Selon le Dr Ahmed Taleb Al Ibrahimi : « Hocine Aït Ahmed devait être nommé chef du gouvernement en 1991 »

7
FFS après Ait Ahmed
FFS après Ait Ahmed

ALGÉRIE (Tamurt) – L’arrêt de processus électoral par la junte militaire en Algérie suite à la victoire du Front Islamique du Salut (FIS) aux élections législative de 1991 n’a pas, apparemment, livré tous ses secrets. L’ex-ministre de l’éducation sous l’ère de Boumediene, l’arabisant Ahmed Taleb El Ibrahim, a fait d’autres révélations, avant-hier, sur le plateau de la télévision Qatari, El Djazeera.

Il est revenu en détails sur les négociations qui ont précédé les législatives sur le partage du pouvoir entre le FIS le FFS et le FLN. Selon ses dires, Abdelkader Hachani lui aurait rendu visite au lendemain des élections législatives de décembre 1991 afin de le charger de transmettre d’importantes concessions de son parti (le FIS) au président Chadli Bendjedid. « Le responsable du FIS aurait fait d’importantes concessions », déclara d’emblée Ahmed El Ibrahim. Pour lui, Le FIS se contenterait des 187 sièges obtenus lors du premier tour et ce parti d’essence terroriste et radicalisé aurait décidé de renoncer au pouvoir absolu. Difficile de croire à ces propositions ni de vérifier leur véracité.

L’invité de la chaine Qatarie ajouta que le FIS avait décidé, si l’armée n’avait pas interrompu le processus électoral, d’« appeller ses militants à voter au second tour en faveur du FLN de Si Abdelhamid Mehri pour permettre d’obtenir un certain équilibre politique ». Pour le moment, et 22 ans après ces faits, aucun responsable du FIS n’avait parlé de cette proposition.

Taleb El Ibrahimi est allé jusqu’à dire que même le leader du parti Kabyle, le président du FFS, Hocine Aït Ahmed, aurait eut sa part du gâteau, puisque le FIS devait lui offrir « la tête du gouvernement ». C’est la première fois qu’on entend parler de cette proposition. Jusque-là, Aït Ahmed n’avait pas nié le fait d’avoir accepté le poste de président du parlement si l’armée n’avait pas tout remis en cause. « Le FIS avait décidé de renoncer à la présidence du gouvernement et proposerait ce poste au moudjahid Hocine Aït Ahmed », indiqua Ahmed El Ibrahimi dont le nom est toujours collé au système d’arabisation effrénée de l’école algérienne durant les années 1970.

Le Dr Taleb avait alors organisé une rencontre entre Hachani et le gendre de Chadli le 4 janvier 1992. Il avait décidé de transmettre ces propositions, que lui-même avait approuvé, au Président Chadli. Taleb se demande cependant si le message était bien arrivé à Chadli (il pense que oui) et que si le Haut-commandement militaire était au courant de ces contacts, ce qui avait provoqué sa « démission ».

Youva Ifrawen

7 COMMENTAIRES

  1. Eh oui, dommage que les choses se sont passées autrement, sinon avec l’accord qu’a évoqué Dr T. Ibrahimi l’Algérie aurait évité réellement le bain de sang!

  2. Comment ce type barbe-FLN qui a mangé a tous les ratonniers, qui a ruiné l’algérie et qui infecté par l’école du virus arabo islamiste ose t il montrer sa gueule?

    Il aurait du lui etre désigné par le fis comme chef de gouvernement pour achever sa sale besogne de faire de ce pays un clone de l’afganistan.

    Plutot que de nous parler d’hypothèses plus ou moins farfelues, ce truand devrait plutot nous faire le bilan de son action désastreuse dans l’enseignement algérien et du désastre qu’il a produit dans la tête de ceux qui sont passés sont son école arabisée.

  3. azul

    UN gateau islamique pour l’ancien bandit et voleur de la poste d’oran qu’on presente comme un moudjahed. mais moudjehed qui a trahit ses freres et pourtant ils se sont echanger l3ahed au debut et apres chacun pour soi.

    Le kaid kabyle qui est devenu par la suite le dictateur kabyle,celui qui avait fait beaucoup de mal au peuple kabyle et a la kabylie.
    Lhistoire retiendra tout pour les generations futures

  4. Ces conneries de colonialistes arabo-allaho-anegeriennistes continuateurs de la politique de trahison criminelle pro-colonialistes d’Abdelkader et de ben badis qui ont été a l’origine de la ruine et de la vente definitive de ce territoire amazigh a l’impérialisme franco-occidental!

    Vive la Kabylie indépendante!

  5. « Le FIS avait décidé de renoncer à la présidence du gouvernement et proposerait ce poste au moudjahid Hocine Aït Ahmed »
    Heureusement i y a une fin à tout.
    Encore un autre..
    Drôle de zigomar…Le z-héro de kabyloches

    Voilà pourquoi le zaïm voulait l’accord de Sant’Egidio le cachottier opportuniste .
    L’argent le pouvoir rien que çà qui intéresse la plupart.

    Les valeurs, au diable…

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici