Ville de Tizi-Ouzou : La police s’acharne sur les automobilistes

4

TIZI-OUZOU (Tamurt) – « Un agent d’ordre m’a retiré mon permis parce que une roue de ma voiture l’a frôlé. Il m’a demandé mes papiers et il m’a refusé même de lui parler. Il se comporte comme un cow-boy», dénonce un automobiliste. Les comportements provocateurs des policiers est agaçant. Les agents d’ordre ont haussé le ton. Ils sont omniprésents. Les hommes en tenue bleue ont presque envahit la ville. Ils exercent une pression terrible sur les citoyens. Sont-ils en alerte ou cherchent-ils quelqu’un ? Impossible de le savoir. Une chose est sûre, leurs cibles sont les conducteurs.

Une fois les documents et le permis pris par les policiers, c’est un autre parcours du combattant que le verbalisé doit mener. Il faut attendre des mois pour voir ce fameux document récupéré, sans parler de procès qu’il faut payer. Pas moins de 4 000 dinars.

Une source sécuritaire, qui n’est pas à vrai dire confirmée, nous a indiqué que chaque policier doit impérativement centraliser au moins dix retrait de permis. C’est un quota exigé pour chaque agent d’ordre.

Plusieurs chauffeurs ont trouvé leurs véhicules bloqués par des sabots. En plus des interminables emboutillages et encombrements qui émaillent la ville de Tizi-Ouzou durant toute la journée, il est presque impossible de trouver un endroit au stationner. Aucun parking digne de ce nom n’existe dans cette ville encombrante. Aucune parcelle n’est épargnée par la mafia du foncier pour en construire un.

Tizi-Ouzou, havre de paix jadis, est devenue ces dernières années invivable.

Syfax N’Ath Wezguen

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici