Souamaa : L’indignité d’un Maire

14

Il s’appelle BOUKHTOUCHE et est actuellement maire FFS de Souama.

Il a été adoubé par l’Administration et assuré d’impunité et de victoire au point où il a, avec morgue et suffisance, perverti l’honorabilité d’une paisible fonctionnaire de l’état civil de la commune.
La victime, jeune fille, orpheline de ses 2 parents, a été la cible de M. Boukhtouche qui lui a imposé de figurer dans sa liste en position 6 dans l’intention de racoler les suffrages féminins et hypocritement de s’affubler d’un modernisme douteux.

En réalité, il n’en est rien car M. Boukhtouche a prévu de se faire réélire envers et contre tout en usant et abusant d’artifices les plus bas et les plus vils.

Jugez-en !

– M. Boukhtouche s’est appliqué avec véhémence et des moyens occultes pour inventer, sustenter et alimenter une pseudo rivalité kabyle-marabout qui n’a jamais eu cours auparavant. En ce sens, il porte une responsabilité historique qui dépasse sa personne et son propre mandat.

– Pour satisfaire ses desseins, il n’a pas hésité à créer des dissensions entre les villages et jeté bien d’anathèmes notamment sur le village d’At Zellal où il sait que sa liste n’avait aucune chance de passer. C’est bien lui et lui seul qui a actionné des poursuites contre le jeune citoyen Massinissa Hamza, innocente victime de l’instrumentalisation de l’administration et de la justice.

– Il faut savoir aussi que le sieur Boukhtouche a été viré du FFS à la suite de la honteuse allégeance faite à Bouteflika par lui-même et quelques autres de ses pairs. Et même si la direction du FFS l’a réhabilité, les militants ne sont pas prêts de pardonner cette forfaiture qui reste un stigmate indélébile pour les responsables du parti.

Pour atteindre ses objectifs, M. Boukhtouche ne met aucune limite à une rapacité morbide qui n’épargne ni les gens, ni les moyens de la communauté.

Comble d’hypocrisie, de malhonnêteté et de grave dérive criminelle, il prétend sauvegarder la jeunesse et lui accorder une place dans la société alors que dans les faits, il favorise les conditions d’une délinquance débridée jusqu’à permettre un trafic de stupéfiants aux alentours même du siège de la mairie. Cette permissivité maffieuse a engendré un climat d’insécurité qui terrorise la majorité des citoyens qui ne peut pas physiquement se défendre contre les outrances et les agressions.

Dans le parcours récent de ce parfait renégat qui nargue sa communauté, il faut lui attribuer directement la responsabilité de la saignée du collectif militant local de son parti.

Au moment où les forces saines de la Kabylie mobilisent et font converger leurs efforts en vue de libérer leur peuple du joug raciste de l’état, cet édile fait tout pour saper cette synergie qui monte pour des buts inavoués.
Á l’image du parfait kabyle-de-service, il trône fièrement dans son bureau sous la portrait de Bouteflika qu’il sait pourtant être l’ordonnateur du massacre de 128 jeunes citoyens lors du Printemps noir de 2001.

Des citoyens de la commune de Souamaa

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici