La 13e édition du festival du cinéma Amazigh aura lieu du 23 au 28 mars à Tizi-wezzu : Avec « la bénédiction » de Khalida Toumi !

4

CULTURE (Tamurt) – Dans un communiqué émanant du commissariat du festival, il est écrit : « cela, nous le devons aux encouragements du Ministère de la Culture ». Des encouragements, dites-vous !, au même moment où la ministre redouble de férocité pour fermer l’Institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l’audiovisuel. Malgré cette « volonté » de fermer l’ISMAS, les étudiants viennent d’obtenir gain de cause et les cours reprendront dès demain après une lutte acharnée au prix de leur santé.

Le festival « confirmera encore une fois sa légende naissante : ville d’initiatives culturelles, espace artistique privilégié, rayonnant et audacieux, en matière littéraire, théâtrale et cinématographique. Une semaine entière faite d’émotions issues des écrans qui vont éclairer nos vies et enrichir nos mémoires » ajoute-t-on.

Une mémoire confisquée et des espaces culturels bâillonnés, mis aux services du pouvoir central d’Alger et gérer pas un seul clan, celui de Khalida Toumi.
Le portrait de « Bouteflika » viendra sans doute « embellir » les façades des établissements culturels de Tizi-wezzu à la veille du mois d’avril et à quelques jours de la célébration d’une date fatidique, celle du printemps noir avec 126 jeunes kabyles tués par les gendarmes et de rappeler à chaque projection des 33 films en compétition que Tizi-Ouzou ne « pourra rien faire sans eux ».

Franchement, Dda Lmulud, Djaout, Lwenas Matoub, Dda Abderahmane Bougermouh, et tant d’autres qui ont rejoint l’au-delà, doivent maudire ces vendus, qui pour une miserable poignet d’argent, s’acharnent à détruire leurs belles œuvres . . . . A savoir, s’ils n’ont pas aussi pitié de nous…

Mohand T

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici