Interdit des étales depuis 1997 : La Nation, le quotidien proche du FFS est de retour

11

ALGÉRIE (Tamurt) – Le quotidien francophone, La Nation, un organe de presse écrite très proche du parti du Front des Forces Socialistes (FFS) qui est ancré en Kabylie, est de nouveau disponible sur les étales depuis le 16 juillet 2013. Cet hebdomadaire dirigé durant les années 1990 par d’éminents journalistes, à leur tête Salima Ghouzali, une des amies très proche de Hocine Aït Ahmed, a été interdit de publication depuis 1997.

A l’époque le FFS s’opposait frontalement à la junte militaire qui dirigeait le pays d’une main du fer. La ligne éditoriale de ce journal était en totale contradiction avec les discours officiels. Il publiait des articles percutants et son courage de dire la vérité avait mis dans la gêne le pouvoir central d’Alger. Les crimes et les génocides commis par les Islamistes armés et les exactions des militaires ont été mis dans le même sac par le journal la nation. Il était pratiquement le seul organe de presse qui soutenait les thèses du FFS, notamment les partisans du « qui tue qui ? ».

L’interdiction de ce journal avait porté un sacré coup au FFS. Depuis, l’ensemble des organes de presse ne cessent de dénigrer les militants du parti de Hocine Aït Ahmed. Les responsables de ce parti Kabyle n’ont trouvé grâce dans aucune rédaction. Pendant ce temps, c’est-à-dire depuis 16 ans, le FFS orchestre une campagne d’intox sans pouvoir riposter. C’est la seule formation politique en Algérie qui est dépourvue d’un journal. Le courage de ce parti à l’époque était exemplaire, même si ses positions politiques ne faisaient pas l’unanimité en Kabylie, à cause de ses connivences avec les islamistes.

On se demande toutefois comment le pouvoir algérien a changé d’avis aujourd’hui pour l’autoriser ? L’autorisation de la publication du nouveau du La Nation, devant même u quotidien, est-elle une des conditions posées par le FFS au pouvoir lors de ces négociations secrètes ? Personne ne le sait pour le moment. Une chose est sure, le FFS ne critique plus le pouvoir. Ses positions et les déclarations de ses élus et responsables n’ont rien à envier avec celles du FLN et du RND.
Quant à nos confrères de la Nation, on leur souhaite une langue vie à leur journal.

Youva Ifrawen

11 COMMENTAIRES

  1. Malheureusement vous êtes entrain de faire le même travail que vos confrères ses derniers temps. Vous affirmez qu’il ya des negociations secretes et que de ce fait le FFS ne critique plus le pouvoir. Comme d’habitude vous n’entendez que ce que vous voulez entendre. Car ce parti, le dernier des Mohican fait son travail d’opposant son concessions. Comme de coutûme. Après l’avoir bien denigrer, lui et son chef historique, après avoir mis tout son honorable combat pour les libertés democratiques au même niveau que tout ce qui ont devoyé les manif de 1980, 1982 et 1988 demain, lamentez vous de trop de corruption, d’injustice. Pleignez-vous à ce qui ont le pouvoir pour combatre ces fléaux.

  2. Qu’on se rapelle que ce journal a été suspendu en le bloquant trois fois de suite à l’imprimerie pour ses positions hostiles au pouvoir,surtout les articles de Salima Ghezali. Cela a été fait sous l’ordre du clan Chaoui à sa tête le général Betchine qui sentait beaucoup d’allergie et d’amertume aux articles de ce journal. Autrement dit un journal se suspend pour déficit financier ou un ordre de justice s’il est jugé coupable. Cette suspension,qu’on se rappelle bien, a été fort applaudie par une certaine presse qui se disait indépendante entre autre le Matin qui à son tour a été suspendue par le clan de Tlemcen et son directeur a été mis en prison via une mascarade judiciaire. Le journal LA NATION avait beaucoup véhiculé le »qui tu qui » et la thèse « terrorisme d’où qu’il vient »et que ceci n’a jamais été du goût du pouvoir ,et d’ailleurs c’est la grande raison de sa suspension. Malheureusement, les « condamneurs » de cette mêmes thèse,aujourd’hui deviennent ses « défendeurs ». Tout récemment le MDS,un des partis hostiles à ce journal réclamait une enquête sur terrorisme. quelle hypocrisie.

    SVP ne censurez pas.

    • Il y a de la censur dans ce journal, mes articles n apparaissent plus. Je vais demnocer sur Facebook bande de bâtards , vous parlez de la démocratie et delà transparence vous! Je ferai tout sur facebook

    • un exemple qui démontre que la ligne alger -lausane n’a jamais été suspendue et le fax fonctionne toujours a plein temps.les marionnettes font le spectacle et les « suiveurs » suivent.le combat d’insertion ou pour l’insertion……continue.

  3. Azul, moi je voudrai dire à l auteur de l article, que le contenu de son message est d une légèreté inimaginable qui n’est pas du tout de la déontologie journalistique . En effet, ce yuva, au lieu de donner des informations , il est en train de faire de l intoxe qui suscite débat kabyle au kabyle de la décennie 90 qui nous a laissé à tourné au rond. Dans un passé récent , il avait publié des articles dont certains étaient dépourvue de vérité , on a même vérifié sur le terrain que le contenu est avide de crédibilité , ce qui est désolant , c’est il écrit des trucs qui font susciter une haine chez nos jeunes en Kabylie qui ensuite pourront les conduire dans le guet apens du pouvoir mafieux et assassin. Personnellement j avais écris 1 ou 2 x a ce yuva pour l inciter à dire que les vérités fondée afin qu on tombe dans les pièges quelconque mais il n avait répondu , dommage pour un pseudo journaliste qui n accepte pas de critiques constructive qui pourrait probablement l’aider à faire mieux son devoir de journaliste.par ailleurs, chers frères , avez vous vu déjà une critique au moins sur la dépêche de Kabylie qui proche de ould Ali El hadi et les vendus du côté du rcd, jamais , j ai l impression qu on est toujours dans les années 90 ou on manipuler l information pour déstabiliser des personalités fiables intégrés de notre pauvre Kabylie . Avez vous lu un article en désagrément hanachi sur les pages de yuva, jamais ! Ils touche jamais aux vendus de vrai. Ils nous sème le doute sur la réapparition de la nation pour le fait qu il y est de négociations secrètes ent le FFS et le pouvoirs. C de l intoxe et de la déstabilisation contre le FFS , parce cette information n est pas vérifiée , ce n est de l éthique d un journaliste ça , grandis un peu ! Réponds à mes mains sur tes mensonges, il ne faut brasser nos jeune dans l embarras avec tes mensonges . S il y aurait une manifestation que ce soit , il viendrait des hommes intégres comme ferhat, ait Ahmed ou Saadi , mais pas de toi avec tes position partielles et parties !

  4. les évenements s’enchainent ,il n’y a pas de hasard avec le ffs.sa docilité est vite récompensée ,inutile d’attendre très longtemps,les choses s’ accélérent et il faut s’atteler au wagon…..le chef de gare avertit……!

  5. Azoul. …il y avait aussi le journal le MATIN ( tasbehite ) a sa tête le ZAIME Mr MOHAMED BENCHICOU qui est interdit sous boufernika et que on lui souhaitons un bon retour .

  6. Le FFS a vécu deux années de guerre avec l’armé de ben bella, 25 ans dans la clandestinité et neuf ans d’opposition vraie au régime mais depuis justement 1999, avec la venue de boutef, il a su déboutonné les pantalons aux opportunistes et imposteurs venus par ci par là, qui par leurs « wadjeh el cuir » ont trouver place au FFS et ils se sont vite substitués aux « araw n’familte » qui ont formé les premières cellules du parti FFS en 1990.
    Alors là, je rejoins ton idée, quant tu dis : qu’il n y a aucune différence entre le FFS et le FLN d’aujourd’hui. Oui, comme il n’y a aucune ressemblance entre le FLN de la guerre et celui d’après guerre d’indépendance c’est exactement souasouwa, la même chose comme disait le feu Mohya.
    Merci pour votre attention

  7. Azul fellawen,

    N’oubliez pas vos petits drapeau Kabyles / Amazigh a vos fenêtres, plus il y en a, plus les peureux deviendront courageux, puisqu’ils se rendront compte qu’ils ne sont pas seuls.

    Que vive le peuple Kabyle, que vive la Kabylie, que vive tout les combattants.

    PS : Je suggère au mak, si ses petits moyens le leurs permet de produire des autocollants du drapeau Amazigh à coller partout, et en particulier sur tout les panneaux d’indications routiers.

  8. Akken i s-iqqar Matoub, amek ad msfha-men sin (en parlant des deux F) ma yella bbu s tlata ya3wej (du S). La rethorique est justement là!!!

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici