAIRE

  1. Azul

    Il y a deux façons opposées de prendre ce type de nouvelles
    – La première, positive, consiste à dire que les citoyens kabyles ne sont pas résignés et que la vie, l’aspiration à mieux est toujours vivace chez nôtre peuple.
    – La seconde, moins reluisante, est une réalité plus profonde qui apparaît en filigrane : les kabyles ne protestent contre le fait qu’on les empêche de se prendre en charge, mais contre une part du butin pris au Sahara.

    Ou sont ces villes et villages qui, avec leurs seules ressources, répondent à tous leurs besoins ? Ou sont ces Kabyles qui vivent dans l’autosuffisance, ceux là même qui fabriquaient les armes avec lesquelles ils ont tenu tête trois siècles durant, au turc puis aux français, durant 31 ans ?

    Retrouver notre souveraineté et notre dignité est le seul combat viable et dignes d’être mené aujourd’hui. Toutes ces courses à la mangeoire à voleurs, au partage des butins {{ {n lehram} }} n’inspirent de satisfaisant.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici