Mise au point de l’Association des journalistes et correspondants de Tizi-Ouzou

1

La liste des journalistes, collaborateurs et assimilés inscrits sur la liste des logements à Tizi-Ouzou a été établie dans la totale transparence. Pour preuve :

1 – La liste contient 97 noms dont 54 journalistes permanents et
43 collaborateurs et assimilés. A ce titre, il y a lieu de s’interroger
pourquoi le rédacteur de cet article se focalise uniquement sur 2 ou 3
inscrits puisque la liste contient 43 collaborateurs et assimilés.

2 – Le dépôt de la liste a été reporté en deux reprises
pour une durée totale de 15 jours afin de permettre au maximum de
concernés de s’y inscrire et pour éviter la marginalisation et
l’exclusion. D’ailleurs, après enquête, il s’est avéré que le
soit disant mécontent est un postulant inscrit sur la liste comme
journaliste permanent et qui n’est en fait qu’un collaborateur qui ne
peut justifier d’une attestation de travail comme exigé par
l’administration.

3- Lors des inscriptions tous les inscrits ont été invités à
préciser leur statut au sein de l’organe pour lequel il travaille.
(Noms, prénom, organe de presse, fonction et lieu de travail) comme le
prouve le document officiel de l’association sur lequel les services de
la wilaya ont accusé réception et nous vous invitons à vous rapprocher
de l’association pour consulter la liste en question qui a été déjà
rendu public remis à toute personne l’ayant demandé)

4- La décision d’accorder la priorité aux journalistes
permanents émane exclusivement de l’administration de wilaya qui a
accepté la liste dans sa totalité mais en exigeant néanmoins une
attestation de travail de journaliste titulaire. D’ailleurs, au même
titre que tout le monde, les statuts des personnes citées dans votre
article, à savoir « le pigiste d’El Khabar », « le collaborateur du
Jour d’Algérie » et « l’ancien directeur d’école » ont été
précisés comme pour tous le reste des inscrits et au moment voulu ils
seront soumis à l’exigence de l’attestation de travail.

5- Après le dépôt de la liste dans sa totalité, le traitement
des dossiers est devenu l’affaire de l’administration et non pas de
l’association.

6- Il y a lieu de préciser que lors de la première rencontre avec
le wali le 30 avril, ce dernier a demandé d’établir une liste des
journalistes permanents. Mais l’association qui a tenu à défendre les
collaborateurs et assimilés a ouvert la liste pour toute la corporation.

Le bureau de l’association

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici