Promesse d’une grandiose fête à Iferhounène jeudi prochain – Inauguration de la stèle aux 1 600 Martyrs

10

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Selon, M. le premier magistrat de cette commune, M. Hamid Aït-Saïd, que nous avons contacté par téléphone, la stèle en question relève de l’inédit sur la forme physique et le plan architecturale. Implanté sur un terrain d’une superficie de 300 m2 environ, sont venus se greffer aux côtés de l’érection de la stèle un ensemble de bâtiments et de constructions lesquels sont destinés à abriter des bureaux pour les Moudjahidine et les enfants de Chouhada, un musée, une salle de réunions, une d’études et de conférences pour les universitaires et chercheurs en histoire, une salle d’exposition et des espaces de commodités indispensables au personnel devant assurer le service permanent de l’édifice.

Le coût global de l’ouvrage, affirme notre interlocuteur, avoisine 5 milliards de centimes. « Un montant de 17.000.000, 00 DA sont prélevés des PCD (projets communaux de développement) dont a bénéficié notre commune et 300.000.000, 00 DA nous ont été octroyés par la wilaya, plus exactement par le biais de la direction de l’urbanisme et de la construction (DUC) », précise encore M. Hamid Aït-Saïd. Concernant l’aspect culturel et le message historique de la guerre de libération nationale contenus par la stèle en question, ils sont fournis par les portraits des héros de la guerre d’indépendance dont les noms suivent : Abane Ramdane, Krim Belkacem, Amar Ath-Chikh, colonel Mohand Oulhadj, colonel Amirouche,colonel Si l’Houas, colonel Mustapha Ben Boulaïd, Larbi Ben M’hidi, Didouche Mourad, colonel Ali Mellah, colonel Si Salah Zammoum et Zirout Youcef. Les portraits de ces héros nationaux sont incrustés dans du marbre et les architectes ayant travaillé là-dessus ont veillé à ce que l’œuvre résiste aux temps. Le président d’APC d’Iferhounène n’a pas hésité à dire que le monument en question est conçu à demeurer intact durant des milliers d’années. S’agissant du lieu d’implantation de la stèle aux 1 600 Martyrs, il est baptisé désormais « Le Carrefour des Lions ». Autrefois, ce lieudit était connu sous l’appellation de « Col des Lions ».

Il ne fait aucun doute sur la touche inédite apportée à cet ouvrage qui rend grâce à la sanglante guerre que livra le FLN à l’une des plus grandes puissances de ce monde pour libérer de ses griffes ce pays appelé « Algérie ». C’est pourquoi nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Saïd Tissegouine

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici