Selon un ancien diplomate établi en Suisse : « Aït Ahmed aurait émis le souhait d’être enterré au Maroc »

40
Hocine Ait Ahmed
Hocine Ait Ahmed

KABYLIE (Tamurt) – Rattrapé par son âge, Hocine Aït Ahmed, né en 1926 à Michelet, a pris enfin la décision de quitter la présidence de son parti, le Front des Forces Socialistes (FFS). Il n’était pas présent aux travaux du dernier congrès de son parti, tenu le week-end passé à Alger. Le responsable de la fameuse Organisation Secrète avait assisté deux jours auparavant aux funérailles de sa sœur et d’un cousin au Maroc.

Selon un ancien diplomate Algérien qui habite la région de Lausanne et qui a rencontré plusieurs fois Hocine Aït Ahmed, ce dernier aurait émis le souhait d’être enterré au Maroc comme l’ensemble des membres de sa famille décédés. Selon toujours notre source, ce vœu de l’enfant prodige de Michelet a été exprimé depuis fort longtemps. Si cette information s’avérait vraie, il serait le premier leader Algérien à être enterré à l’étranger.

Notre source nous donne quelques renseignements sur les informations qui circulent ces derniers mois à propos d’Aït Ahmed. Le dernier des chefs historiques avait porté un témoignage sur le plateau d’une chaîne de télévision marocaine concernant le détournement de l’avion qui transportait les six chefs historiques en 1957 au Maroc par les services secrets français, dont faisait partie Aït Ahmed. « Le roi du Maroc avait tout fait pour nous libérer. Il a même proposé son propre fils aux autorités françaises contre notre libération », un témoignage lourd de sens qui a dédouané définitivement le roi du Maroc à qui on imputait la trahison dans le détournement d’avion des responsables du FLN durant la guerre de libération nationale.
La proximité d’Aït Ahmed de la famille royale marocaine est aussi familiale. L’un de ses deux fils est marié avec la fille de la première femme de Hassane II qui est de nationalité Américaine.

« Aït Ahmed ne s’est jamais déplacé à Alger secrètement, ni lors de ce congrès ni lors des élections législatives. Il ne fait confiance à personne, même ici en Suisse il est très méfiant et ne fréquente pas n’importe quel endroit. Il ne se déplace jamais seul », dira notre interlocuteur. L’ancien diplomate algérien est allé jusqu’à démentir les informations faisant état de la vente de la villa de Hocine Aït Ahmed à Alger.

Faroudja Aït Massal

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici