Faire semblant, esbroufe, trompe-l’œil : Le RCD charge le gouvernement

16

ALGÉRIE (Tamurt) – Le même document traite ce plan de « pâle copie du plan d’action du gouvernement sortant, ce document s’inspire des mêmes données pour produire les mêmes effets ». Le RCD ne semble pas nourrir d’illusions au sujet de ce gouvernement. « Attendu sur des initiatives à même de diversifier l’économie pour sortir de la dépendance aux hydrocarbures, le gouvernement replonge dans sa logique rentière par le recours inconsidéré à la dépense et l’exploitation effrénée et irréfléchie des ressources naturelles ». Pour étayer ses dires, le parti de Mohcine Belabbes rappelle que « le feu vert qui vient d’être donné, à travers l’amendement de la loi sur les hydrocarbures, pour l’exploitation des gaz non conventionnels est une décision irresponsable aux conséquences désastreuses. L’exploitation du gaz de schiste engendre deux dommages irréversibles pour l’agriculture : l’épuisement des ressources en eau exploitées et la contamination des réserves souterraines ». Le constat est accablant la charge est assez forte contre ce gouvernement sclérosé comme ceux qui l’ont précédé.

« Focalisé sur la seule rente générée par les hydrocarbures, le gouvernement se préserve de l’effort d’élaboration et de conduite de stratégie de développement claire ». En effet, en rupture de solution et d’imagination, le gouvernement Sellal n’a rien apporté pour notamment pour s’assurer son indépendance alimentaire. Bien au contraire. La politique adoptée est des plus suicidaires. Le RCD estime à ce propos que « la poursuite dans le déclassement des terres agricoles au profit du bâti maintiendra, voire aggravera, la dépendance alimentaire de l’étranger. Pour un pays qui importe l’essentiel de ses produits alimentaires, la facture à payer, déjà handicapante, sera encore plus lourde ».

Trompe-l’œil, annonce soporifiques, esbroufe sont autant de subterfuges qu’utilise le gouvernement attaqué de toutes parts pour se sortir d’affaire. Dans le même document, le RCD n’y va pas par trente-six chemins pour qualifier cette situation : « Dénominateur commun aux gouvernements qui se sont succédés, l’exécutif actuel se distingue également par l’illusion et le faire-semblant ». Il fera remarquer comme exemple le plus probant que « la campagne de résorption des commerces informels, menée tambour battant, porte en elle-même les ingrédients de son échec. Excessivement tapageuse, elle participe plus d’une action d’éclat que d’une entreprise pérenne à même de renouer avec le civisme. La même objection vaut pour la communication qui précède, une fois de plus, une hypothétique opération de nettoiement des villes ».

Tous les secteurs sont passés au peigne fin par le dit communiqué. Et il est aisé de conclure que les indicateurs sont au rouge. Sur un autre plan, le parti de Mohcine Bellabes rappelle que « le défi est de libérer la Nation d’un système basé sur l’arbitraire, la corruption et l’injustice » et que « pour rapprocher l’avènement de la perspective démocratique attendue par notre peuple afin de garantir l’avenir, il convient de rompre avec les auteurs et les causes de l’impasse nationale. Le débat et rapprochement s’imposent aux forces politiques et sociales acquises à cette perspective ». Fin de citation.

Lounes O.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici