Le Dr Ahmed Benbitour à l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou : « Il est impératif d’assurer la promotion et l’émergence des compétences nationales »

6

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Le candidat aux élections présidentielles de 2014, le Dr Ahmed Benbitour, a choisi aujourd’hui à l’auditorium de l’université Hasnaoua 1, une approche académique pour développer son discours autour du thème « Elections présidentielles 2014 : enjeux et perspectives ».

Devant une assistance composée majoritairement d’universitaires, il a commencé sa conférence en explicitant le concept de globalisation marqué par les technologies de l’information et la communication. « Aujourd’hui, explique le conférencier d’une voix sereine, nous sommes dans un éveil politique mondial ». Selon une méthode très pédagogique, le Dr Ahmed Benbitour a affirmé que ce sont les inventions et les avancées technologiques qui sont derrière les changements de mentalité et de comportement aussi bien chez les individus que dans les sociétés.

Se référant à l’histoire, le conférencier a cité des exemples sur les changements qui ont déjà eu lieu, les révolutions industrielles qui se sont manifestées à partir du 18ème siècle et qui ont conduit « à la création d’Etats-nations ». Le candidat au rendez-vous d’avril 2014 a cité l’exemple de l’Allemagne qui « en 1789 était composée de pas moins de 314 petits Etats ». « Ce n’est qu’en 1815 qu’il y a eu construction et apparition de l’Allemagne telle que nous la connaissons aujourd’hui », explique encore le Dr Ahmed Benbitour.

Concernant le cas de l’Algérie, le conférencier a souligné que sa construction d’Etat Nation a été ratée: « nous avons raté le rendez-vous puisqu’au moment où nous devions le faire, nous étions encore sous l’ère de la colonisation ». « Aujourd’hui, ajoute l’invité de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Wezzu, nous évoluons dans un monde marqué par la technologie de l’information et la communication : nous devons nous y adapter car l’Algérie se situe dans un monde globalisé ».

Tout en mettant l’accent sur les effets de la technologie de l’information et de la communication aussi bien dans ses aspects positifs que pervers – la crise financière a été rendue possible par la circulation de l’information à travers le monde et en même temps, les peuples sont en mesure de communiquer entre eux et d’une façon simultanée. Il ya aussi le risque de manipulations des peuples, mais aussi l’ accès au savoir par les outils modernes de l’informations – Le Dr Benbitour a insisté sur la nécessité pour l’Algérie de se préparer à évoluer dans ce monde en éveil provoqué par la technologie de l’information et de la communication. « Faute de quoi, avertit-il, notre Etat-Nation disparaîtra ! ».

Revenant à un discours plus compréhensible, le conférencier a déclaré que le changement en Algérie doit s’opérer nécessairement, mais « de façon pacifique, en sachant profiter de l’élément déclencheur ». Le Dr Ahmed Benbitour, qui a plaidé pour que les Algériens sachent tirer les leçons nécessaires des exemples de la Tunisie et de l’Egypte où les révolutions n’ont pas donné les résultats attendus et espérés, n’a pas caché que les élections présidentielles de 2014 peuvent être cet élément déclencheur de changement pacifique en Algérie. Plus loin, le conférencier défendra la thèse selon laquelle le changement tant voulu et attendu ne réside pas dans le renouvellement du personnel aux commandes. « La solution véritable, dira-t-il, réside dans le changement du mode de gouvernance et celui-ci réside aussi dans la refonte de l’Etat ».
« Il faut réformer aussi, ajoute-t-il, la justice et l’administration tant à l’ échelles locale, régionale que centrale ».

Concernant l’armée, le conférencier a plaidé pour sa modernisation. A propos de la constitution, le Dr Ahmed Benbitour n’a pas caché son opposition à son changement et, en même temps, son aversion à l’expression citoyenne par voie « référendaire ». « Dans 51% des cas ; explique le conférencier, le projet soumis au référendum passe ; et cela ne règle pas pour autant le problème des minorités ». Pour réunir la cohésion nationale, le Dr Ahmed Benbitour a défendu l’idée « d’un consensus autour des thèmes fondamentaux ».

Plus loin, le conférencier sera amené à mettre l’accent sur son programme électoral où figure la refonde du système éducatif: « car l’avenir du pays, dépend de la qualité de la ressource humaine et non de la quantité de la ressource humaine ».

Plus tard, à l’issue des débats, le Dr Ahmed Benbitour recevra une batterie de questions. Cependant, l’homme qui nourrit l’espoir de succéder à Abdelaziz Bouteflika, ne laissera aucune question sans réponse. Les questions seront même des occasions pour lui de défendre ses points de vue quant à la meilleure façon d’assurer « un bon avenir pour l’Algérie ». Il y a lieu de souligner que la conférence du Dr Ahmed Benbitour à l’auditorium de Hasnaoua 1 a été initiée et programmée par le comité de l’institut des sciences économiques (COINSECO), dépendant de la faculté des sciences économiques de gestion et commerciales de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou.

Saïd Tissegouine

6 COMMENTAIRES

  1. Ce douctour raconte des choses que toute pwraonnw avec un peu d’education est au courant : les technologies de pointe sont l’avenir des nations. Dans ce pays arabetise ou le debit internet est le plus faible au monde, rour cela n’as aucun sense, on parle deja du ramadan, des zlabias, des kelb louz et d’autres miseres importees du Moyen orient par les gens avec qui ils aiment bien se frotter. Ce « ververe » du Mzab n’as pas dit un mot sur tamazight et sa rehabilitation. au diable les imbeciles.

  2. Alors Monsieur Tissegouine! Il n’y avait pas eu donc un seul mot sur Tamazight dans cette conférence là. Si c’est le cas, je pense a mass Said, toi en tant que militant et journaliste tu aurais dû lui poser la question!! n’est-ce pas? De plus tu dis qu’il n’avait laissé aucune question sans réponse. Je suis un peu déçu de cette situation.

    Mais qui désigne-t-il quand il parle de minorités? Ce Benbitour doit savoir que nous ne sommes pas minoritaires chez nous en Kabyle et nous formons bel et bien un peuple.

    • {{Faute de quoi, avertit-il, notre Etat-Nation disparaîtra ! ». ….}} dit cet oportuniste au sujet de son  » État algérien ….

      {{Les Kabyles de 2013 lui répondent : Vivement cette disparition}} ! On en a cure !!

      Que fait ce charlatant en pays Kabyle pour parler de son État algérien ?????????????????

      {{Vive le GPK, vive le MAK, vivent la abylie et les Kabyles LIBRES ET INDÉPENDANTS !}}

  3. d’un consensus autour des thèmes fondamentaux ?mr benbitour,chacun de nous,chaque groupe,chaque famille,chaque village,chaque communauté et chaque peuple,a ses fondamentaux,mais il se trouve que nous ne partageons pas les mémes!comme vous l’avez souligné,tres justement, dans votre discour,que d’ailleurs on peut attribuer a n’importe quel membre du comité central du fln,tout a évolué,le besoin du peuple kabyle,aussid’ou la nécéssité vitale d’avoir son propre etat.désolé mr bebbitour,mais votre discour vehicule les mémes symptomes qui ont conduits a la faillite de l’algerie.
    nous ne sommes pas preneurs!

  4. {{ {« La solution véritable, dira-t-il, réside dans le changement du mode de gouvernance et celui-ci réside aussi dans la refonte de l’Etat »} }}

    Des le moment que ce monsieur du regime reconnait l’existence d’un etat plutot qu’une mafia, de l’existence d’une nation plutot plusieurs, et en cerise sur le gateau le maintien de cette pseudo-constition, bonne aux Arabes qui n’en veulent pas, je pense qu’il se trompe de monde – D’ailleurs, ce ne sont pas les etudiants Kabyles qui l’ont invite’ mais l’universite, c.a.d. le DRS.

    S’il veut s’adresser aux Kabyles, le president du MAK est sur place; s’il cherchent a developer des idees sur le comment gerer un Etat competant sur l’echelle globale, Le President M’henni est Paris.

    Pour le reste, Ghardaia est en feu, voila ou le concensus est en besoin ainsi que les lecons sur la globalisation. S’il y a une chose a expliquer, c’est comment trouver la route vers l’Arabie aux cafards dangereux dans le pays d’Imzaviyen.

    Quand aux elites a l’echelle mondiale des technologies modernes sont Kabyles, les elites capables d’innovations et de preservation sont Kabyles – Le MAK a reunit trois Kabylies, et inscrit notre histoire authentique au registre de celles de toutes les nations du monde, pendant que ce monsieur representait la mafia petro-financiere, comme membre de la ligue arabe, au FMI.

    Le doctorat que le regime lui a achete’ est insignifiant sur ce continent. L’ecole qui le lui a vendu n’estautre qu’un centre de recyclage de rate’s aux poches pleines.

    Au suivant.

    Un rapport meteo sur ma belle Kabylie, aurait suffit. Ce ben-tartour a bien paye’ pour faire apparaitre ces arabesques sur pas mal de publications algerienne, mais biensur pas Tamurt.

    Il paie un bon prix pour essayer d’atteindre l’intelligentia Kabyle, surtout la diaspora qui a bien instruit le monde sur les realite’s algeriennes en un temps record et a moindre cout, sinon le sacrifice pour l’amour de la patrie. Et pour patrie, il n’y en qu’une seule pour nous – {{Tamurt Iqvayliyen !}}

  5. TOZZZZZZZZZZ a tous les laches traitres hypocrites autocolonialistes franco-allaho-arabistes anegeriens!

    Vive la Kabylie independante!

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici