Portes ouvertes sur la garde républicaine à la maison de la culture de Tizi-Ouzou : Le pouvoir fait défiler sa garde républicaine à Tizi-Ouzou

13
Maison de la culture, Tizi Ouzou
Maison de la culture, Tizi Ouzou

TIZI-OUZOU (Tamurt) – La maison de la culture de Tizi Wezu, baptisée Mouloud Mammeri, abritera durant les 29 et le 30 avril prochain, les portes ouvertes sur la garde républicaine algérienne. Il s’agit là d’une première dans les annales militaires en Kabylie depuis l’indépendance.

Selon notre source, cette décision a été prise à la hâte par des hauts responsables militaires. Du coup, les responsables de la maison de la culture ont été pris au dépourvu. Ces derniers ont été contraints d’annuler leur programme pour ces deux jours, afin de mettre à la disposition de la garde républicaine cet espace culturel.

Mais pourquoi donc les responsables militaires ont-ils choisi la ville de Tizi-Ouzou pour exhiber la garde républicaine? On ignore l’objectif précis de cette démonstration militaire.

Notre source précise que le nombre de policiers, de militaires et de gendarmes sera revu à la hausse en Kabylie. De quoi le pouvoir a-t-il peur? Ce n’est certainement pas des délinquants ou des terroristes. Ce n’est pas non plus la sécurité des Kabyles qui les préoccupe. A vrai dire, le gouvernement d’Alger craint pour sa sécurité après la démonstration de force du Mouvement Autonomiste Kabyle (MAK) le 20 Avril 2013. Cela est d’autant plus vrai que le pouvoir algérien n’a jamais réussi à maîtriser la Kabylie. La Kabylie ne cesse d’œuvrer en faveur de sa liberté, de sa souveraineté comme l’ont démontré les trois marches à l’occasion du Printemps Amazigh. Elles ont certainement fait trembler les décideurs algériens qui craignent une mobilisation générale des citoyens Kabyles.

Un ancien journaliste de Tizi-Ouzou nous a confié que c’est la première fois depuis le début de sa carrière qu’il entend parler de ce genre de manifestation dans un espace culturel. Il nous confira: «J’étais vraiment tétanisé par l’appel du chargé de communication de la première région militaire de Blida. J’ai tout de suite pensé que j’avais affaire à la redoutable DRS à cause de mes articles politiques. Finalement j’ai retrouvé mes esprits lorsqu’il m’a appris que le sujet de l’appel concernait l’invitation de la presse à couvrir cette manifestation».

Notons qu’il s’agit là d’une énième provocation de la part du pouvoir algérien.

Youva Ifrawen

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici