Conférence de presse de Boussaâd Boudiaf et du sénateur Mohamed Ikherbane : « L’insécurité dans notre région rentre dans le cadre d’un complot ourdi contre la Kabylie »

9

KABYLIE (Tamurt) – La convention régionale du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) sur ses propositions pour une constitution pérenne prévue pour le 25 de ce mois à Tizi-Wezzu et concerne les wilayas de Tizi-Wezzu et Boumerdès a été hier une occasion pour le président des Bureaux régionaux RCD de Tizi-Wezzu et Boumerdès, Boussaâd Boudiaf et son habituel « complice », le sénateur, Mohamed Ikherbane de tenir un face à face avec la presse.

A l’issue de cette conférence de presse tenue à Tizi-Wezzu, les deux hommes politiques ont pu développer une multitude de points, notamment les raisons d’une nouvelle constitution et la situation politique et sécuritaire qui prévaut en Algérie en général et en Kabylie particulièrement.

C’est Boussâd Boudiaf qui a ouvert le bal en déclarant que son parti « ne peut pas rester indifférent par rapport aux événements qui marquent le pays à l’heure actuelle ». Saisissant explicitement le dossier portant sur la proposition d’une nouvelle constitution, le président des bureaux régionaux RCD de Tizi-Wezzu et Boumerdès a donné des explications sur le choix de l’adjectif « pérenne ». « Comme l’adjectif l’indique, argue le conférencier, le RCD veut une constitution juste et définitive laquelle reflète les aspirations réelles des Algériennes et Algériens ». Boussaâd Boudiaf a indiqué que jusqu’à maintenant, « chaque clan au pouvoir a confectionné sa propre constitution, et ce, en fonction de ses propres intérêts ». S’agissant des « propositions pour une constitution pérenne avril 2013 », le président des bureaux régionaux RCD de Tizi-Wezzu et Boumerdès indiquera qu’elles ont été élaborées par un groupe d’experts. « Il reste maintenant pour la base militante du parti et la société civile de les débattre et de les enrichir, précise le conférencier qui a tenu à préciser que l’implication dans les débats autour de ce sujet concerne aussi les acteurs de la société civile, les universitaires et les intellectuels car il est impératif pour nous d’impliquer tous les segments de la société ».

A ce moment précis, le sénateur Mohamed Ikherbane intervient pour annoncer que « la rencontre de Béjaia a été une réussite. Les résultats ont même été au-delà de nos attentes puisque des éléments extra à notre parti ont pris part aux travaux et ont fait des suggestions ». Me Leïla Hadj-Arab qui a pris place aux côtés des deux principaux conférenciers a précisé que le rendez-vous de Béjaia a été honoré la semaine dernière. « Pour les wilayas d’Alger et Tipasa, annonce-t-elle encore, la convention est prévue pour la journée du 24 de ce mois ». S’agissant des partis politiques, Boussâd Boudiaf a affirmé que les invitations toucheront tous les partis politiques « partageant avec nous les principes républicains, y compris le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie ». Revenant à la situation, sécuritaire notamment, qui prévaut en Kabylie, Boussâd Boudiaf n’ira pas du tout avec le dos de la cuillère pour dénoncer « l’existence d’un complot élaboré depuis longtemps et visant à déstabiliser la Kabylie ». « La délinquance urbaine, les kidnappings, les assassinats et tant d’autres maux sociaux, indique encore le conférencier donnent facilement à penser l’existence d’un complot visant la Kabylie ».
Le président des bureaux régionaux RCD saisira cette occasion pour jeter la pierre dans le camp du Front des Forces Socialistes (FFS) qui « a refusé de prendre part à la session extraordinaire convoquée par le RCD quand celui-ci prenait les rennes de l’APW de Tizi-Wezzu ». « La question est si catastrophique, poursuit le conférencier, que nous 16 élus de l’APW ont saisi le président de l’APW pour une tenue d’une session extraordinaire sur l’insécurité qui prévaut dans notre région ».
Boussâd Boudiaf n’hésitera pas à lire à haute voix le contenu de cette lettre adressée au président de l’APW, Hocine Haroun. Cette missive a été déposée sur bureau du Président d’APW le 10 mai dernier par M. Aït-Aïder. C’est ce qu’a révélé celui-ci qui était présent à cette conférence de presse.

Le Président des bureaux régionaux RCD de Tizi-Wezzu et Boumerdès ne manquera pas de faire recours à la psychologie pour mettre le FFS devant un fait accompli. En effet, Boussâd Boudiaf dira « aujourd’hui, le FFS a évolué sur la question de lutte contre l’insécurité puisqu’il a voté le fonds commun d’aide pour le développement local (FCCL) alors qu’il s’est toujours opposé à cela autrefois ». (Le FCCL est destiné à assurer les salaires des gardes communaux ndlr). Connaissant parfaitement les véritables dessous de la lutte contre le terrorisme et l’insécurité, lé sénateur Mohamed Ikherbane prend la parole pour dire que « nous espérons que « d’autres » n’empêcheront pas le président de l’APW de convoquer cette session extraordinaire ».

A la question de savoir pourquoi est-ce que la Kabylie serait si ciblée par un complot et qui serait traduit par l’insécurité, Boussâd Boudiaf répondra : « Parce que la Kabylie a toujours refusé la soumission et nous sommes un miroir qui les (les détenteurs du pouvoir ndlr) à leur illégitimité ».

Notons enfin que la convention nationale du RCD aura probablement lieu, selon le sénateur Mohamed Ikherbane, le 29 juin de l’année en cours. « La date de ce rendez-vous serait changée en cas d’un éventuel imprévu », précise encore l’intervenant.

Addenda : le lieu devant abriter les travaux de la convention pour les wilayas de Tizi-Wezzu et Boumerdès n’est autre que le lycée sis à l’ex-Marché de gros. Il sera attendu 400 à 450 participants. « Khalida Toumi n’a pas voulu mettre à notre disposition l’espace du théâtre Kateb Yacine de Tizi-Ouzou », a affirmé Boussâd Boudiaf .

Saïd Tissegouine

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici