Ils dénoncent la précarité : Ath Wizgan, les habitants d’Ath Mizar décident de bouder les urnes

6
Kabylie
Kabylie

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Le marasme social qui prévaut en Kabylie ne fait qu’accentuer la colère et l’indignation des citoyens. Laissés-pour-compte, la plupart des Kabyles ont décidé, une fois de plus, de tourner leur dos aux prochaines élections locales, prévue pour le 29 de ce mois. Ainsi, les habitants d’Ath Mizara, dans la localité montagneuse d’Ath Wizgan, 65 km vers le sud-est de Tizi-Ouzou, ont rendu public, hier, un communiqué pour signifier qu’aucune personne de ce grand village de la haute Kabylie ne votera.

Une décision prise à l’unanimité par l’ensemble des membres du comité du village et les villageois, lors d’une assemblée générale, tenue la semaine dernière. Les habitants d’Ath Mizar sont excédés par la marginalisation dont ils sont victimes de la part « des élus sortants et de l’administration locale », dénoncent-ils. Le non raccordement de leur village au réseau du gaz naturel est la goutte de trop qui a fait déborder le vase. Les villageois ne sont pas près d’oublier l’enfer qu’ils ont vécu durant l’hiver dernier à cause de la tempête de neige.

Ils se demandent pourquoi leur bourgade n’est pas alimentée en gaz naturel, alors qu’ils sont dans le besoin. « Les candidats n’ont pas honte de se présenter et demander de voter pour eux, alors que nous sommes laissés-pour-compte des années durant. Nous n’allons pas voter et la décision a été prise par l’ensemble des villageois. C’est un principe pour Ath Mizar. J’espère que d’autres villages vont nous emboîter le pas », nous dira un villageois.

Ce qui a provoqué le plus l’ire des villageois, ce sont les promesses qui ne sont jamais tenues par le chef de daïra d’Ath Wizgan. Ainsi, la décision de boycotter en masse les élections, est une façon pour la population de rejeter la politique du pouvoir central d’Alger.
Les villageois menacent même de saccager les bureaux de vote le 29 prochain, si leurs doléances ne sont pas prises en charge immédiatement.

Izem Irath

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici