La campagne leur fait tourner la tête : A Bougie et Tizi, Ouyahia a discouru en kabyle

15
Membres RND Bgayet
Membres RND Bgayet

KABYLIE (Tamurt) – Pour séduire les kabyles de Bougie, Ahmed Ouyahia a animé, dans l’après midi du jeudi à la maison de la culture Taos Amrouche du chef-lieu, un meeting durant lequel il avait discouru totalement en kabyle. La campagne électorale oblige souvent les opportunistes à se rappeler qu’ils sont kabyles et d’ailleurs ils sont capables de faire n’importe quoi pour convaincre les électeurs à voter pour leurs listes. Le plus surprenant dans cette rencontre censée l’être avec la population, c’est qu’elle l’a été avec une frange de la population triée sur le volet à laquelle il a été remis des invitations au lieu d’un affichage au grand public. Ouyahia, a-t-il peur des éventuelles interventions envenimées des citoyens de Bougie au point d’instruire ses sbires à choisir préalablement l’assistance ?

«Tout en épargnant les terroristes, il exige le dégel de la peine de mort»

Après Bougie, le plus célèbres des Kabyles de service, a tenu ce matin un meeting électoral à la maison de la culture de la ville de Tizi-Ouzou. Il a développé un discours aussi démagogique que contradictoire. Après avoir loué les services de sécurité et les patriotes qui ont sauvé le pays « avec bravoure » de la menace terroriste, il développera un discours vieux comme la corruption en Algérie.
A la fin de son discours, Ouyahia a déclaré qu’il est impératif d’appliquer la peine de mort, gelée depuis 1993,…mais pas contre les terroristes. « Le RND est pour le retour de l’application de la peine de mort dans trois cas. Le premier concerne ceux qui enlèvent des personne pour exiger des rançons pour leurs parents, le deuxième cas concerne les grands trafiquants de quantités de drogue et de stupéfiants et pour le dernier cas ceux qui volent l’argent de l’Etat », dira Ouyahia, sans citer à aucun moment les terroristes qui ont commis des carnages. Pourquoi épargne t-il cette pègre qui a mis le pays à genou? Le mystère reste entier. Le plus surprenant aussi, c’est lorsque Ouyahia parle de l’exécution de « ceux qui volent les milliards de l’Etat, qui est l’argent du peuple », alors que ce sont eux et ceux de son clan qui dirigent le pays depuis 1995.

Ce n’est pas certainement le peuple qui a volé. Le discours d’Ouyahia, dont le parti connaît une importante fronde, a laissé bouche-bée plus d’un, vu ses déclarations surprenantes. Il dira que c’est une fierté pour l’Algérie d’aider le FMI en lui empruntant 5 milliards de dollars, alors que le peuple souffre de la misère.

Massidia et Izem Irath

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici