Tizi-Wezzu : Le théâtre régional honore un anti-kabyle

5
El Hadi Ould Ali
El Hadi Ould Ali

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Avant-hier, c’était un chanteur de cabaret de Oued Souf qui a été « honoré » à Tizi-wezzu (Tizi-Ouzou), alors que le centre culturel d’Iɛẓẓugen ( Azazga ) attend toujours sa baptisation au nom du regretté Mohya, ce que la direction de la culture refuse d’exécuter.

Tous les établissements culturels de Tizi-wezzu sont gérés par un seul homme, Ould Ali L’hadi, directeur de campagne de Bouteflika à Tizi-wezzu. Il est délégué par le pouvoir algérien afin de gérer le secteur de la culture depuis une dizaine d’années.

Il est à la tête de la direction de la culture, de la maison de la culture, du théâtre régional, de la cinémathèque, de l’association si Moh u M’hand, de l’école régionale des Beaux Arts,…

Il y aurait même une liste d’artistes interdits de scène à Tizi-wezzu. Une « dictature culturel », selon des artistes. Très proche de Khalida Toumi, ministre de la culture Algérien, nommée par l’actuel président, Ould Ali L’Hadi est son protégé.

Au niveau du théâtre de Tiz-wezzu, Khalida Toumi et L’Hadi Ouled Ali ont nommé au conseil artistique des arabes de souche qui ne connaissent rien à la langue et culture amazighe.

Ils ont pour mission de monter des pièces en arabe et d’écarter la langue de nos ancêtres.

Ces émissaires chargés de la censure filtrent toutes les productions, en contre partie, ils reçoivent de grosses rémunérations.

Mohand T.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici