Ils ont fermé le siège de la daïra – La révolte des At Ouaguenoun

0

Le marasme, le chômage et la maginalisation dont sont victimes les villageois de Thawinine a provoqué l’ire et un sentiment d’indignation dans la région. Des centaines de jeunes sont descendus ce matin dans la rue pour réclamer haut et fort leurs droits bafoués, depuis des années.

Le siège de la daïra a été cadenassé par les insurgés. Ils ont interdit tout accès à l’intérieur des locaux de cet édifice public qui symbolise la présence de l’Etat dans les villages. «Ayant saisis, depuis des décennies déjà, les diverses collectivités locales de notre commune (APC, DAIRA) sur les multiples problèmes dont souffre notre village qui émarge aujourd’hui, à la liste des contrées les plus déshéritées de l’Algérie. Nous venons cette fois-ci vous remettre la liste de nos préoccupations aux caractères extrêmement urgents à laquelle nous vous demandons d’accéder dans les meilleurs délais et ce, afin de désenclaver notre village du marasme chronique qui le frappe de plein fouet », peut-on lire dans une déclaration rendue publique ce matin par le comité de village de Thawinine».

Une longue liste sur laquelle figure les points revendicatifs est remise une fois de plus aux pouvoirs publics. Une myriade de problèmes y figure.

« Nous réclamons, nous les villageois de Taouinine Bouada, de surcroit à haute voix afin d’aspirer à une vie digne et décente. On exige d’abord l’élargissement et revêtement du tronçon routier allant de THISKERTH vers TAOUININE BOUADA et l’aménagement d’une aire de jeux (terrain de sport) », indiquent les rédacteurs de la déclaration. Sur le même document, figure les revendications telles que la construction et équipement d’un foyer de jeune, la transformation du logement de fonction de l’ex école de Taouinine en une salle de soins, l’entretien et sablage des pistes agricoles de SAHEL, la mise en place de bacs à poubelle pour la collecte des ordures ménagères, le bétonnage de divers accès du village.

«Nous réclamons aussi à Thawinine, le prolongement du réseau électrique pour les nouvelles habitations, la prise en charge du problème de chômage qui frappe la quasi-totalité des villageois et ce, par leur recrutement aux seins des établissements étatiques».

Youva Ifarwen

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici