La dictature au menu du congrès du FFS

15

ALGÉRIE (Tamurt) – Le FFS qui s’apprête à tenir son congrès n’a pas changé d’orientation politique qui a toujours été la sienne, à savoir faire semblant d’être un parti démocrate tout en agissant de la même manière que les décideurs actuels pour être au diapason.

Dans ses avant-projets de résolutions politique, économique et sociale, le parti fidèle au zaimisme, donne la possibilité au premier secrétaire national et aux premiers secrétaires fédéraux de choisir les membres qui doivent composer leurs staffs parmi les militants du parti et non pas, nécessairement parmi les membres des conseils élus par leurs pairs. Cette possibilité ouvre la porte aux affinités pour constituer les futurs dirigeants de ce parti.

Par ailleurs alors que de simples fautes disciplinaires sont soumises aux instances de médiation et de règlement des conflits, la radiation qui est supposée relever d’une faute très grave, elle, est du ressort du simple premier secrétaire fédéral. Une autre manière d’exclure les opposants aux futurs principaux responsables de cette formation politique qui seront certainement les mêmes que ceux qui la dirigent aujourd’hui.

Il sera imposé, lors de ce congrès, un présidium de cinq personnes parmi les fidèles et la famille d’Ait Ahmed qui dirigera le parti en instrumentalisant le premier secrétaire qui peut être destitué à tout moment. Ils gardent le même principe de gouvernance au niveau de ce parti, avec ou sans Ait Ahmed.

Amaynut

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici