Ils ont procédé à la fermeture du siège de l’APC : Les habitants de Tadmaït s’opposent la la construction d’une école de gendarmerie

12

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Nous rappellerons que ce projet a été lancé alors que deux autres, dont une salle omnisports et une gare routière au profit de cette localité soient remis aux calendes grecques.

Après avoir organisé un sit-in et fermé l’APC une heure durant, les centaines de protestataires se sont dirigés vers le chantier de construction. Là, la tension est montée de plusieurs crans. Les manifestants scandent des slogans hostiles aux gendarmes. Ils exigent le blocage et l’arrêt du projet en question. Il y avait de l‘électricité dans l’air bien que dans son essence cette manifestation était pacifique.
Les habitants de Tadmaït ne veulent pas de cette structure au détriment des infrastructures de base.

Ils ne veulent plus des hommes en tenues vertes et au képi. « Ils sont la source de l’insécurité », fulmine un jeune de Tadmaït. Notons que Tadmaït abrite une brigade qui a ouvert ses portes depuis les années 1960.

Pour rappel, la semaine dernière, deux jours durant, les habitants de la commune de Mizrana, au nord de Tizi-Ouzou, ont rasé carrément la brigade de la gendarmerie, récemment construite. Elle devait être inaugurée et mise en service le 1er novembre prochain. L’opposition des citoyens était farouche et ils ne comptent pas revenir sur leur décision. À Iflissen, une autre brigade de gendarmerie, a été « sauvée » par la police anti-émeute. En haute Kabylie, à Illiltène, les citoyens ont refusé même d’ériger une autre nouvelle brigade de gendarmerie dans leur région. Les travaux ont été empêchés et les fondations ont été également détruites récemment par les villageois.

Izem Irath

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici