Rien ne va plus au sommet de l’état : Saïd Bouteflika destitué de son poste de conseiller du président ?

24

ALGÉRIE (Tamurt) – Rien ne va plus au sommet de l’état. La guerre est déclarée entre les différents clans militaires pour la prise du pouvoir. Quelques heures seulement après le transfert en extrême urgence d’Abdelaziz Bouteflika vers l’hôpital Français du Val-De-Grace, suite à un AVC, les coups bas ont déjà commencé dans les casernes et les sous-sols de Bouzaréah et à El Mouradia.

Notre source insiste sur le fait que la première des décisions prise par l’armée, est de destituer de son poste de principal conseiller à la présidence, Saïd Bouteflika, qui n’est autre que le frère du président Abdelaziz du même nom. Le redoutable général Toufik serait derrière cette décision. Pour l’heure rien n’est officiel mais nous assistons déjà depuis un moment à la déchéance de l’homme fort du régime, Saïd Bouteflika. C’est pourtant lui qui tire les ficelles du pouvoir dans le pays depuis plus de trois ans, étant donné que son frère Abdelaziz est gravement malade.
Si l’information concernant la destitution de Saïd Bouteflika s’avère vraie, il s’agira là de la fin du règne de Bouteflika qui a pris les commandes du régime en 1999, mais cela n’est loin de signifier la fin du règne des dictateurs en Algérie. Bien évidement, un autre clan de l’armée compte prendre le relais. Il ne demeure pas impossible qu’il soit pire que celui de Bouteflika qui a réussi réduire à néant l’opposition. Nous pouvons désormais nous attendre à tout.

Rappelons, entre autre, que c’est sous le règne de Bouteflika que cent vingt six (126) jeunes Kabyles ont été tués, entre 2001 et 2003 par des gendarmes. Membre influent de clan de Ouedjda, Bouteflika est connu pour son anti-kabyklisime et sa haine envers les amazighs. Il a également permis aux terroristes de se refaire une nouvelle vie en les intégrant à notre société. Nous n’oserons même pas développer ici tout les scandales liés à la corruption et les affaires financière auxquelles il est mêlé. En 14 ans au pouvoir, il a ramené toute sa « tribu » au sommet de l’état. Treize (13) ministres et tous les responsables diplomatiques sont issus de la région de Bouteflika.

Nous tenons à souligner qu’ Abdelaziz Bouteflika a été condamné à mort par le FLN durant la guerre de libération nationale pour avoir détourné une somme d’argent de l’ALN. Il a gaspillé l’argent de la révolution en Italie dans des cabarets et des maisons closes. Boussouf l’a sauvé de la peine de mort. Sa peine a été alors allégée et il a été envoyé non loin du Mali où il a pris la fuite avec une malienne et n’a donné aucun signe de vie si ce n’est qu’après l’indépendance de l’Algérie.

Youva Ifarwen

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici