Chanson Kabyle : Brahim Izri, 8 ans déjà !

3

CULTURE (Tamurt) – Le 5 janvier 2005, la chanson kabyle en particulier perdait l’un de ses piliers et l’un des ambassadeurs de sa culture en général. il s’agit de Brahim Izri, chanteur moderne qui a marqué son époque avec son style musicale limpide. Il nous a quitté des suites d’une longue maladie qui l’a emporté à l’âge de 51 ans dans un hôpital parisien. Il est parti au moment où il pouvait tant donner à la chanson Kabyle.

8 ans après sa disparition, ses chansons sont toujours entonnées dans les chaumières, les villages et les bourgades des montagnes de la Kabylie, cette région qu’il portait dans son cœur et à qui il a tout donné. Il lui avait d’ailleurs dédié les meilleurs de ses textes et musiques.

Brahim Izri est né le 8 janvier 1954, à Ath Yenni, au village Ath Lahcen plus exactement. Il était mélomane dès son jeune âge. Il maniait avec brio une petite flûte qu’il avait lui-même fabriquée avec un roseau. Il était sollicité par ses amis et par les anciens du village afin de leur jouer un morceau, alors qu’il n’avait pas 10 ans. Il avait un timbre de voix exceptionnel.

Au lycée, Brahim fondait, avec d’autres amis à lui, le groupe Igudar. L’aventure commença ainsi. La graine de star n’a pas cessé de progresser dans le domaine musical. Il s’est imprégné de la chanson moderne d’expression kabyle. Il a même eu le mérite d’avoir côtoyé de près le grand chanteur Idir qui est aussi natif de sa région. Brahim est devenu son guitariste et il l’accompagnait dans les galas,les concerts. Il avait fait avec lui une longue tournée dans différents pays européens. Cette expérience qui lui a donné des ailes et lui a permis de se perfectionner davantage dans le monde musical.

Brahim grimpait ainsi les échelons. Par la suite, avec la longue expérience acquise avec Idir, il enregistre son premier album en 1986. Cet album contenait six chansons. Le succès réalisé à l’époque était inattendu. Brahim Izri avait ainsi réussi à toucher un public de tous les âges. Les deux chansons Dacuyi et Cteduyi ont bercé toute une génération.

On lui doit aussi le mérite d’avoir propulsé la musique kabyle dans l’universalité, surtout avec la chanson légendaire intitulée Tizi-Ouzou, adaptée à  » San Francisco » de Maxime le Forestier. La Une chanson composée en 1999 avec ses deux amis de toujours Idir et Maxime Le Forestier, avec des couplets en Kabyle et en Français,a fait un véritable tabac pour ainsi dire.

Brahim Izri est aussi connu pour ses galas de charité et pour son humanisme exemplaire. Un hommage lui sera rendu par les siens demain à Ath Lahcene.

Izem Irath

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici